Aller au contenu principal

Prairiales, changement climatique
VIDEO. A Cordey, les moyens pour contrer le stress thermique

Depuis plusieurs années, la Normandie subit des pics de chaleur en été. En cinquante ans, la région a gagné 1,6 degré en moyenne annuelle. Eleveuse laitière à Cordey, dans le Calvados, Anne-Marie Lebreton a engagé des moyens pour améliorer le confort de ses vaches et éviter les baisses de production.

Depuis deux ans, Anne-Marie Lebreton s’inquiète des pics de chaleur qui commencent dès la fin du printemps. Ses vaches, installées en bâtiment avec robot et accès au pâturage, souffrent. En 2019, elle se souvient « des rivières de bave devant les logettes ». Les vaches ne sortent pas, sont apathiques et halètent sans arrêt. Côté production, l’éleveuse de Cordey, près de Falaise, dans le Calvados, déplore une baisse sur plusieurs jours même après la fin du pic, « la production chute brutalement et reprend difficilement après », confirme Etienne Doligez, directeur technique adjoint à Littoral Normand. Les gestations sont aussi menacées.

 

Les causes du stress thermique : chaleur et humidité

 

En 2019, elle fait appel à Littoral Normand qui lui conseille l’application Thermotool. « Je m’aide d’abord avec cet outil qui m’alerte en cas d’annonce de stress thermique », retrace Anne-Marie Lebreton. « On s’aperçoit qu’on a des pics très hauts et parfois très précoces dans la saison, avec des écarts de température importants », ajoute Etienne Doligez. L’application calcule l’indice température/humidité pour les vaches laitières. La chaleur n’est pas la seule responsable de l’inconfort des animaux, « c’est l’addition de chaleur et d’humidité, élevée en Normandie, qui provoque le stress thermique », précise le directeur adjoint.

Anne-Marie Lebreton, éleveuse laitière à Cordey, dans le Calvados et Etienne Doligez, directeur technique adjoint à Littoral normand.
Anne-Marie Lebreton, éleveuse laitière à Cordey, dans le Calvados et Etienne Doligez, directeur technique adjoint à Littoral normand.

Prévenir les pics de chaleur et d'humidité

 

« Je me rends compte que le plus important, c’est d’anticiper le stress thermique », affirme Anne-Marie Lebreton. « J’incorpore le complément alimentaire Thermo’San dans la ration, 48 heures avant le pic ». En fonction de l’intensité prévue, elle ajoute entre 50 et 200g/vache/jour de ce composé de sel, minéraux, sels d’acides organiques et d’extrait de plantes. Elle complète la ration avec de l’eau : « ça leur permet de boire d’une autre façon et de rendre la ration plus appétente, car elle se dessèche avec la chaleur », elle y intègre entre 3 et 8 litres par jour. Elle observe aussi les graphiques du logiciel Farmlife, relié au collier des vaches. « Quand elles halètent, enseigne Etienne Doligez, elles font le même mouvement que quand elles ruminent de façon plus amplifiée », ce qui lui donne une indication sur l’état de chaque animal. Il prévient, « si on ne fait rien, les vaches ont tendance à moins manger », ce qui fait baisser la production.

De l’air et du frais pour améliorer le confort des vaches

 

Après une année 2019 particulièrement difficile, Anne-Marie Lebreton était prête pour affronter 2020. « Les pics ont été moins intenses, mais plus longs », retrace l’éleveuse : 29 jours de stress thermique, contre 32 en 2019. Elle a ajouté des brumisateurs dans la stabulation, « on a brumisé trop longtemps au début, avant de se rendre compte qu’il faut les programmer sur des périodes courtes, plusieurs fois par jour ». Elle a aussi enlevé du bardage pour mieux ventiler le bâtiment, assez large en raison d’agrandissements successifs. « J’ai l’idée d’installer des filets réglables pour améliorer l’aération. »

http://www.prairiales-normandie.fr/

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Silphie culture
Des éleveurs séduits par la silphie testent la nouvelle culture
La silphie est une culture pérenne, implantée pour une quinzaine d’années. La plante est utilisée dans les Vosges surtout pour la…
Léonie Angot-Hastain, maire de Saint-Manvieu-Norrey, 3e sur la liste calvadosienne ; Frédéric Moreau, exploitant à Mouen ; Stéphanie Yon-Courtin (ex-LR), tête de liste LREM dans le Calvados avec Laurent Bonnaterre ; David Hastain, agriculteur à Saint-Manvieu-Norrey ; Sébastien Binet, agriculteur maire de Versainville, 8e sur la liste calvadosienne.
Dans le Calvados, la candidate LREM ne veut pas opposer les sujets
La députée européenne, ancienne maire de Saint-Contest et colistière de Laurent Bonnaterre aux élections régionales, Stéphanie…
SERVICE REMPLACEMENT 61
Les agents de remplacement de l’Orne à l’honneur
La fédération départementale des services de remplacement de l’Orne a organisé, pour la 3e  année consécutive, une journée dédiée…
SIP DEMONSTRATION FAUCHEUSE
VIDEO. La plus large faucheuse du monde en démonstration en Normandie
La Silvercut Disc 1500 T (de marque SIP) est la faucheuse la plus large au monde avec 15 mètres de travail. Il en existe une…
VIDEO. Des silos en préfa modulables, à monter soi-même
Mickaël Féret est à la tête d’une société ornaise de fabrique d’éléments en bétons destinés, notamment, au stockage agricole. De…
PANNEAUX ELECTIONS
Régionales : les têtes de listes ont passé leur oral agricole
FRSEA, JA et Chambre régionale d’agriculture de Normandie ont, lundi dernier, invité les têtes de listes aux régionales (ou leur…
Publicité