Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Covid-19
Vente à la ferme « On a débité comme pour Noël »

Les magasins de producteurs figurent parmi la liste des établissements autorisés à ouvrir à titre dérogatoire. Comme les autres, ils ont fait face dès dimanche 15 mars à un afflux de clientèle. Une situation qui pose des problèmes sanitaires auxquels chaque producteur fait face, à sa manière.

Clément Lebrun devant son magasin situé à l’entrée de son exploitation, à Gonneville-sur-Mer (14) se demande s'il doit poursuivre la vente de cidre à la ferme et au marché. « Mais on est attendu par les clients, on ne veut pas les décevoir ».
© DB

A la ferme du Houguet à Réville dans le Val de Saire, Alain Cottebrune s’active. « C’est chaud », témoigne le maraîcher, installé depuis 1992 dans la ferme familiale. Son magasin, La Verdura, a fait face à « un rush » mardi 17 mars, dès le matin, à la suite de l’annonce du confinement. « On a été dévalisé », témoigne l’agriculteur qui emploie neuf salariés. Il avait prévu des radis et des salades pour les deux collèges qui s’approvisionnent chez lui et dont les commandes ont été annulées. « J’avais des craintes par rapport aux radis ». Il n’en a plus en stock. Aussi, il a décidé de limiter ses livraisons aux magasins bio habituels pour privilégier la vente à la ferme.

De l’autre côté de la Normandie, à Tanques, au sud d’Argentan (61), Thomas Graindorge produit du lait qu’il transforme et vend à la ferme et aux grandes surfaces. La fermeture des restaurants vendredi soir l’a un peu impacté, mais c’est surtout la grosse commande de crèmes chocolatées, annulée par l‘école, qui lui reste sur les bras. Sur Facebook, il poste une promotion pour écouler ses 100 litres. « On a posté le samedi soir [14 mars] ». Le lundi matin, il n’y en a plus. « On ne s’attendait pas à voir autant de monde ». La vente en grande surface a été particulièrement démultipliée, « on a débité comme pour Noël », s’étonne encore l’éleveur, en rupture de crème, et qui n’avait « rien anticipé. On ne pensait pas qu’il y aurait une rupture de produits frais ».

 

Nadège Mahé, éleveuse à Coudeville (50), les clients nous ont appelés pour savoir si la vente était maintenue, j’ai envoyé un mail pour les rassurer et leur annoncer les mesures d’hygiène le jour de la livraison à la ferme ».

Règles de sécurité
Pour faire face à l’afflux de clients, il a modifié son accueil. « On a un système de libre-service, avec une tirelire à côté du réfrigérateur ». Pour limiter la manipulation des denrées, il a mis en place un système de commande, « on fait les sachets à l’avance ». Le local de vente est muni de gel hydroalcoolique. « On a affiché des recommandations : se laver les mains avant et après de prendre la commande, un lavabo est aussi à disposition ». Il désinfecte le local régulièrement dans la journée.
Nadège Mahé vend des caissettes à Coudeville (50) toutes les six semaines. TVR assurant ses services, elle a maintenu la vente. Pour respecter les règles, elle a envoyé par mail à ses clients une liste de mesures à prendre : préparer son stylo pour le chèque, ne pas être plus de deux dans le magasin, respecter une distance de 1 mètre avec les autres clients et les vendeurs.

 

Thomas Graindorge et son épouse, « ça [l’afflux de clients] va être temporaire, le pic de consommation est lié à la panique générale ».

Thomas Graindorge et son épouse, « ça [l’afflux de clients] va être temporaire, le pic de consommation est lié à la panique générale ». - © DB

Miser sur la livraison
La nécessité du confinement incite à développer la livraison à domicile. Jeff Lubrano, l’inventeur de la paille en paille La Perche a lancé un projet bénévole de livraison de produits de la ferme. Les Paniers perchés visent à éviter les contacts dans le secteur de Bellême (61). « On va récupérer les produits à la ferme, ils sont commandés et payés sur le site, puis on les livre », indique le président de l’association. Les cartons sont déposés devant la maison. Pour limiter les entrées dans son magasin, Alain Cottebrune a modifié son offre de livraison. Le tarif a été réduit à 1 euro symbolique pour les paniers de plus de 30 euros, il est même gratuit pour les personnes de plus de 60 ans. Les commandes explosent.

Risques pour les vendeurs
La question de la contamination est cruciale pour les producteurs-vendeurs : « et si un salarié est contaminé, demande Thomas Graindorge, que se passe-t-il ? ». Dans le pays d’Auge où de nombreux Parisiens ont débarqué dès samedi 14 mars, Clément Lebrun s’est posé la question de continuer à ouvrir son magasin à la ferme. Le cidriculteur vend aussi au marché de Houlgate les jeudis et samedis. « Sachant qu’on ne vend pas des produits de première nécessité, je me demande, est-ce que je dois prendre des risques pour le peu de vente que je vais faire ? D’un autre côté, on est attendu par les clients, on ne veut pas les décevoir ».
Finalement, Clément Lebrun a maintenu ses deux points de vente, « avec les précautions en vigueur, plutôt bien respectées".

 

Alain Cottebrune parmi ses planches à Réville dans le Val de Saire (50), « on a mis en place une livraison à domicile avec un tarif adapté et gratuite pour les plus de 60 ans ».

Alain Cottebrune parmi ses planches à Réville dans le Val de Saire (50), « on a mis en place une livraison à domicile avec un tarif adapté et gratuite pour les plus de 60 ans ». - © SB

Bonnes adresses

La Verdura (maraîchage) à Réville dans le Val de Saire (50)

https://www.laverdura.fr

 

Gaec de Brédeville (viande bovine normande) à Coudeville (50)

https://www.viande-bredeville.com/

 

Ferme de la Noé (produits laitiers) à Tanques (61)

https://fermedelanoe.jimdofree.com/

 

Ferme du bois Aulnay (produits cidricoles) à Gonneville-sur-Mer (14)

https://www.facebook.com/ferme-du-bois-aulnay-375584063289/

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité