Aller au contenu principal

Culture
Variétés de maïs fourrage : des références pour faire le bon choix

Des variétés de maïs fourrage à la fois productives et de bonne valeur alimentaire permettront de réduire le coût des rations 2013/2014. Les références issues des essais des Chambres d’agriculture de Normandie et d’Arvalis - Institut du végétal permettent de sécuriser vos choix.

Le choix des variétés de maïs fourrage cultivées peut avoir une incidence économique non négligeable car les différences de performance entre variétés peuvent être importantes : rien que parmi les variétés que nous avons testées, les écarts de rendement au sein d’un même groupe de précocité atteignent 10 à 15 %, soit 1 à 2 t de MS/ha. Pour exploitation qui cultive 20 ha de maïs cela représente autour de 2 ha en moins à implanter et autant de cultures de vente en plus. Et l’écart de rendement peut être plus important avec certaines variétés “1er prix”. La valeur énergétique (UF) des variétés présente aussi de gros écarts, atteignant fréquemment 0,02 UF/kg MS, ce qui représente une économie de complémentation énergétique de l’ordre de 0,5 kg de céréale par jour pour une ration vache laitière à 30-35 kg de lait.

Une offre abondante

Or l’offre de variétés de maïs est très abondante : le seul catalogue officiel français comporte 460 variétés de maïs de précocité adaptée aux différentes zones de Normandie. Sur ces 460 variétés, seulement 214 ont été inscrites avec la mention “fourrage”, qui permet d’avoir une première information “neutre” sur leur rendement “fourrage” et leur valeur alimentaire. Pour les autres, et toutes celles inscrites dans d’autres pays de L’UE et qui peuvent être commercialisées en France, il est difficile d’avoir une information “indépendante” sur leur valeur fourragère. De plus cette offre se renouvelle très vite : chaque année ce sont en moyenne 50 variétés adaptées à la Normandie qui sont inscrites en France. Le choix est donc difficile, d’autant plus que la gamme de prix est également très large : de 40 à 90 € la dose de 50 000 grains.Pour aider les agriculteurs dans leur choix, les Chambres d’agriculture de Normandie et Arvalis-Institut du végétal testent tous les ans une centaine de variétés dans 15 à 20 essais répartis sur la région. Les résultats obtenus sur plusieurs années sont synthétisés et publiés dans un dépliant annuel gratuit et largement diffusé. L’édition 2013 qui vient de paraître comporte 212 variétés, avec des références sur leur valeur agronomique (rendement, précocité, résistance à la verse), mais aussi sur leur valeur alimentaire (valeur énergétique UF et digestibilité des fibres). Les données sont également mises en ligne sur les sites internet des 5 Chambres d’agriculture normandes, avec quelques informations complémentaires telles que la vigueur au démarrage, la précocité de floraison la teneur en amidon… En complément, des informations sur le rendement en grain des variétés peuvent être obtenues sur le site d’Arvalis-Institut du végétal.Parmi ces 212 variétés, nous en avons sélectionné 58 de différents groupes de précocité et qui présentent un bon compromis rendement/valeur alimentaire confirmé par au moins 2 années d’essais (tableau). Nous présentons aussi 20 nouveautés prometteuses, dont les résultats devront être confirmés sur au moins une deuxième année d’autant plus que les conditions climatiques 2012 sont très particulières. Selon la surface en maïs de l’exploitation, il est conseillé de semer 2 à 4 variétés différentes disposant de résultats confirmés, plus éventuellement 1 à 3 nouveautés prometteuses à tester sur de plus petites surfaces.

D’abord une précocité adaptée à la parcelle

La précocité est le premier critère de choix des variétés : elle doit donc être adaptée à la situation climatique de la parcelle, éventuellement ajustée selon la vitesse de réchauffement du sol et la date de semis habituelle (encadré). C'est elle qui détermine la teneur en matière sèche de l'ensilage à une date donnée, ou la date à laquelle on pourra récolter au taux de matière sèche optimum (32 à 35% de MS). Il faut être sûr de pouvoir atteindre une teneur en MS d’au moins 30 % tous les ans à une date pas trop tardive (avant le 10 octobre), pour limiter le risque de récolte en conditions difficiles ou des premières gelées qui vont dégrader la qualité des tiges et feuilles du maïs. Une récolte à un taux de MS trop faible pénalise le rendement, qui est maximum vers 33-35 % de MS. Les quantités de maïs ingérées augmentent également jusqu’à environ 35 % de MS, voire un peu plus quand les conditions de fin de végétation sont favorables comme cette année et que le feuillage reste sain. Cette ingestion plus élevée de maïs permet d’économiser du concentré. A l’extrême, des teneurs en MS inférieures à 28-30 % entraînent des pertes par jus, mais aussi pénalisent la valeur alimentaire et surtout les quantité&s ingérées. Inversement, une récolte à un taux de MS trop élevé (plus de 35-37 %) augmente le risque de mauvaise conservation et surtout d’échauffement à l’ouverture du silo (tassement plus difficile). La valeur énergétique peur aussi baisser à cause de la diminution de la digestibilité des tiges et feuilles.

