Aller au contenu principal

ZNT : ne pas laisser dériver le débat

Répondant à l’invitation de la FDSEA et des JA de la Manche, Christiane Lambert s’est rendue ce lundi à la ferme expérimentale de la Blanche Maison à Pont-Hébert (50). La présidente de la FNSEA, devant de nombreux élus (parlementaires, élus départementaux, maires...) et les représentants de l’Etat, a remis l’église au cœur du village sur le dossier des ZNT (Zone de Non Traitement). « Il n’y a pas d’inertie écologique en agriculture », a-t-elle insisté.

lll « Nous ne sommes pas addictes aux produits phytosanitaires. La transition écologique est engagée et il n’y a pas d’inertie environnementale en agriculture mais nous faisons plus confiance à la science et aux bonnes pratiques plutôt qu’aux distances qui risquent de devenir des zones de non-culture où les adventices vont se multiplier », a synthétisé Christiane Lambert au terme d’un échange, très pédagogique, sur le sujet trop médiatique des ZNT (Zone de Non traitement).

Plus de 30 % de la SAU à la Blanche Maison
Pour l’occasion, Sébastien Amand et François Rihouet (respectivement présidents de la FDSEA et de JA Manche) avaient battu le rappel de leurs troupes pour mettre en scène, sous forme d’une chaine humaine, les conséquences d’une ZNT de 150 mètres. A la ferme expérimentale de la Blanche Maison, que préside Nadège Mahé, le verdict est sans appel : 35 ha impactés sur 112 soit plus de 30 % de la SAU (Surface Agricole Utile).
Un verdict de quasi-condamnation à mort pour certaines productions. « Dans cette hypothèse, les trois zones légumières disparaissent de la carte départementale », pronostique Pascal Férey, représentant Sébastien Windsor au nom de la Cran (Chambre régionale d’agriculture de Normandie).
« La jeunesse agricole est désespérée, a rebondi François Rihouet avant de s’adresser aux élus : nous avons confiance en nos maires ruraux mais nous avons besoin de relais ». L’occasion pour le président de la FDSEA 50 d’appeler au consensus. « On veut rassurer. La notion de distance, ce n’est pas la question », plaide Sébastien Amand en phase avec Christiane Lambert. « 150 mètres, ça ne correspond à rien. C’est un sujet qui a fait l’objet de trop de diabolisation. Nous n’avons pas besoin de cliver davantage».

Dix centimètres de précision avec la buse antidérive
Déplorant ce débat confisqué et cette politique militante des 150 mètres, la patronne de la FNSEA fait plus confiance « à la science qu’à l’émotion » en se remettant aux conclusions de l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire). Dix mètres pour les cultures hautes et cinq mètres pour les cultures basses « voire moins avec des buses antidérive avec lesquelles on atteint une précision de 10 cm ». Des propos corroborés par une démonstration in situ. Avec le concours des Ets Lebaudy, les élus présents (Stéphane Travert, ancien ministre de l’Agriculture en tête) se sont prêtés au test des lunettes. A 10 cm de la moitié de rampe équipée de buses antidérive, pas de projection sur les verres. Sur l’autre moitié équipée de buses classiques, un effet brouillard.  « L’âge moyen d’un pulvérisateur en France est de 13 ans. Il faudrait s’équiper d’engins plus récents », reconnaît Christiane Lambert. Une piste à creuser dans un contexte de bonnes pratiques déjà largement répandues. Traiter avec un vent inférieur à 19 km/h, traiter plutôt la nuit à sève descendante, tenir compte de la présence ou pas des riverains pour retisser du lien social...
Un lien social mis à mal par les 60 maires (sur 36 000 communes en France) qui ont pris un décret antipesticide. Des maires courages ? « Courage de quoi ? Ils opposent les uns aux autres.» La présidente de la FNSEA préfère la charte des riverains et le contrat de solutions imaginé avec une quarantaine de partenaires. Treize chartes, malgré les stop-and-go de l’administration, ont déjà été signées. On devrait en comptabiliser 50 d’ici la fin de l’année et 100 % de couverture au 2 avril 2020.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Six installations plutôt qu'un (des) agrandissement(s) en Normandie
Safer et JA Normandie ont réuni, samedi dernier à Petit-Caux près de Dieppe (76), les acteurs d'une opération foncière inédite…
Les organisateurs ont présenté l'affiche officielle et le programme, lundi 25 mars 2024 à Lisieux.
La foire de Lisieux de retour ce week-end du 6 et 7 avril 2024
Habituellement organisée début mai, la Foire de Lisieux revient dès le 6 et 7 avril 2024 pour cette nouvelle édition. Au…
GAGNEZ 2 PLACES POUR LE MATCH SMC - LAVAL
Jeu concours pour aller encourager votre club normand au stade d'Ornano !
Nicolas Legentil était l'hôte d'une porte ouverte allaitante, jeudi 14 mars, à Brémoy. Il a fait visiter son exploitation aux 250 invités.
[EN IMAGES] Taurillons : le Gaec Legentil expose son savoir-faire dans le Calvados
Jeudi 14 mars 2024, le Gaec Legentil a accueilli plus de 250 personnes sur son exploitation, à Brémoy, dans le Calvados, pour une…
Hervé Morin, président de la Région Normandie et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur à Le Molay-Littry pour présenter le plan "reconquête de l'élevage allaitant", en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et en présence du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin
C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé à Le Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…
Le nouveau bureau de la FNPL (Fédération nationale des producteurs de lait) a été élu. Il est présidé par Yohann Barbe, producteur dans les Vosges.
Ludovic Blin et Benoit Gavelle, deux Normands dans le bureau de la FNPL
Depuis le 9 avril 2024, en succédant à Thierry Roquefeuil, Yohann Barbe devient le nouveau président de la FNPL (Fédération…
Publicité