Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Des premières coupes hétérogènes

Après une moisson 2016 plutôt catastrophique, faire mieux cette année ne relevait pas de l'impossible. Sous un soleil de plomb, les premiers résultats sont tombés. Et l'on retrouve de tout. Même s'il est encore tôt pour avoir un bilan définitif, ce début de moisson reste satisfaisant. Le principal problème fut la grosse variation météorologique. Avec l'orge terminée, les débuts de blé, de l'avoine, et du colza, les rendements et la qualité sont au rendez-vous.

La moisson 2017 a commencé très tôt, tout début juillet. Sous un soleil de plomb, c'est ce dernier qui a souvent posé problème aux cultures. L'hétérogénéité, c'est le mot à retenir en cette année 2017. Avec des résultats très disparates, les rendements restent bien meilleurs que ceux de l'année précédente. " On attend encore pour faire un bilan définitif ", annonce Alain Datin, gérant D2N
La moisson 2017 a commencé très tôt, tout début juillet. Sous un soleil de plomb, c'est ce dernier qui a souvent posé problème aux cultures. L'hétérogénéité, c'est le mot à retenir en cette année 2017. Avec des résultats très disparates, les rendements restent bien meilleurs que ceux de l'année précédente. " On attend encore pour faire un bilan définitif ", annonce Alain Datin, gérant D2N
© MM

Hétérogénéité

L'orge est terminée d'être battu contrairement au blé et au colza. En Normandie, les rendements et la qualité sont très disparates. Météo, date de semis, coups de chaleur aux mauvais moments, potentiels du sol, etc. Beaucoup de facteurs ont joué sur ces résultats discordants. « Pour notre secteur, les orges dans l'ensemble, donnent un résultat moyen. Même si le PS est bon (64-65), les rendements restent très hétérogènes. On retrouve dans la zone de Trun (61) une moyenne de 55 quintaux par hectares. À contrario, dans le Sud-Manche, on atteint les 90 qx/ha. Il faut notamment souligner la vague de froid du mois d'avril qui a eu un impact néfaste sur le secteur Falaise-Trun », explique Alain Datin, gérant de l'entreprise D2N. Pour le PDG d'Appro-Vert et le secteur ornais, les rendements tournent autour de 70 qx/ha.« Ici encore, les écarts restent forts. Dates de semis, terres profondes, ça peut aussi être parfois lié au potentiel du sol. »

Blé et colza : bien mieux que 2016

Pour le moment, 25 à 30 % du blé a été battus, tout comme le colza. Après une année 2016 noire, les premières coupes de blé 2017 sont bien meilleures. « Rendements et qualité restent, eux aussi, très hétérogènes cette année. Les parcelles ont subi de gros coups de chaud ces dernières semaines, ce qui n'a pas joué en leur faveur. Le PS tourne autour de 70 à 80 », explique Florian Balloche. Même s'il reste encore une bonne partie à battre, le blé est plutôt bien lancé pour cette moisson 2017. « Ce fut une belle surprise pour nous. La qualité est excellente et les taux de protéines très bons (autour de 11,12 et 13 %). Malheureusement, les coups de chauds ne sont pas arrivés aux bons moments. Je reste très surpris du rendement. On espère que les prix vont suivre derrière », admet Alain Datin. Cette moisson du blé a commencé très tôt (6 juillet pour le secteur Manche et 7 juillet pour la plaine de Caen). « Les nuages s'installent au-dessus du Mont-Saint-Michel. Ça va sans doute tarder un peu avant que l'on termine », redoute le gérant de D2N. Les zones ayant le moins collecté sont le nord de Caen et la Manche. « Les premiers échos du Colza sont intéressants. L'avoine quant à elle ne démarre pas sur les chapeaux de roue avec un PS aux alentours de 48/49, donc pas exceptionnel. On attend encore pour se faire une idée bien réelle, mais ça a été correct aux alentours », souligne Florian Balloche. « L'hétérogénéité est aussi le maître mot pour les premiers colzas, notamment sur la frontière Calvados/Orne. On attend encore pour faire un bilan définitif », ajoute le gérant D2N.

Prébilan

Ce qu’il faut garder en tête pour ses premières coupes reste que 2017 va être bien meilleure que la moisson précédente. L’avoine et l’orge ont pris un départ plus houleux comparé aux bonnes performances du blé et du colza. En attente des prochains résultats.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité