Aller au contenu principal

Animaux de boucherie
Concours : grâce à la plaque, les éleveurs espèrent une valorisation

Privé de concours à Torigny-les-Villes, les éleveurs ayant inscrit des animaux recevront tout de même une plaque et un diplôme. Un dispositif qui devrait leur permettre de valoriser leurs animaux auprès des abatteurs. Encore faut-il qu’il y ait de la demande. Ce que Laurent Binet, organisateur du Festival de la viande espère. 

Concours animaux de boucherie
Pas moins de 230 animaux étaient attendus à Torigny samedi dernier. Mais en raison de la crise sanitaire, les organisateurs ont dû l’annuler.
© DR

Le 21 novembre dernier, pas moins de 230 animaux devaient se retrouver sous le foirail de Torigny-les-Villes pour la 16e édition du Festival de la viande, tout comme la vente de plus de 2 000 entrecôtes, en présence d’un public fidèle, à la fois citadin et rural. Le contexte sanitaire a conduit les organisateurs à annuler tout simplement ce rendez-vous. Pour autant, Laurent Binet, chef d’orchestre de ce festival a voulu mettre en place un dispositif de valorisation des animaux pour les éleveurs. « On s’est entretenu avec les abatteurs. Comme chaque année, chaque animal aura une plaque et un diplôme, mais à la place de son classement, il sera mentionné ‘Sélection haute qualité bouchère’ », explique-t-il.

Les volumes en baisse

Effectivement, dans les exploitations, il est question de valorisation. Elle se fait attendre parce que la consommation est en chute libre. « Pour la semaine 47, du 16 novembre, les volumes sont en baisse de 25 % », se désole Laurent Binet. Les abatteurs attendent les commandes, et les distributeurs sont suspendus aux décisions gouvernementales en matière de déconfinement pour Noël. Parce qu’il s’agit bien de cette période des fêtes. Bon nombre d’abatteurs venait choisir leur marchandise qui se retrouverait sur les étals en fin d’année. « Un marché, c’est une ambiance. C’est la vente d’une journée », explique Laurent Binet. Bon nombre d’entre eux sont attachés à la plaque de participation à Torigny parce qu’elle a une valeur. Elle symbolise une qualité supérieure de la viande.   

La pression du prix bas

Mais pour cette année, les ventes vont moins vite. « Il y aura certainement quelques sacrifices à faire », se désole Laurent Binet. « Je n’ai jamais vu ce que l’on vit dans la viande aujourd’hui », poursuit-il. Si les animaux intéressent les abatteurs après les avoir vus sur photo, ils se déplacent en ferme. Mais pour l’éleveur, la crainte de devoir subir une pression pour voir son animal d’exception partir à bas prix est réelle. Et c’est à nouveau dans la poche du premier maillon de la chaine que la perte se fera sentir. Le prix risque une nouvelle fois ne pas valoriser le travail de l’éleveur et la qualité de la viande.  

20 novembre 2021

Si le dossier 2020 est clos, l’équipe que conduit Laurent Binet a déjà les yeux tournés vers 2021 : « On a plein de belles idées pour la filière et pour le public ». Une seule date à retenir, celle du 20 novembre 2021. « On a hâte de fêter le retour de la gastronomie et du bœuf à Torigny », conclut-il.

Un concours le 30 novembre à Carentan sans public
Une dizaine de jours après Torigny, c’est le concours d’animaux de boucherie à Carentan qui se déroule. Et jusque-là, il est maintenu au 30 novembre sur le marché couvert. Organisé par le comice agricole de Carentan-Sainte-Mère, ce concours devrait accueillir une centaine d’animaux. Et pour la première fois, sans public. « Evidemment, cela va se passer différemment des autres années. Le concours est réservé aux professionnels, éleveurs, acheteurs et exposants du fait des conditions sanitaires actuelles, et en respectant les gestes barrières », prévient Hervé Mauduit, membre de l’organisation. 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie
“ L’enfumage du plan de relance ”
Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie qui fédère 170 ETA (Entreprise de Travaux Agricoles) au plan régional, est très…
MANIFESTATION FDSEA 50 JA 50 JANVIER 2021
Une mobilisation active devant les grilles de la préfecture
Le 19 janvier, les adhérents de la FDSEA et des JA de la Manche étaient appelés à se mobiliser devant la préfecture pour dénoncer…
Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14)
La boucherie Mesnil en plein rush
La découpe bat son plein à la boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14), où la période des fêtes a été synonyme de nombreuses…
Publicité