Aller au contenu principal

Syndicalisme
Charline Illien, recrue en alternance à la FDSEA

Charline Illien est arrivée à la FDSEA de l’Orne il y a un an et demi. La jeune femme y travaille en alternance pour sa formation en droit rural.

Charline Illien, FDSEA 61
Charline travaille au service paie de la FDSEA.
© DR

Charline Illien a grandi dans l’Orne, à Godisson, près du Merlerault. Elle est la fille unique d’un père éleveur et entraîneur de trotteurs. « Je monte à cheval depuis que j’ai 6 ans. J’ai toujours plus ou moins su ce que je voulais faire : travailler dans le secteur agricole », dit Charline Illien. Après un baccalauréat scientifique au lycée Mezeray, à Argentan, c’est assez naturellement que l’étudiante part en BTS productions animales européen, au lycée Saint-Lô Thère. Ce parcours l’envoie huit mois en Angleterre, où elle suit des cours et réalise un stage dans une ferme laitière. À son retour en France, Charline part en licence droit et gestion des entreprises agricoles à Laval.

Rennes et Paris

Après sa licence, Charline Illien continue ses études. « J’aime le droit, j’avais envie de me spécialiser en conseil juridique rural. » Elle intègre alors l’Institut des hautes études de droit rural et d’économie agricole (Ihedrea) en master 1 à Rennes. « J’ai cherché des structures pour me prendre en alternance. J’ai postulé dans plusieurs entreprises et j’ai choisi la FDSEA, car c’est le poste qui me paraissait le plus polyvalent. » Désormais en master 2, à Paris, l’apprenante passe trois jours par semaine à Alençon et deux autres en cours, à Paris. « Quand Hanaë est arrivée, elle a pris le relais sur la partie animation. Mélanie étant en congé maternité et Marie-Line quittant la FDSEA, on m’a proposé de m’occuper du service emploi », apprécie-t-elle.

Dynamisme et polyvalence

Charline Illien travaille aussi avec Ingrid Planchard sur quelques dossiers juridiques. « À la FDSEA, j’aime le dynamisme et la polyvalence. La partie animation a été très formatrice car on touche à plein de choses : la logistique d’un événement, l’écriture d’articles et de communiqués de presse, on aide les agriculteurs sur le plan règlementaire, on les oriente et les conseille. » En parallèle, la jeune femme fait partie de l’association Tourisme et loisirs 53, basée à Laval. « La structure est spécialisée dans le tourisme pour les personnes adultes déficientes mentales. D’habitude, j’accompagne des séjours, d’une à trois semaines, pendant les vacances de Noël et celles d’été. Mais en ce moment, avec la crise de la Covid-19, c’est à l’arrêt. » Pour la suite de son parcours, Charline Illien se verrait bien conseillère juridique pendant quelques années, tout en gardant en tête l’idée de s’installer, un jour, comme éleveuse.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité