Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

De l’épi à l’assiette, la filière s’y retrouve

Avec la démarche agri-éthique sur le blé, agriculteurs, meuneries et boulangers sont sur la même longueur d’onde ; celle d’un contrat gagnant-gagnant. Petite visite au Fournil des Matignon à Granville.

© EC

Pas la foule des grands jours devant la boulangerie du
couple Olivier, mardi dernier à Granville, mais l’événement est de taille. C’est une première en Manche, des artisans s’engagent dans une démarche gagnante-gagnante avec l’amont de la filière, autrement dit céréaliers, meuniers et boulangers sont sur la même longueur d’onde : une matière première de proximité à prix fixe sur trois ans. De quoi faire rêver d’autres productions qui ont bien du mal à suivre les spéculations boursières d’outre-Atlantique.

Philosophie
Derrière agri-éthique se trouvent une société mais aussi une ambition, construire une filière française différente pour alimenter les boulangeries traditionnelles. Explications de Ludovic Brindejonc, directeur général, “L’idée vient de la coopération, en l’occurrence la CAVAC (Vendée). Nous avons entamé les premières réflexions sur le sujet en 2012 avec un axe de travail : trouver une parade à la volatilité du prix de la matière première tout en favorisant trois engagements réciproques et équitables : économique, social et environnemental”. En juin 2013, lancement
d’agri-éthique avec un fer de lance, contrat triennal pour tous. “500 agriculteurs sont engagés dans la démarche, 5 coopératives, 11 meuneries et 350 boulangeries”. Selon les régions françaises (Ouest, Rhône-Alpes ou Sud-Ouest), le cahier des charges des cultures peut varier. Jean-Jacques Gervaise, attaché commercial des Minoteries du Château (53), indique, “la farine que nous livrons au Fournil des Matignon est cultivée en Mayenne suivant le cahier des charges CRC (Cultures Raisonnées Contrôlées). C’est clair, les boulangeries artisanales veulent se différencier des franchises, mais sans répercussion sur le prix de la baguette”.
Christophe Olivier et son épouse, les patrons de la boulangerie, roulent franchement pour un pain transparent, non pas dans sa couleur bien sûr, mais par sa qualité et sa traçabilité “même si ce n’est pas le but premier”. Ce qui a convaincu le couple de prendre la farine agri-éthique, c’est une démarche quelque peu philosophique. “Nous sommes à Granville depuis sept ans ; notre style, c’est produire local au maximum. Tenez, nos fraises pour les tartelettes, elles viennent du coin. Pour la farine, nous avons voulu revenir à de vraies valeurs de savoir-faire et de proximité tout en sécurisant par répercussion le revenu de l’agriculteur. Jouer la solidarité en quelque sorte”. Depuis un mois, le four chantonne une nouvelle musique, la cuisson d’une pâte à pain aux saveurs équitables.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité