Aller au contenu principal

Moissonneuse batteuse
VIDEO : Axial flow dans la Manche : Les Manchois, pas retors au rotor

Dépositaire de la marque Krone depuis le printemps, Vivagri cherche à développer sa gamme récolte dans le Bocage et dans la Manche. Une série de démonstrations a eu lieu durant la moisson. Les chauffeurs ont pu tester la fameuse Axial-flow, peu présente dans ces territoires d’élevage.

Devant l’Axial-flow Case IH en démonstration dans la Manche jeudi 30 juin 2020, de gauche à droite : Antoine Letirand, apprenti à Vivagri ; Jean-Baptiste Caussade, directeur général de Vivagri ; Eric Folliot, patron de l’ETA Folliot à Montabot (50) ; Olivier Autier, commercial Calvados de Vivagri ; Jean-Marc Gazengel, commercial Centre-Manche de Vivagri.
© DB

« C’est la première fois que je vois une Axial par ici », remarque Éric Folliot, patron de l’ETA du même nom à Montabot. Jeudi 30 juin, par une chaleur caniculaire, il est au volant de l’Axial-flow de Case IH que Olivier Autier lui a mise entre les mains. Il n’a jamais travaillé avec Vivagri (groupe Blanchard) ni conduit d’Axial auparavant, mais il connaît le système rotor avec New Holland. « On essaye dans plusieurs conditions, là, dans du blé très clair, après dans du beau blé, on va voir la différence ».

Vendeur pour les établissements Vivagri, Olivier Autier mène la campagne de démonstration de la moissonneuse. Il confirme : « c’est la première fois que nous descendons une machine du Calvados pour venir ici dans la Manche ». Le concessionnaire a repris récemment la marque Krone dans ce secteur, « on va donc être responsable du service après-vente des ensileuses et de tout le matériel Krone. Pour poursuivre dans la récolte, nous avons souhaité aller plus loin et entamer un programme de démonstrations avec les batteuses Case IH ».

 

Calibrée pour la paille

« Les gens connaissent la machine pour son débit, sa propreté de grain, son faible coût d’entretien ». Pourtant, les agriculteurs du Bocage et de la Manche, à majorité des éleveurs, utilisent peu cette marque. « Ils ont une réticence, car ils pensent que l’Axial-flow ne fait pas de paille, note Olivier Autier, cette année, nous avons décidé de configurer notre machine en version paille pour répondre à cette demande ». Les techniciens ont réduit le débit, « de façon à moins agresser la paille ». Des pièces ont ainsi été modifiées, « il nous reste quelques petits réglages, en fonction des conditions météo, des fortes températures, pour le soir, etc. ». « C’est une machine très simple d’utilisation et de fonctionnement, précise Antoine Letirand, apprenti affecté aux démonstrations, l’entretien journalier est très facile et rapide ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

La coopérative linière du nord de Caen recrute
La Coopérative linière du nord de Caen créé une nouvelle équipe de nuit et recrute une dizaine de personnes sur son site de…
Marine et Jean-Sébastien Schils, agriculteurs du Calvados, sur M6 ce mercredi 4 janvier 2023
Marine et Jean-Sébastien Schils ont créé leur entreprise de pailles en seigle bio, La Paille d'O, afin de diversifier les sources…
Le CSP collectif : ce qu’en pensent les agriculteurs
La Chambre d’agriculture de Normandie organise quelques sessions de conseil stratégique phytosanitaire collectives. Près de 18 …
[EN IMAGES] Les étourneaux font leur nid dans le Bessin
Après le sud Manche, c’est au tour du Bessin, dans le Calvados, de subir les conséquences d’une présence excessive et durable de…
PARTICIPEZ AU JEU SM CAEN - GRENOBLE
 Jeu concours "Match à domicile du SM Caen". 2 places à gagner pour aller supporter votre club normand au stade d'Ornano !
Ter'élevage : l’ouest décapitalise plus qu’ailleurs
Succès pour les rencontres bovines Ter’élevage qui se sont déroulées le 7 décembre 2022 à Noyers-Bocage (14). 280 animaux…
Publicité