Aller au contenu principal

Voies bloquées : le dialogue s'ouvre avec le ministre de l'Agriculture !

Stéphane Le Foll a rencontré les représentants des agriculteurs à Caen.Le ministre a ensuite filé sur Paris pour une réunion avec le médiateur et les responsables nationaux du monde agricole. Objectif : finaliser le plan d'urgence.

Le ministre de l'Agriculture n'était pas à Caen pour passer un accord. "Je rentre à Paris pour une négociation nationale. Ici, j'ai écouté la spécificité d'une région", souligne Stéphane Le Foll. Le ministre s'est également justifié sur son temps de réaction. "Je suis venu par respect pour les éleveurs. J'ai attendu d'être capable d'apporter des éléments. Je connais les responsables agricoles, ils veulent qu'on discute du fond. J'ai donc pris un peu de temps".

Blocage maintenu pendant
la réunion avec le médiateur et les représentants nationaux de la profession
À la préfecture, le ministre a d'abord reçu une délégation de 8 leaders du Calvados. Il a ensuite échangé avec les responsables régionaux. À la sortie de la réunion, la FDSEA et les Jeunes agriculteurs n'ont pas levé aussitôt les barrages. Les représentants de la FDSEA et des Jeunes Agriculteurs sont retournés sur les points de blocage. "Nos échanges ont été intéressants. En même  temps, ne soyons pas dupes, nous attendons les négociations suite au rapport du médiateur. 18 mesures doivent être adoptées en concertation avec l'ensemble de la profession agricole. En maintenant le blocage, nous donnons plus de poids à nos représentants nationaux", indique Jean-Yves Heurtin. Le président de la FDSEA 14 attend des actes, mais se montre prudent et ne semble pas décidé à tomber dans une surenchère démagogique. "On obtient jamais assez. Cependant, si nous n'avions pas été là, ça serait pire. Il faut bien placer le curseur. Je préfère avancer par petits pas et aller au bout".

Critère de spécialisation assoupli
Au chapitre des avancés, le ministre de l'Agriculture semble décidé à assouplir les critères de spécialisation. "Ils ne correspondent pas à la réalité du terrain. Nous allons recalibrer les critères pour que les aides aillent aux exploitations qui ont des difficultés de trésorerie. Elles doivent bénéficier d'allégement de charges, de reports ou d'effacement de cotisations MSA. Ces demandes sont justifiées", souligne Stéphane Le Foll. Dans la situation actuelle, certaines enveloppes destinées à soutenir des élevages porcins ne sont pas totalement utilisées. "Nous sommes dans un département multiproductions, il faut en tenir compte. Avec cet assouplissement, on va déjà activer l'intégrité des fonds proposés", insiste Jean-Yves Heurtin.

Assouplissement des capacités de stockage en bout de champ
Autre sujet évoqué : les capacités de stockage d'effluent d'élevage. Une tolérance plus élevée, sur le stockage en bout de champ, se dessine. "Par exemple : le fumier pailleux des laitières, s'il est posé sur de l'herbe ou un tapis de sciure, pourrait bénéficier de 9 mois de stockage extérieur".
Sur les 5 centimes par kilo de viande, les syndicalistes sont revenus très "fermement" sur le sujet. "Il nous a assuré sur sa volonté à aboutir. Mais quel crédit donner à cet engagement-là quand on voit le résultat. Le monde agricole peut peser, mais nous devons savoir qui sont les coupables", estime le président de la FDSEA. Les sujets d'inquiétudes restent nombreux. Le débat a été amorcé à Caen. D'autres ministères  ont indirectement leur mot à dire sur les sujets agricoles. Sur les barricades, les agriculteurs sont avertis. Stéphane Le Foll doit aussi composer avec Bercy et l'environnement.
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
ANNE MARIE DENIS PRESIDENTE FRSEA
" Forger un syndicat régional moteur d’une agriculture multiple "
Rencontre avec l’Ornaise Anne-Marie Denis, présidente de la Fdsea 61 et désormais de la Frsea Normandie. Une femme de caractère,…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
Jennifer Morin, agricultrice
Jennifer Morin, « mieux vaut avoir le caractère bien trempé »
À Larchamp, commune nouvelle de Tinchebray-Bocage (61), Jennifer Morin est installée avec son mari en lait. Non issue du milieu…
COOPERATIVE CREULLY ESSAI CULTURE POMMES DE TERRE
La Coop de Creully plante le cadre des pommes de terre industrielles
La Coopérative de Creully teste avec une vingtaine d’agriculteurs la production de pommes de terre industrielles. Près de 150 ha…
Publicité