Aller au contenu principal
Font Size

FDSEA 14 : ils « pissent » pour défendre la profession

Xavier Hay, Geoffroy de Lesquen et Bertin Georges se sont soumis au test du glyphosate. Les analyses révèlent un taux de présence du pesticide non détectable dans leurs urines. Ces résultats amènent à des interrogations sur la pertinence des expertises des analyses réalisées en France.

© FDSEA 14

llll Le 17 janvier dernier, Envoyé spécial consacre son émission au glyphosate. Pendant plus de deux heures, la journaliste Elise Lucet et son équipe présentent le pesticide comme un monstre à éliminer à tout prix. Pour appuyer ses propos, elle propose à des célébrités de faire analyser leurs urines. L’humoriste Jamel Debbouze, l’ancienne nageuse Laure Manaudou ou encore la comédienne Julie Gayet se prêtent au « test du glyphosate ». L’objectif est de déterminer si oui ou non, leurs urines contiennent des résidus du pesticide. « 100 % des échantillons testés sont positifs », a déclaré Laura Aguirre de Carcer, journaliste à Envoyé spécial au micro du journal Le Parisien. Pour répondre à ces accusations qui visent directement le monde agricole, trois agriculteurs « pisseurs » volontaires du Calvados se sont également soumis au test. « Nous utilisons du glyphosate en inter-cultures sur nos exploitations de façon raisonnée, dans le respect de la loi et des autorisations de mise en marché », introduisent Havier Hay, Geoffroy de Lesquen et Bertin Georges. Les trois adhérents à la FDSEA du Calvados ont réalisé une analyse de leurs urines le 14 mars dernier « dans un laboratoire agréé et sous contrôle d’un médecin assermenté ».
Taux de présence non détectable
Quelques jours après le dépôt de leurs échantillons, les trois agriculteurs obtiennent les résultats. « Nous avons un taux de présence du glyphosate et d’acide aminométhylphosphonique (AMPA) non détectable et inférieur à 0,4 ng/millilitre », dévoilent-ils. Un résultat d’autant plus surprenant que la moyenne des « pisseurs » volontaires français (761 résultats) est de 1,06. La moyenne pour le département du Calvados est de 1,14 (35 résultats). « Nous posons la question suivante : comment se fait-il que trois agriculteurs utilisateurs du glyphosate aient un taux quatre fois inférieur à des citoyens non utilisateurs et avertis sur le sujet ? », s’interrogent les exploitants. Ces derniers exigent une véritable expertise scientifique cautionnée par les autorités compétentes et dénoncent les raccourcis exprimés sur la place publique qui contribuent à l’agribashing. Ils concluent : « nous ne nous interdisons pas de porter plainte pour calomnie scientifique et stigmatisation envers notre profession ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fermer les abattoirs, c’est tuer les éleveurs
Dimanche 7 juin 2020, le préfet de la Manche a pris la décision de fermer le dernier abattoir de la Manche, à Saint-Hilaire-du-…
MOISSON ORGE
Les orges ouvrent le bal des batteuses
Dès le milieu de la semaine dernière, les batteuses ont ouvert le bal de la moisson. Les orges, comme à leur habitude, sont les…
JA NORMANDIE
JA Normandie renouvelle son bureau
Après les élections départementales, JA Normandie a élu son nouveau bureau mardi 23 juin. Questions à Alexis Graindorge qui…
Le soja normand prend de l’ampleur
En 2019, la Région lance un appel à projets pour son plan protéines végétales. Le Soja made in Normandie (SMN), alliant, entre…
SAFER - JA NORMANDIE
Safer et JA de Normandie luttent contre l’accaparement des terres
En attendant une loi foncière, Safer et JA de Normandie s’organisent pour lutter contre le transfert opaque des terres. En 2019,…
Maltot exauce le vœu de la ruralité
Maltot, pour ceux qui ne connaissent pas, c’est son château, sa MFR et son Bœuf en fête. La commune compte 1 095 habitants, se…
Publicité