Aller au contenu principal

A Valognes (50) : l’investissement humain et féminin pour pérenniser l’entreprise

Dans le monde de l’ETA, l’investissement, c’est aussi l’humain. Stéphanie Blandamour, en formation par alternance BTS Gestion PME PMI, épaule Brigitte Leconte (secrétaire au sein de l’entreprise Agri Tantel de Valognes-50).

© TG

>> En quoi votre entreprise a-t-elle évolué depuis votre intégration ?
Brigitte Leconte. A mon arrivée en 1995, nous étions 12 salariés. Les effectifs ont grossi pour atteindre 25 collaborateurs au moment de la reprise en location-gérance en 2008 suite au départ en retraite de mes anciens patrons, Daniel et Michel Tantel. Mais les choses ne se sont pas passées comme prévu et l’entreprise a été mise en liquidation en 2013. Deux salariés, Mickaël et Stéphane, ont acheté la partie « agricole et espaces verts » comprenant 7 salariés, Aujourd’hui Agri Tantel rayonne sur la région Cotentin.

>> Je suis agriculteur, donnez-moi 3 bonnes raisons de faire appel à l’entreprise plutôt que d’investir dans mon propre matériel...
Aux agriculteurs, je dis : « écoutez,
on peut faire votre boulot très rapidement, avec du matériel neuf et
donc hyper performant, conduit par des salariés très compétents et
expérimentés... Alors, dans ces conditions, pourquoi acheter votre propre matériel ?»
>> Le congrès d’EDT qui se tiendra à Deauville (14) en janvier prochain abordera l’agriculture de précision, une réalité déjà effective dans votre parc matériel ?
Oui puisque nous avons acquis un GPS pour être très précis au niveau de l’application des produits phytosanitaires.  

>> Votre prochain investissement ?
On étudie le pocket via Smartphone afin de faciliter la géolocalisation des parcelles dans lesquelles nous avons à intervenir. Une façon de gagner du temps et d’être plus précis pour un meilleur service à nos clients.
Autre investissement mais un peu particulier, c’est le volet humain. Je ferai valoir mes droits à la retraite dans quelque temps, nous avons donc embauché, en septembre dernier, Stéphanie qui prépare un BTS gestion PME PMI. Je la forme à la facturation, la paie, tout le volet administratif, la communication avec les clients...
Si tout se passe bien, elle me remplacera.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité