Aller au contenu principal

Reproduction
Vêlages 2 ans en Charolais : un moyen d’optimiser un système

La longueur de la période de vie “improductive”, avant le premier vêlage, a un poids non négligeable sur le bilan de carrière d’une reproductrice et donc sur l’efficacité économique du système.

D’après une expérimentation menée entre 2000 et 2006 à la station de la Jalogny sur un troupeau Charolais, le vêlage à 2 ans a pour principal intérêt de permettre une augmentation du nombre de vêlages pour un même nombre d’UGB de 5 à 10 % selon la proportion de génisses pouvant être mises à la reproduction à 15 mois.

Bien conduire ses génisses pour de bons résultats de reproduction
Le bon moment pour la mise à la reproduction dépend plus du poids que de l’âge des génisses. Il est donc important de soigner leur croissance et donc leur alimentation durant les premiers mois. L’objectif à viser au sevrage est un poids de 350 kg à 9 mois soit une croissance supérieure à 1 000 g par jour sous la mère. Elles doivent ensuite avoir atteint au minimum 430 kg pour une génisse charolaise au moment de leur mise à la reproduction. La croissance des génisses doit être supérieure de 300 g par jour par rapport à une conduite classique.
Le vêlage à 2 ans a des conséquences sur les résultats de reproduction, en particulier une augmentation du nombre de vaches vides. Mais plus le poids à la mise à la reproduction est élevé et moins elles sont importantes. Dans ce cadre, il est important de suivre rigoureusement le poids des génisses grâce au contrôle de croissance afin de déterminer celles qui seront mises à la reproduction à 14 mois (Tableau 1).
Conséquence des résultats de reproduction, le nombre de réforme à 3 ans est plus élevé qu’en conduite classique. On y trouve les génisses vides ainsi que le vaches réformées à l’issue du premier vêlage. Cette conduite du vêlage implique donc un taux de renouvellement assez élevé, supérieur à 25 %, afin de sécuriser la conduite de la reproduction et de bien valoriser ses réformes.
Les génisses doivent être considérées comme la catégorie d’animaux à fort besoin. Leur capacité d’ingestion étant moindre que pour les adultes et leur besoin de croissance supérieur, il faut leur attribuer un fourrage de bonne qualité (foin précoce ou regain d’herbe non épiée) et assurer une complémentation suffisante.
De même, les génisses lors de la saison de pâturage doivent être conduites en pâturage tournant de façon à disposer toujours d’une herbe de qualité.
Le vêlage à 2 ans n’accentue pas les difficultés de vêlage à condition de respecter les conditions minimum et de bien trier les génisses qui seront mises à la reproduction à 15 mois. Si le gabarit des génisses est suffisant et le taureau adapté (bonne facilité de naissance) il n’y a pas de raison pour qu’il y ait des problèmes.
En revanche, le poids des animaux adultes est pénalisé, notamment pour les génisses les moins lourdes lors de leur mise à la reproduction. En moyenne, le poids de carcasse des réformes est inférieur de 15 kg par rapport à des animaux ayant vêlé à 3 ans.

Des veaux plus petits
Les veaux issus de génisses ou de primipares naissent plus petits et sont plus fragiles durant leurs premiers jours de vie. La mortalité des veaux est donc souvent un peu plus élevée, même si à l’échelle du troupeau l’impact reste faible. Ils ont également une croissance légèrement inférieure durant les premiers mois de vie due à une moindre production laitière des mères au premier vêlage par rapport à un vêlage 3 ans. Cependant, dès le deuxième veau, on ne remarque que peu de différence de croissance.

Un résultat économique au rendez-vous
Le résultat économique global du système, mesuré par l’EBE, est amélioré du fait de l’augmentation des produits (+ 4,6 %). Et cela, même si les besoins de complémentation en concentrés sont plus importants. Le vêlage à 2 ans permet d’obtenir des gains économiques certains, sans modification significative du chargement ni du fonctionnement du système fourrager (Tableau 2).

Vêlage à 30 mois : un bon compromis
Le vêlage à 30 mois permet de diminuer la période non productive des femelles avec moins de conséquences techniques qu’un vêlage à 2 ans. Dans les élevages qui pratiquent deux périodes de vêlages, il peut être facilement mis en place et pourrait être plus fréquemment pratiqué.
Dans les troupeaux où il y a une seule période de vêlages, il est intéressant de programmer le vêlage des génisses en début de période de vêlage afin qu’elles vêlent plus tôt : entre 32 et 35 mois. Cela permet également qu’elles ne se décalent pas trop si l’intervalle entre le premier vêlage et le deuxième est un peu long.
Le vêlage à 2 ans doit être réservé aux exploitations où les autres leviers d’amélioration techniques ont déjà été mis en œuvre.

Perrine Géhin - CA14
Pour les réseaux d’élevage de Normandie

Critères de sélection des génisses prévu pour un vêlage à 2 ans
Croissance minimum de 1000 g/j sous la mère.
Poids seuil de 430 kg pour une génisse charolaise au moment de leur mise à la reproduction (15 mois).
Génisse avec un bon développement squelettique à 15 mois.
Génisse issue d’un vêlage facile et d’une lignée de vêlage facile.
Exclure les génisses nées en fin de période de vêlage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 6e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS confirme, vendredi 26 mars 2021, qu'un sixième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans la zone historique.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian Duchemin vend la Ferme du Val d'Odon
Christian Duchemin passe la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de la Ferme du Val d'Odon,…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité