Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Arnaud Didier : Le cidre joue le jeu

La maison cidricole a saisi l’occasion. Aux jeux équestres mondiaux, les produits cidricoles profitent d’une vitrine internationale. Un bar normand est ainsi installé sur le village. Il met en avant les produits et les producteurs.

Les jeux équestres mondiaux ont droit à leur cuvée. Qui se cache derrière ?
Il s’agit d’une cuvée collective. Nous ne voulions pas mettre en avant des marques particulières. La cuvée spéciale s’intitule la Normandie accueille le monde. La maison cidricole de Normandie l’a développé spécialement pour les évènements de 2014. Cette cuvée marque l’anniversaire du débarquement et les jeux équestres. Elle se décline en un cidre corsé, un cidre douceur, un poiré et un jus de pomme.

Ce cidre est-il considéré comme la boisson officielle des jeux équestres ?
Il s’agit du seul cidre autorisé à la vente. Tous les traiteurs, tous les bars et tous les restaurants qui vendent du cidre proposent uniquement la cuvée “la Normandie accueille le monde”. Nous avons l’exclusivité. Mais, le cidre n’est pas une boisson officielle, car la loi Evin nous l’interdisait.

Quel volume de cidre sera consommé ?
Il est un peu trop tôt pour le dire. Nous nous sommes mis en capacité de produire plus de 30 000 verres de pression, 400 bouteilles de cidre et 3 000 bouteilles de jus de pomme.

Êtes-vous déçu par la fréquentation du village ?
Non, car on ne savait pas où nous allions. Le côté très positif est que le bar est très apprécié. Le look de ce lieu est détendu, et donne une bonne image de la filière. Nous n’avions pas d’objectif chiffré. Nous souhaitions être présents et avoir une vitrine. C’est réussi.

A combien se chiffre la participation de la filière cidricole ?
C’est un investissement important, mais collectif. Les professionnels paient une cotisation. Elle nous sert à communiquer sur les jeux aujourd’hui. L’autre partie du financement provient du Conseil régional, du Conseil général du Calvados et de l’Europe. Sur ce bar, la location du bar et l’aménagement de l’espace reviennent

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité