Aller au contenu principal
Font Size

« Viens voir ma ferme », les 28, 29 et 30 juin

La FRSEA de Normandie organise « Viens voir ma ferme » les 28, 29 et 30 juin. Explications d’Anne-Marie Denis, vice-présidente de la FRSEA, organisatrice de l’évènement.

© S. Leitenberger

>> Quel est le but de cette action ?
Notre but est de créer du lien entre les agriculteurs et leur entourage proche. Nous constatons qu’un fossé se creuse entre les agriculteurs et leurs voisins. Nous avons du mal à nous comprendre et nous pensons que cela vient d’un manque de dialogue. Chacun vit sa vie et nous n’avons plus le temps d’échanger. De là naissent des a priori, des jugements infondés et des relations qui, parfois, se tendent. Nous avons donc besoin de faire découvrir notre métier, nos pratiques et nos méthodes, en particulier à nos plus proches voisins.

>> Par exemple ?
Le premier exemple ce sont les pratiques phytosanitaires. Les gens ne savent pas que les molécules utilisées aujourd’hui sont plus douces que celles que nous utilisions il y a vingt ou trente ans. Quand ils voient passer le pulvérisateur plusieurs fois dans le même champ, ils imaginent que le nombre de traitements s’accroit, alors que le fractionnement permet de réduire les doses de produit. Nous avons beaucoup de pratiques qui nous semblent aller de soi parce que c’est notre quotidien et que nos voisins ne comprennent pas.

>> C’est une sorte de fête des voisins, en somme…
Oui mais cela va plus loin puisqu’il s’agit pour nous de communiquer sur notre métier. Bien sûr la convivialité doit être au cœur de l’évènement. Nous souhaitons organiser une discussion simple et cordiale.

>> Pourquoi s’adresser aux voisins plutôt qu’au grand public à plus grande échelle ?
Parce que ce n’est pas une simple opération de communication. Nous ne cherchons pas à faire « un coup de com ». Nous voulons à la fois aller plus loin et faire plus simple. Plus simple par un dialogue direct sur les exploitations et plus loin en tissant du lien social entre les agriculteurs et leurs voisins. Quand on se connaît mieux on se comprend mieux.

>> Comment cela va-t-il se passer ?
Les agriculteurs qui souhaitent ouvrir leur ferme sont invités à s’inscrire près de leur FDSEA. Le mieux est d’ailleurs de le faire en équipe car il est plus facile d’accueillir à plusieurs sur une même ferme que seul. Ensuite, les agriculteurs qui accueillent invitent les habitants de leur village ou des villages voisins. Cela peut représenter trois voisins, comme à quelques dizaines de personnes, pendant quelques heures le 28, le 29 oui le 30 juin, à la discrétion de ceux qui accueillent. Cela peut être pour un apéritif, une soirée festive, un pique-nique à la ferme. Libre à chacun de l’organiser comme il le sent.

>> Comment accompagnez-vous les participants ?
Nous avons noué un partenariat avec l’association nationale #Agridemain. Nous mettons à la disposition des exploitants une journée de formation pour organiser la visite et des tracts et affiches destinés à faire connaître leur évènement.

>> Vous espérez toucher beaucoup de monde ?
Nous n’avons pas fixé d’objectif. Nous espérons ouvrir une centaine d’exploitations sur la Normandie. Et si nous ne parvenons pas à le faire cette année, ce sera pour l’année prochaine. D’expérience, ceux qui accueillent du public en retirent toujours une satisfaction.

>> Ce titre, « viens voir ma ferme » sonne comme une invitation…
C’est une double invitation : une invitation au public à aller à la rencontre de leur voisin agriculteur, et une invitation aux agriculteurs à s’inscrire dans cette action. Contactez votre FDSEA !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
MC DO CONTRAT
Contrat McDo : « Je connais le prix, quelle que soit la date de sortie »
Romaric, Bernard et Françoise Anquetil élèvent des Prim’Holstein à Saint-Jean-des-Champs (50). Depuis 2007, les jeunes bovins…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
Publicité