Aller au contenu principal

Eleveur en difficulté : une peine foncièrement double

La saisie de terres d’agriculteurs en difficultés peut mener à des dérives. Dans le Calvados, un liquidateur a vendu des terres à un prix nettement inférieur au marché. Les créanciers sont remboursés, mais l’agriculteur peut se sentir floué.

Lorsque des terres sont en vente, la concurrence est traditionnellement rude. Dans le Calvados, une vente est pourtant passée inaperçue dans un premier temps. Parmi les conséquences de la crise agricole actuelle, des exploitants en situation financière désespérée subissent de la part des organismes bancaires des opérations de saisie judiciaire.

Un hectare à moins de 3 000 €
14 hectares ont ainsi été vendus aux enchères. Selon nos sources, les terres ont été adjugées moins de 3 000 euros. Cette terre est pourtant estimée à 8 000 € minimum. La somme récoltée a remboursé la dette de l’agriculteur. À ce tarif, la vente semble s’être déroulée avec une faible publicité. D’ailleurs, les 14 ha concernés n’ont pas été acquis par un agriculteur. “Dans le cadre de cette procédure, des terres saisies ont été proposées à la vente par le liquidateur à des prix fortement dévalués et très loin des prix de marché observés par la SAFER. Un agriculteur, déjà rendu à la situation extrême de la saisie sur bien et voyant son outil de travail fortement amputé, subit dès lors une double peine par la spoliation de son patrimoine et la baisse de son prix”, fustige la FDSEA du Calvados.

Dans la légalité
Même si dans ce genre de situation, l’éleveur peut se sentir dépouillé de son bien, la procédure s’avère parfaitement légale.
Un moindre mal, la Safer a préempté pour maintenir ces terres dans le giron agricole. Mais la préemption s’exerce  au prix de vente. Dans un cadre légale, faire profiter l’éleveur de son capital foncier n’est pas gagné. La Safer tente actuellement de trouver une solution.

Passer ce cap dans la dignité
La FDSEA craint que ce problème ne se reproduise. “Nous souhaitons que tout soit fait pour que de telles situations ne se reproduisent plus et que, rendu à de telles extrémités aux conséquences lourdes, un agriculteur puisse passer ce cap dans la dignité”, insiste le syndicat.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14)
La boucherie Mesnil en plein rush
La découpe bat son plein à la boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14), où la période des fêtes a été synonyme de nombreuses…
Publicité