Choisir des variétés adaptées au type de ration

Une fois le type de précocité déterminé, d’autres critères peuvent être pris en compte pour sélectionner ses variétés. En situation exposée au vent, on privilégiera les variétés avec une bonne résistance à la verse, cause de problèmes à la récolte (apport de terre au silo, mauvaise conservation…) comme 2012 l’a brutalement rappelé. Le rendement et la valeur énergétique (UF) interviennent ensuite. On pourra donner plus d’importance à la valeur énergétique si le maïs est destiné à des animaux à besoins élevés (vaches hautes productrices, taurillons…), ou bien s’il est associé à des fourrages de valeur énergétique plus faible (ensilage d’herbe, luzerne…). On peut ensuite s’intéresser à l’origine de l’énergie. En effet, une même valeur énergétique peut être obtenue soit avec une teneur en amidon élevée (beaucoup de grain), soit avec une teneur en amidon plus faible mais des fibres des tiges et feuilles plus digestibles. Si la ration comporte moins de 25-30 % de fourrages fibreux (ensilage d’herbe, luzerne…) on a intérêt à privilégier, parmi les variétés ayant une bonne valeur énergétique, celles qui ont une meilleure digestibilité des tiges et feuilles, surtout pour les vaches laitières : cela permet de limiter la teneur en amidon de la ration, d’où des risques de subacidose limités et une meilleure valorisation de l’énergie. De plus, un maïs avec des fibres plus digestibles est généralement ingéré en plus grande quantité, avec à la clé des économies de concentré pour les animaux à besoins élevés.Certains semenciers mettent également en avant la nature de l’amidon des grains des variétés, plus ou moins dégradable dans le rumen et donc plus ou moins acidogène. L’amidon des grains de type corné est moins dégradé dans le rumen, et plus lentement, que l’amidon des grains de type denté, ce qui peut contribuer à réduire les risques de subacidose avec des rations à risque. Une information sur le type de grain est disponible sur les sites internet des Chambres d’agriculture de Normandie pour les variétés inscrites en France. Enfin, des critères secondaires peuvent être pris en compte dans des situations particulières. On pourra par exemple privilégier les variétés avec une bonne vigueur au démarrage en cas de semis précoce en situation froide, en l’absence de fumure “starter” ou en agriculture biologique.

Traitement de semence : le traitement CRUISER n’est pas toujours utile

Le choix de semences traitées avec CRUISER, compte tenu du coût, doit se raisonner en fonction du risque potentiel des parcelles. Concernant les taupins, les principaux facteurs de risque sont la présence de taupins sur la parcelle les années précédentes et le retournement d'une prairie longue durée depuis moins de 5 ans, avec un risque accru les 2 années suivant le retournement. 22 essais réalisés par les Chambres d'agriculture de Normandie et Arvalis, de 2008 à 2011, ont comparé des variétés avec ou sans traitement CRUISER en situation de faible risque “taupins” (pas de prairie sur la parcelle depuis plusieurs années). Le gain de rendement est rarement significatif (+ 0,3 t MS/ha en moyenne), et le surcoût de la semence n’est compensé que dans 15 à 25 % des cas (en fonction de la densité de semis, de la valeur de la tonne de maïs, etc.).


En savoir plus

L’édition 2013 du dépliant “Les variétés de maïs-fourrage en Normandie” vient de paraître. Si vous ne le recevez pas, ou pour tout complément d’information, n’hésitez pas à le demander auprès du spécialiste “fourrage” de votre Chambre d’agriculture. Vous pourrez également obtenir des informations complémentaires sur les variétés en consultant nos sites internet ou celui d’Arvalis-Institut du végétal.

- Calvados : www.calvados.chambagri.fr Sophie Hard - 02 31 31 87 67

- Manche : www.manche.chambagri.fr Nathalie Dilly - 02 33 06 45 04

- Orne : www.orne-agri.com Cécile Primois - 02 33 31 48 00

- Eure : www.eure.chambagri.fr Aurélien Dubos - 02 32 47 35 75

- Seine-Maritime : www.seine-maritime.chambagri.fr François Ratier - 02 35 59 47 65

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Claas, jaguar 990 TT
La Jaguar 990 TT : ce qu’en disent les chauffeurs
Dans la parcelle de Francis Martin et Mickaël Philippe à Sottevast (50), une vingtaine de collègues ont prêté main-forte aux…
VIDEO La Jaguar 990 TT Claas se démène dans la Manche
Le concessionnaire SM3 Claas a fait venir l’ensileuse 990 terra trac pour une démonstration dans la Manche. Venue d’Allemagne, la…
Frédéric Bellanger, Orne
Chez Frédéric Bellanger, le bonheur est dans l’herbe
Pour Frédéric Bellanger, producteur de viande bovine à La Boursillière à Moutiers-au-Perche (61), le bonheur est dans le pré :…
ABATTOIR ASH TEBA
Nouveau coup dur pour l’abattoir et Teba
Dans la nuit de mercredi 21 à jeudi 22 octobre 2020, des fuites sur l’installation froid ont été détectées à l’Abattoir de Saint-…
SCoT Caen métropole
Le futur visage de la métropole de Caen
Le nouveau SCoT de Caen métropole réduit la possibilité d’urbaniser les terres agricoles et naturelles. Une enveloppe foncière…
LIN ET COVID
Le lin : une filière d’excellence à l’épreuve de la Covid
80% de la production mondiale de fibre de lin teillé est d’origine européenne et la France en est le leader mondial. Outre leur…
Publicité