Aller au contenu principal

Race Normande
Vers un National à Saint-Lô en 2009

Après les succès parisiens ou rennais des éleveurs manchois, place à de nouveaux dossiers.

Les responsables de la race ont évoqué le nouvel OS mais aussi l’intérêt de la Normande face à la PAC.
Les responsables de la race ont évoqué le nouvel OS mais aussi l’intérêt de la Normande face à la PAC.
© E.C.
Une centaine d’éleveurs ont assisté à l’assemblée générale de la race Normande, jeudi dernier, à Ste Mère Église. L’occasion pour Pascal Orvain, président de la structure, d’évoquer un “National” en 2009 dans le département. Ce type de manifestation avait déjà eu lieu au centre de promotion de l’élevage, au début des années 1990, avec un succès mitigé, sur le nombre de visiteurs, en raison d’un site peu valorisant, du moins à l’époque. Nouvel OS en 2008 Au chapitre des nouveautés, Jacques Legendre, président de l’Upra, est intervenu sur la mutation vers l’OS. Après les tourmentes des dernières années, on peut dire aujourd’hui que l’UPRA a retrouvé la sérénité. L’OS pourrait donc voir le jour au premier trimestre 2008. Dans cette optique, une chargée de promotion-communication et une direction commune avec le GNA sont programmées. L’association manchoise, elle, va changer de nom (et de logo) pour s’appeler “Normande 50”. Pascal Orvain en a d’ailleurs profité pour inciter les éleveurs à devenir des VRP de la race. On ne peut parler de “Normandes” sans évoquer le lait. Si cette filière semble aller mieux du fait d’un rééquilibrage des marchés de la poudre et du beurre, les éleveurs ont demandé à Gérard Bédouin, président de l’interprofession régionale, d’être ferme sur le maintien de la grille de paiement du gramme différentiel. La filière “boeufs AOC de race Normande” poursuit son chemin avec une demande d’agrément à l’étude auprès de l’INAO. Michel Hamel, président de France Upra Sélection, et représentant des éleveurs à France Génétique Élevage a évoqué le financement de la génétique face au désengagement, désormais connu, de l’État. On se dirige actuellement vers une cotisation à la boucle ou sur le produit lait-viande. Thierry Hulmer, président du Contrôle Laitier 50, a d’ailleurs approuvé la démarche. En dernière partie, Jérôme Pavie (institut de l’élevage) est intervenu sur les différents systèmes laitiers face à l’avenir de la PAC. Pour cet ingénieur, qui a travaillé sur ce dossier en collaboration avec Céline Lenoury (étudiante à l’INAPG), “quel que soit le niveau de quota laitier et le type de système fourrager, les systèmes laitiers avec un troupeau de Normandes sont les plus compétitifs, tant en 2006 qu’en 2013. Les élevages produisant du lait avec des vaches spécialisées “lait” pourraient avoir intérêt à changer de race en 2013, pour maintenir leurs résultats économiques”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

JA 61
Le nouveau bureau des Jeunes agriculteurs est en place
Le nouveau bureau des Jeunes agriculteurs de l’Orne est en place depuis mardi 19 avril 2022, pour la mandature 2022-2024. L’…
De 50 t à 0 t de tourteau de colza
Il fut un temps où Damien Odienne achetait 50 tonnes de tourteau de colza par an pour compléter la ration de ses laitières et…
Région politique agricole
La Région Normandie dévoile sa politique agricole 2023-2027
Les élus prévoient un programme co-construit avec la profession, simplifié, d’un montant de 60 millions d’euros par an. Les…
Agrial, ferme grandeur nature
Agrial lance sa Ferme grandeur nature en juin
La coopérative agricole Agrial a décidé d’ouvrir les portes de deux fermes adhérentes lors d’un nouvel événement intitulé : Ferme…
« Dès que j’ai le dos tourné, les corbeaux reviennent »
Du Perche au bocage, en passant par la plaine, les corbeaux ravagent les parcelles de maïs. Si la DDT accorde le droit de les…
Elisabeth Borne à Boeuf en Fête
Élisabeth Borne nommée à Matignon
Le président de la République a nommé, lundi 16 mai 2022, Élisabeth Borne Première ministre. Il l’a chargée de former un…
Publicité