Aller au contenu principal

Opération stickage aux Carrefour et Leclerc d’Alençon
Viande bovine : une hausse de 60 cts/kg de carcasse pour survivre

“Pour vivre de notre métier, une hausse du prix producteur de 60 cts/kg est indispensable”.

Voilà le message que sont venus relayer auprès de la grande distribution Dominique Bayer (président
de la section viande bovine FDSEA), Manuella Belliard (présidente JA) et Daniel Genissel (président de la section viande bovine de la FRSEA de Basse-Normandie). Mercredi 15 septembre, une vingtaine de producteurs a mené, aux Carrefour et Leclerc d’Alençon, une opération de stickage. “Payé 2,90 e/kg, à qui profite la marge ? Les éleveurs de viande bovine veulent vivre de leur métier. Prix de la viande : + 40 % au consommateur et 0 % au producteur” en guise de messages. Messages reçus quasi 5 sur 5 par la ménagère de plus de 50 ans (et autres) : “on est avec vous !”

4 ans de crise
La production de viande bovine entame sa 4ème année de crise et la situation des producteurs n’est plus tenable. Paradoxalement, alors que la production est en recul et que la consommation se maintient, le prix à la production n’est pas à la hauteur. “Les acteurs de la filière sont responsables de cette situation en exerçant une pression continue sur les prix à la production. Le partage de la valeur ajoutée, ils ne connaissent pas”, dénonce Dominique Bayer. Du côté des GMS (Grande et Moyenne Surface), on déclare “comprendre les difficultés des éleveurs” tout en se gardant bien  de dévoiler ses factures d’approvisionnement. La transparence a ses limites !
Pour certains manifestants, il faudra revenir plus nombreux et un samedi pour trouver une oreille plus à l’écoute. Côté revendications, FDSEA et JA réclament une revalorisation de 0,60 e/kg de carcasse mais aussi que la VBF (Viande Bovine Française) soit privilégiée dans les rayons. La viande importée ne présente pas en effet les mêmes garanties (sanitaires, environementales, sociales, ...) que le “made in France”. Autre danger : “que les prix d’importation finissent par faire les prix chez nous”, craignent Dominique Bayer et Manuella Belliard.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ABATTOIR SAINT HILAIRE
Les élus mettent fin à la régie de l’abattoir de Saint-Hilaire
La communauté d’agglomération Mont-Saint-Michel Normandie a décidé le 15 décembre de mettre un terme à la régie de l’abattoir de…
Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Publicité