Aller au contenu principal

AGRIAL
Vaches laitières : la ration sèche prend son envol

Quelques 600 producteurs de lait ont participé, jeudi dernier à La Sauvagère (61), à une journée technique consacrée à la ration sèche pour vaches laitières.

La ration sèche pour vaches laitières n’a certes pas vocation à répondre à tout. Elle est cependant désormais validée techniquement et économiquement. Sur la zone INZO, 200 élevages l’ont adoptée. Du côté d’AGRIAL, on en comptabilise 23 auxquels il faut ajouter 27 ateliers en cours de transition. Une technique que 600 coopérateurs ont pu découvrir, jeudi dernier, à La Sauvagère (61). L’EARL du Mont d’Here, adepte depuis 2005, avait ouvert ses portes. Adieu maïs Le principe de la ration sèche consiste à substituer le maïs ensilage par un concentré très riche en fibre : 15 % de CB (Cellulose Brute) pour Armonie mis au point par INZO et distribué par AGRIAL. Concentré sous forme de bouchon de 23 mm “que la vache n’avale pas mais qu’elle croque”, précise Eric Sulmont (spécialiste ruminant chez INZO). La ration s’établit ainsi à 75 % de concentré (1 kg de concentré pour 2 litres de lait) et 25 % de fourrage sous forme de foin ou de paille. “Un fourrage qui doit être distribué, appétent accessible et détassé”, insiste-t-on. Haro donc sur le râtelier. Paille ou foin doivent être disponibles sur la table d’alimentation. Une technique compatible aussi avec le pâturage et qui, dans tous les cas, exige une accessibilité à l’eau sans aucune contrainte. Intérêts techniques et économiques Produit moins encombrant que le maïs, le concentré offre une meilleure ingestion. La production laitière se trouve augmentée (+ 2 000 kg selon INZO) avec une baisse de TB (- 5 à - 6 points) pour un TP équivalent. Absence de cellules et butyriques, meilleure fertilité et meilleure santé des animaux sont aussi avancées. Des arguments que confirment Mr et Mme Fourmond. La baisse du TB leur a permis de produire plus de lait avec moins de vaches (les animaux à problèmes ont été réformés). Côté fécondité, c’est presque le grand chelem. Sur 18 échographies : 16 pleines en 1re IA (Insémination Artificielle), une en 2e et une vide. Cette amélioration des performances techniques aboutit bien évidement à l’amélioration des ratios économiques. A l’EARL du Mont d’Here, le CER (Centre d’Economie Rurale) 61 a validé une amélioration du résultat de l’ordre de 4 000 e. Mais dans tous les cas, AGRIAL propose une étude économique préalable car “il n’y a pas de réponse unique et chaque exploitation est un cas particulier”. Simplification du travail Au-delà de ses atouts technico-économiques, la ration sèche peut aussi constituer une réponse sociale à certaines problématiques. “La taille des exploitations et des ateliers ne cesse de s’accroître, insiste Stéphane Nouvel (en charge des productions animales chez AGRIAL). Il faut donc trouver des solutions de simplification”. Et le concept est séduisant. Il décharge l’éleveur de toutes les opérations liées au maïs (préparation du sol, semis, suivi, ensilage et déssilage...) tout en simplifiant les opérations quotidiennes d’alimentation. “Le produit est unique et convient à la fois aux vaches laitières, génisses, vaches taries et taurillons. Il est simple à stocker et à distribuer”, argumente Stéphane Nouvel. D’autant plus simple à distribuer à La Sauvagère que nos éleveurs se sont équipés d’un distributeur sur rail entièrement automatisé. Th. GuillemotA l’EARL du Mont d’Here Des raisons d’organisation du travail Producteurs de lait à La Sauvagère (Bocage ornais), Mr et Mme Fourmond (EARL du Mont d’Here) ont basculé en ration sèche en mars 2005. “Un choix motivé par une recherche de simplification du travail”, expliquent-ils. Le verdict est sans appel. “Dans l’ancien système, on terminait les soins aux animaux vers 10 h 30 et nous étions 3. Aujourd’hui à 2, tout est fini à 8 h 30”. Une grande économie donc d’heures de travail mais qui passe par une période de transition longue et à ne surtout pas négliger. Selon Eric Sulmont (spécialiste des ruminants chez INZO), cette transition est plus facile à mettre en œuvre au moment de la mise à l’herbe ou plutôt en fin de lactation. Il faut en effet laisser un peu de temps à la vache pour lui faire avaler jusqu’à 19 kg de concentré (1 kg de concentré pour 2 litres de lait produits) et 5 à 7 kg de MS (Matière Sèche) fourrage sous forme de paille ou de foin.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 7e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS et la DDPP confirment, mardi 13 avril2021, qu'un septième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans le Bessin.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian Duchemin vend la Ferme du Val d'Odon
Christian Duchemin passe la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de la Ferme du Val d'Odon,…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité