Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Orne
“Y a pu d’saisons” mais toujours autant de réflexion

Les GVA de l’Orne consacreront leur rendez-vous annuel du 24 novembre au changement climatique.

Nicolas Tison (élu de la Chambre d’Agriculture, responsable de l’animation et du développement des GVA locaux), Violaine Lasseur (responsable de Région Pays d'Alençon Pays d'Argentan Pays d'Auge et coordinatrice départementale des GVA) et Bulle Pouzoulet (chargée de mission agriculture et énergie au Parc Naturel Normandie Maine). Face au réchauffement climatique, il ne faut pas sortir le parapluie mais réfléchir pour agir.
Nicolas Tison (élu de la Chambre d’Agriculture, responsable de l’animation et du développement des GVA locaux), Violaine Lasseur (responsable de Région Pays d'Alençon Pays d'Argentan Pays d'Auge et coordinatrice départementale des GVA) et Bulle Pouzoulet (chargée de mission agriculture et énergie au Parc Naturel Normandie Maine). Face au réchauffement climatique, il ne faut pas sortir le parapluie mais réfléchir pour agir.
© TG
Il sera beaucoup question de réchauffement climatique lors de la journée départementale organisée par les GVA (15 groupements et 500 adhérents dans l’Orne) le 24 novembre prochain à Alençon. “Le climat change, nous aussi”. Tel est le thème de la réflexion proposée par une structure qui revendique son action selon 4 axes : du mieux-être pour les agriculteurs, une capacité à innover et s’adapter pour les exploitations , une écoute des préoccupations du terrain et des projets de territoires.

Mieux comprendre pour mieux réagir
“Climatiquement et par rapport à une année déroutante, on perd nos repères”, insiste Nicolas Tison, président de la Commission départementale des GVA de l'Orne et agriculteur dans le Perche. Le moment est donc particulièrement bien choisi pour comprendre le changement climatique et surtout explorer des pistes d’adaptation. Pas question bien sûr de tomber dans un discours anxiogène ni dans le fatalisme qui ne constitue pas la tasse de thé des GVA. “Il ne s’agit pas de culpabiliser les agriculteurs par rapport à cette problématique mais d’envisager une évolution positive de ce phénomène”, rassure Nicolas Tison. Et Violaine Lasseur, coordinatrice départementale GVA, d’enchaîner : “l’objectif est de mieux comprendre pour mieux réagir”. Réagir par exemple en adaptant ses choix variétaux, en repensant son assolement, en gérant autrement la conduite de l’herbe (...). Les experts de la Chambre d’Agriculture ont déjà  débroussaillé quelques pistes.
Mais le pendant à l’adaptation, c’est aussi la prévention. Acteur sur son territoire, le Parc Régional Normandie Maine mène une politique ambitieuse sur le sujet. “Nous accompagnons par exemple les agriculteurs qui souhaitent mener des actions concrètes en terme de réduction d’émissions de gaz à effet de serre”, illustre Bulle Pouzoulet, chargée de mission agriculture et énergie, du Parc Régional. En résumé, pas question face au réchauffement climatique de sortir le parapluie. Plutôt réfléchir pour agir.
Au programme
- 14 h : table ronde : “une heure pour comprendre
le changement climatique” avec Jean-René Lucas (chargé de mission Climaster) et Maxime Moncamp (ingénieur agriculture de l’ADEME.
- 15 h : ateliers “pistes d’adaptation”.
Atelier 1 : adapter concrètement ses pratiques agricoles ou plan de soutien du Parc Naturel Régional Normandie Maine aux agriculteurs pour s’adapter aux enjeux
énergétique et climatique.
Atelier 2 : méthanisation ou agroforestie.
Ateliers animés par des agriculteurs (projets, pratiques) et des conseillers spécialisés de la Chambre d’Agriculture (repères technico-économiques).
Inscriptions et informations au 02 33 81 77 80
ou sur www.orne-agri.com/territoire/gva
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité