Aller au contenu principal

Chasse
2 000 sangliers prélévés : comment renforcer la lutte dans la Manche ?

Même si la saison de chasse est terminée, la lutte contre les dégâts de gibier se poursuit. Et pour cause, la facture d’indemnisation a atteint les 200 000 euros l’année dernière. Alors, la Fédération de la chasse de la Manche propose aux agriculteurs des solutions telles que des clôtures ou du répulsif à ajouter au semis.

Plus de 2 000 sangliers ont été prélevés lors de la dernière saison de chasse. Un chiffre qui ne cesse de croitre malgré la mobilisation des chasseurs.
© FDC50

La saison de chasse vient de s’achever. Pas moins de 2 000 sangliers ont été prélevés. Un chiffre qui ne cesse de croitre. La Manche ne fait pas exception. Mais cette présence accrue sur le département entraine des dégâts dans les champs des agriculteurs. La facture d’indemnisations s’alourdit d’année en année. Elle est évaluée à 200 000 €. « Au niveau national, l’augmentation des demandes d’indemnisation de dégâts aux cultures par le grand gibier a été constatée. Il en est de même dans notre département où nous remarquons depuis deux ou trois ans une augmentation du nombre des demandes », rappelle le président, Gérard Bamas. Pendant la période de chasse, la Fédération a demandé à tous ses adhérents (chasseurs - sociétés de chasse - adhérents privés) d’accentuer les prélèvements de sangliers afin de limiter cet accroissement.

Double objectif

Parallèlement, la Fédération départementale de la chasse de la Manche a engagé alors un vrai plan de bataille. La main est tendue aux agriculteurs pour qu’ils installent des clôtures et/ou utilisent un réceptif. « Ce sont des actions de prévention », assure le président. « Le but est double : premièrement soulager le monde agricole qui préfèrerait ne pas avoir de dégât sur ses cultures et deuxièmement préserver les finances de la Fédération. Seuls les chasseurs participent au financement des dégâts », souligne Gérard Bamas.

chasse 50

Passer commande

Alors, la structure rappelle aux agriculteurs la possibilité d’installer des clôtures électriques (fil, piquets, batterie). « Ce matériel vous est prêté gracieusement et vous est livré par nos techniciens. A charge pour vous de le poser et de l’entretenir, pourquoi pas avec l’aide des chasseurs locaux », indique-t-il. Par ailleurs, une expérimentation depuis deux ans a été menée, consistant à intégrer un répulsif pour protéger les semis de maïs. « Ce produit, une dose pour un hectare, mélangé aux semences dans une bétonnière, donne de bons résultats. Nous vous en proposons au prix de 11 la dose soit 50 % du coût d’une dose, la Fédération prenant en charge la différence », précise l’élu.  Il n’y a plus qu’à passer commande auprès de la Fédération.

Les chasseurs ont collecté 26 m3 de déchets

Le 20 mars, la Fédération départementale des chasseurs de la Manche avait lancé un appel afin de participer à l’opération « J’aime la nature propre ». Tout au long de cette journée, près de 150 personnes ont fréquenté les trois sites (baie du Mont-Saint-Michel, côte Ouest Cotentin et baie des Veys) dans le respect des gestes barrière liés à la pandémie de Covid-19. Les familles de chasseurs et non-chasseurs ont ainsi collecté quelque 26 mètres cubes de plastiques, ferrailles et verres échoués sur la côte. Cette première participation devrait être renouvelée l’année prochaine.
chasse 50

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

JA 61
Le nouveau bureau des Jeunes agriculteurs est en place
Le nouveau bureau des Jeunes agriculteurs de l’Orne est en place depuis mardi 19 avril 2022, pour la mandature 2022-2024. L’…
De 50 t à 0 t de tourteau de colza
Il fut un temps où Damien Odienne achetait 50 tonnes de tourteau de colza par an pour compléter la ration de ses laitières et…
fromage AOP Normandie - Livarot
Fromage AOP de Normandie : il faut sauver le colonel
Depuis quelques années, le livarot peine à séduire les consommateurs. La production du fromage aux cinq laîches ne cesse de…
Région politique agricole
La Région Normandie dévoile sa politique agricole 2023-2027
Les élus prévoient un programme co-construit avec la profession, simplifié, d’un montant de 60 millions d’euros par an. Les…
Agrial, ferme grandeur nature
Agrial lance sa Ferme grandeur nature en juin
La coopérative agricole Agrial a décidé d’ouvrir les portes de deux fermes adhérentes lors d’un nouvel événement intitulé : Ferme…
FDSEA 50, conférence de presse
La souveraineté alimentaire prend du plomb dans l’aile
La FDSEA de la Manche ne veut pas jouer les oiseaux de mauvais augure mais prévient déjà que, pour certains produits comme la…
Publicité