Aller au contenu principal

Virginie Garin (Chef du service Qualité de la vie de RTL) : « parler aussi des formidables capacités d’innovation du monde agricole »

© DR

Comment faites-vous le lien entre agriculture et environnement dans les sujets que vous traitez à la radio ?

Les médias parlent en priorité des trains qui n’arrivent pas à l’heure. C’est une règle immuable. En fait, c’est humain. Observez un repas de famille ou avec des amis, vous aurez tendance à parler d’abord des mauvaises nouvelles. Donc les sujets retenus plus facilement à la Une des journaux sont en général négatifs. En ce qui concerne l’agriculture et l’environnement, il va s’agir des pesticides sur les fruits et légumes, des algues vertes, des questions de sécurité alimentaire… Mais, certains médias et journalistes savent aussi mettre en valeur des sujets positifs ! Sur RTL, nous n’hésitons pas à parler aussi des formidables capacités d’innovation du monde agricole, qui, à mon sens, peut être l’un des plus modernes en matière d’écologie. La production d’énergies vertes, la méthanisation, la lutte biologique, les méthodes raisonnées…  voici des exemples de sujets que nous mettons régulièrement à l’antenne. Les agriculteurs et leurs organisations professionnelles ne devraient pas hésiter à communiquer sur ces sujets.

Pensez-vous que l’image des agriculteurs s’est ternie depuis quelques années dans l’opinion ?

Non, je ne pense pas. Au contraire. Je mesure régulièrement au Salon de l’agriculture à Paris la bonne image qu’ont les agriculteurs auprès du grand public. J’ai déjà couvert 20 salons et je n’ai pas constaté d’évolution négative. Il y a au contraire un vrai attachement à une profession qui nourrit, qui produit du vivant et qui rassure. J’ai l’impression que les consommateurs, quand ils ont des reproches à faire, incriminent plutôt la grande distribution et les industriels de la transformation. Le capital sympathie reste intact. Même si les citadins ont parfois une image un peu décalée « du paysan qui travaille à l’ancienne ». Au monde agricole de montrer son modernisme.

 

Sur quels sujets les paysans devraient-ils s’exprimer plus largement ?

Et bien justement leur modernité. C’est une profession qui énormément évolué. Qui s’est remise en question. Bien sûr, il n’y a pas de fumée sans feu et si les médias parlent de sujets négatifs, de pollution… c’est que ces problèmes sont réels. Mais en tant que journaliste, je sais que les agriculteurs ont  de nombreuses solutions concrètes à mettre en valeur. Les journalistes et les agriculteurs se connaissent mal. Je le regrette. Quand un agriculteur voit un journaliste, il doit d’abord penser qu’il a en face de lui un consommateur,  soucieux de ce qu’il mange et ce qu’il donne à ses enfants. Si l’agriculteur lui parle de sujets qui le concernent : de qualité, de méthodes respectueuses de l’environnement…   il va le rassurer et l’intéresser.

Quels sont pour vous les symboles du monde agricole ?

Des symboles forts et importants comme le tracteur, l’animal, le pain qui nourrit, le terroir. D’autres plus surannés, comme le béret et les bottes, la moustache et la fermière habillée comme avant la guerre, entretenus souvent par l’industrie agro-alimentaire sur les étiquettes des produits.  Il y aurait la place pour de nouveaux symboles : l’ordinateur qui permet une agriculture de précision, de qualité et plus écologique. L’éolienne ou la cuve de méthanisation. L’agriculteur pourrait devenir le représentant de l’économie circulaire.

La France se fait dépasser sur les podiums en matière agricole en Europe et dans le monde, c’est un sujet « transversal » pour une radio comme RTL ou cela reste confié à l’agricole ?

Non, nous en parlons. Si l’agriculture française s’exporte moins bien, ou si nos vins perdent une place sur le marché mondial, ces infos sont relayées à l’antenne. En ce qui me concerne, j’essaie de montrer à l’auditeur les enjeux d’un affaiblissement du secteur agricole français : en termes d’emplois, d’aménagement du territoire, de garanties de qualité et du contrôle de la sécurité de ce que nous mangeons. Mais nous pouvons aussi relayer les informations sur la place de notre agriculture quand elles sont positives ! Sur RTL, nous sommes assez tricolores. Nous sommes une radio populaire attachée aux symboles nationaux. Quand la charcuterie française s’exporte en Chine ou aux USA, nous en parlons aussi !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Publicité