Aller au contenu principal

Chez Jean-Luc Delattre à Sept-Vents (14)
Ventilation et niveau de vide à l’origine des cellules

Arrivé dans le Calvados en 2005, Jean-Luc Delattre s’est trouvé, dès son installation, confronté à un problème de cellules associé à une augmentation de la fréquence des mammites cliniques. Conditions de traite ? Ambiance des bâtiments ? Génétique des vaches laitières ? "Je me suis posé beaucoup de questions", se souvient-il. "Face à cette problématique, j’ai proposé à M. Delattre de faire intervenir notre spécialiste qualité du lait", a répondu Magali Delaporte, technicienne au Contrôle Laitier du Calvados.

La traite sous surveillance Première étape de ce diagnostic : assister à la traite. "Suite à l’observation des trayons après la traite, nous avons remarqué que 65 % des vaches présentaient des trayons congestionnés, violacés ainsi que de nombreux anneaux de compression qui pouvaient s’expliquer par un niveau de vide assez élevé, explique Magali Delaporte. Cette agression répétée deux fois par jour provoque un stress qui peut favoriser une mammite clinique principalement en raison de concentration de germes pathogènes présents sur le trayon et donc sur les manchons". Cette anomalie de fonctionnement de la machine à traire détectée, le concessionnaire est intervenu pour baisser le niveau de vide et revenir à une traite plus douce. Un problème de ventilation Le tour des bâtiments a permis également de mettre en évidence un problème de ventilation. "Une ventilation insuffisante qui facilitait un échauffement et une humidité de l’aire paillée, précise notre technicienne. Ces conditions favorisent une concentration forte de germes pathogènes au contact des trayons et donc un risque important de contamination responsable de mammites cliniques". Recommandations du Contrôle Laitier : ouvrir l’arrière de la stabulation en ajourant les planches de bardage de 1,5 cm et descendre les filets brise-vent de 50 cm. Avec l’appui du technicien de sa coopérative, l’éleveur a également monté un système de brassage d’air grâce à deux ventilateurs. Une novation que le Contrôle Laitier suit de près. Un suivi permanent Les résultats se sont vite améliorés même s’il a fallu parallèlement réformer quelques animaux. "Depuis 3 mois et malgré les mauvais mois d’hiver, on ne replonge pas, se satisfait Jean-Luc Delattre. Les derniers prélèvements sont aux alentours de 200 000. C’est correct". Notre éleveur et son agent du Contrôle Laitier restent cependant vigilants. En terme de qualité du lait, le suivi doit être permanent et l’attention quotidienne. Et pour Magali Delaporte, si l’intervention rapide et concertée avec un technicien spécialisé a permis de régler en grande partie le gros du problème, c’est ensuite par petites touches successives que l’on va optimiser les résultats. Jean-Luc Delattre, après le curatif, s’inscrit parfaitement dans cette démarche préventive. Il souhaite d’ailleurs notamment se pencher sur l’élevage des génisses. Le Contrôle Laitier du Calvados, c’est 7 protocoles de contrôle de performances, 5 formules d’appui technique et régulier et des services à la carte pour répondre aux besoins de tous les éleveurs. Avis d’expert : Magali Delaporte Diagnostic et conseils à court terme et à moyen terme accompagnés d’un suivi régulier, le Contrôle Laitier est intervenu rapidement mais avec méthode pour régler le problème de cellules rencontré dans l’élevage de l’EARL de La Ferme neuve. "Face à une problématique particulière, nous faisons appel à nos propres techniciens spécialisés", commente Magali Delaporte. Car au delà de la formule "Proximité" pour laquelle a opté Jean-Luc Delattre (10 visites conseil par an par le technicien de secteur), le Contrôle Laitier propose son expertise indépendante dans quasiment tous les domaines : de l’alimentation des animaux à l’optimisation du système fourrager en passant par le diagnostic conditionnalité et les conseils de fertilisation...
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Publicité