Aller au contenu principal

Syndicalisme
Charline Illien, recrue en alternance à la FDSEA

Charline Illien est arrivée à la FDSEA de l’Orne il y a un an et demi. La jeune femme y travaille en alternance pour sa formation en droit rural.

Charline Illien, FDSEA 61
Charline travaille au service paie de la FDSEA.
© DR

Charline Illien a grandi dans l’Orne, à Godisson, près du Merlerault. Elle est la fille unique d’un père éleveur et entraîneur de trotteurs. « Je monte à cheval depuis que j’ai 6 ans. J’ai toujours plus ou moins su ce que je voulais faire : travailler dans le secteur agricole », dit Charline Illien. Après un baccalauréat scientifique au lycée Mezeray, à Argentan, c’est assez naturellement que l’étudiante part en BTS productions animales européen, au lycée Saint-Lô Thère. Ce parcours l’envoie huit mois en Angleterre, où elle suit des cours et réalise un stage dans une ferme laitière. À son retour en France, Charline part en licence droit et gestion des entreprises agricoles à Laval.

Rennes et Paris

Après sa licence, Charline Illien continue ses études. « J’aime le droit, j’avais envie de me spécialiser en conseil juridique rural. » Elle intègre alors l’Institut des hautes études de droit rural et d’économie agricole (Ihedrea) en master 1 à Rennes. « J’ai cherché des structures pour me prendre en alternance. J’ai postulé dans plusieurs entreprises et j’ai choisi la FDSEA, car c’est le poste qui me paraissait le plus polyvalent. » Désormais en master 2, à Paris, l’apprenante passe trois jours par semaine à Alençon et deux autres en cours, à Paris. « Quand Hanaë est arrivée, elle a pris le relais sur la partie animation. Mélanie étant en congé maternité et Marie-Line quittant la FDSEA, on m’a proposé de m’occuper du service emploi », apprécie-t-elle.

Dynamisme et polyvalence

Charline Illien travaille aussi avec Ingrid Planchard sur quelques dossiers juridiques. « À la FDSEA, j’aime le dynamisme et la polyvalence. La partie animation a été très formatrice car on touche à plein de choses : la logistique d’un événement, l’écriture d’articles et de communiqués de presse, on aide les agriculteurs sur le plan règlementaire, on les oriente et les conseille. » En parallèle, la jeune femme fait partie de l’association Tourisme et loisirs 53, basée à Laval. « La structure est spécialisée dans le tourisme pour les personnes adultes déficientes mentales. D’habitude, j’accompagne des séjours, d’une à trois semaines, pendant les vacances de Noël et celles d’été. Mais en ce moment, avec la crise de la Covid-19, c’est à l’arrêt. » Pour la suite de son parcours, Charline Illien se verrait bien conseillère juridique pendant quelques années, tout en gardant en tête l’idée de s’installer, un jour, comme éleveuse.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 6e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS confirme, vendredi 26 mars 2021, qu'un sixième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans la zone historique.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian Duchemin vend la Ferme du Val d'Odon
Christian Duchemin passe la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de la Ferme du Val d'Odon,…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité