Aller au contenu principal

Arnaud Didier : Le cidre joue le jeu

La maison cidricole a saisi l’occasion. Aux jeux équestres mondiaux, les produits cidricoles profitent d’une vitrine internationale. Un bar normand est ainsi installé sur le village. Il met en avant les produits et les producteurs.

Les jeux équestres mondiaux ont droit à leur cuvée. Qui se cache derrière ?
Il s’agit d’une cuvée collective. Nous ne voulions pas mettre en avant des marques particulières. La cuvée spéciale s’intitule la Normandie accueille le monde. La maison cidricole de Normandie l’a développé spécialement pour les évènements de 2014. Cette cuvée marque l’anniversaire du débarquement et les jeux équestres. Elle se décline en un cidre corsé, un cidre douceur, un poiré et un jus de pomme.

Ce cidre est-il considéré comme la boisson officielle des jeux équestres ?
Il s’agit du seul cidre autorisé à la vente. Tous les traiteurs, tous les bars et tous les restaurants qui vendent du cidre proposent uniquement la cuvée “la Normandie accueille le monde”. Nous avons l’exclusivité. Mais, le cidre n’est pas une boisson officielle, car la loi Evin nous l’interdisait.

Quel volume de cidre sera consommé ?
Il est un peu trop tôt pour le dire. Nous nous sommes mis en capacité de produire plus de 30 000 verres de pression, 400 bouteilles de cidre et 3 000 bouteilles de jus de pomme.

Êtes-vous déçu par la fréquentation du village ?
Non, car on ne savait pas où nous allions. Le côté très positif est que le bar est très apprécié. Le look de ce lieu est détendu, et donne une bonne image de la filière. Nous n’avions pas d’objectif chiffré. Nous souhaitions être présents et avoir une vitrine. C’est réussi.

A combien se chiffre la participation de la filière cidricole ?
C’est un investissement important, mais collectif. Les professionnels paient une cotisation. Elle nous sert à communiquer sur les jeux aujourd’hui. L’autre partie du financement provient du Conseil régional, du Conseil général du Calvados et de l’Europe. Sur ce bar, la location du bar et l’aménagement de l’espace reviennent

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
RecyOuest monte son usine à Argentan
Après sept ans d’existence, la startup normande a pu poser la première pierre de son usine de recyclage de ficelles et de filets…
Publicité