Aller au contenu principal

Dispositif européen de réduction volontaire de la production laitière : comment le raisonner ?

Le 18 juillet dernier, l’Union européenne a décidé d'engager un plan de réduction de la production laitière européenne. L'objectif est de diminuer de 1 % la production dans les mois qui viennent. Quel sera le dispositif ? Quels éleveurs auront intérêt à répondre ? Premières pistes de réponse, qui seront à préciser dans les semaines qui viennent.

Le dispositif

La compensation sera à hauteur de 144 €/1 000 litres non produits par rapport au même trimestre que l'année précédente. Un complément de crédit français permet d'augmenter ces compensations de 103 € /1 000 l, soit 247 €/1 000 l pour les premiers 5 % de réduction.La date d'engagement de réduction pourra être le 1er octobre pour 3 mois. S’il reste des crédits de nouvelles sessions seront ouvertes à partir du 1er novembre pour 3 mois, etc. jusqu’en mars maximum.Les conditions à respecter pour les éleveurs (tableau 1) :

- avoir livré du lait jusqu’en juillet 2016 ;

- s’engager pour une quantité de lait à réduire supérieure à 1 500 kg (1 547 litres) ;

- s’engager pour une quantité qui n’excède pas 50 % de la référence.

Le paiement aura lieu 90 jours après la fin de la période d’engagement.Les crédits seront limités. Ils respecteront la règle : premier arrivé, premier servi. Il faudra donc que nos éleveurs choisissent vite s'ils y participent ou pas.Le dispositif sera géré par FranceAgriMer de façon dématérialisée sur internet. Tous les formulaires de demandes d’aides seront accessibles sur Internet mi-septembre.Les Organisations de Producteurs (OP) et les coopératives pourront déposer les demandes pour leurs éleveurs.

Comment raisonner une réduction de la production ?

Calculer un budget partiel

Le budget partiel est un bon outil pour raisonner ce genre de décision.

Un plus : connaître son coût de production du lait

La connaissance de son coût de production du lait est un atout.Avec des charges variables en moyenne de l’ordre de 170 euros, on voit que l’indemnisation à 143 € n’apparaît pas suffisante. Il faudra utiliser le plus possible le bonus pour les 5 premiers pourcentsSi l’on réduit sa production, tout en maintenant le nombre de vaches, cela ne peut être gagnant : s’il y a réduction, il devra y avoir réduction du nombre de vaches à nourrir.

Déterminer à partir de combien cela devient intéressant

L’indemnité est de 247 euros pour les 5 premiers pourcents, mais elle décroît vite ensuite. Elle n’est plus que de 196 € pour une réduction de 10 %. C’est dans cette marge de 0 à - 10 % que l’opération est la plus intéressante (tableau 2).


Attention aux engagements de régularité avec sa laiterie

Danone, Agrial, Sodiaal,... pénalisent de différentes façons l’irrégularité de la production : se rapprocher de son technicien de laiterie pour voir si les contraintes peuvent être adaptées.

Des cas d’opportunité à saisir

- Les exploitations qui vont manquer de fourrages à l’automne, pour une raison ou pour une autre, et donc vont produire moins à l’automne, peuvent regarder de près comment s’inscrire dans le dispositif.

- Les exploitations qui de manière générale auraient de toute façon réduit leur production sur les 3 mois qui viennent, peuvent solliciter l’aide.

Mais au final pour des gains peu élevés

Pour une exploitation moyenne normande qui produit 100 000 litres sur un trimestre, la réduction de 5 % engendre une prime de 1 235 euros. Une réduction de 10% 1 955 euros. Et il ne s’agit pas de gains nets ! Les sommes en jeu dans ce dispositif apparaissent donc peu élevées au regard des trous de trésorerie qui se sont créés ces derniers mois !

On peut télécharger le formulaire en tapant http://www.franceagrimer.fr/filiere-lait/Aides/Aides-de-crise/Aide-a-la-reduction-de-livraison-de-lait-de-vache

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Publicité