Aller au contenu principal
Font Size

Coopérative d'Isigny-Sainte-Mère
Arnaud Fossey : "l’année commençait plutôt bien..."

Face au Covid 19, pas de catastrophisme à la coopérative d’Isigny-Ste-Mère. Son président, Arnaud Fossey, évoque cependant « une inquiétude face à la durée de l’événement » et reconnait que la situation reste fragile et précaire.

© ED

>>  Quelles sont les conséquences du confinement sur les différents marchés dont vous êtes acteurs ?
Concernant la RHF (Restauration Hors Foyer), la situation est catastrophique mais, côté GMS (Grande et Moyenne Surface), ça va plutôt bien. Les Français ne fréquentent plus les restaurants d’entreprise et leurs enfants les cantines scolaires mais ils se remettent à cuisiner pour se nourrir et passer le temps. Ils continuent donc à faire leurs courses mais un peu plus vite et en délaissant quelque peu les rayons à la coupe.
L’activité « produits frais » sur le grand export est compliquée. C’est très calme par exemple du côté des grands restaurants que nous fournissons à travers le monde comme par exemple au Moyen-Orient. L’activité en croissanterie et boulangerie est également impactée. 

>>  Et concernant le lait infantile, un de vos savoir-faire ?
Le marché est toujours là et nous n’avons pas subi de trou d’air. Nous réussissons à expédier toute la marchandise. Prudence cependant, il s’agit d’un constat à l’instant T. 

>>  Situation diamétralement opposée côté produits industriels ?
Les cotations " poudre zéro ", qui avaient retrouvé de belles couleurs en début d'année, ont complètement dévissé de l’ordre de 600 à 700 e/t. On atteint quasiment le prix d'intervention.

>>  Certaines voix appellent à une diminution de la production de lait, la voix de la sagesse ?
Je m'inscris dans cette démarche nationale et, via un courrier envoyé à nos producteurs, nous avons précisé le dispositif mis en place par le Cniel. Pour l'instant, à Isigny-Ste-Mère, cela se fera sur la base du volontariat. Nous mettons tout en œuvre pour gérer la collecte dans les semaines à venir. En ces temps troublés, je pense que si on a un peu moins de lait, ce n'est pas plus mal.

>>  A ce jour, votre outil fonctionne normalement ?
Le taux d'absentéisme est plus important qu'à l'habitude pour cause parfois d'enfants à garder ou de suspicion d'infection mais nous avons réorganisé les ateliers pour que tout fonctionne à peu près comme avant. Je tiens à remercier l’ensemble des équipes qui font le maximum pour faire fonctionner notre coopérative.

>>  Pas de dysfonctionnement non plus au niveau de la collecte ?
Pas plus ! Nous avons juste rappelé à nos producteurs l'importance de mettre à disposition de nos chauffeurs de l'eau, du savon et du papier essuie-tout pour une hygiène irréprochable. Protéger nos chauffeurs laitiers, c’est protéger notre collecte.

>>  Y aura-t-il, selon vous, un « avant » et un « après » printemps 2020 ?
Nous concernant, je n'en suis pas convaincu. Toutes ces procédures de gestes barrière, ces mesures d'hygiène, ce niveau d'exigences sanitaires (....), dans l'agroalimentaire, c'est notre quotidien. D'autant plus quand il s'agit de fabriquer de la poudre de lait infantile. Nous ne sommes pas une usine de boulons !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Un pick-up lin conçu par la SAMA voit le jour
L’agriculture devra se passer du glyphosate d’ici quelques années. Les producteurs de lin anticipent l’arrêt de l’herbicide,…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
Publicité