Aller au contenu principal

Les Normandes à Paris
« Il fallait que ce soit un peu spectaculaire pour nous faire entendre »

Marie-Thérèse Mahé, alors maraîchère et membre de la section des agricultrices de la Manche

Marie-Thérèse Mahé
© Marie-Thérèse Mahé

« C’était l’après-mai 68. Le statut de la femme en agriculture était loin d’être satisfaisant. À la MSA, on était dans la case « conjoint à charge », c’est pour dire. On avait une retraite insignifiante ; à la banque, l’époux était le détenteur des comptes. Par contre, quand on faisait un emprunt, on nous demandait de signer ! On avait l’impression qu’on n’était rien dans l’agriculture. On se battait pour exister. Nos maris étaient favorables à ce qu’on prenne notre place.

 

Je me souviens que sur les Champs-Élysées, on fonçait sur les barrières, mais les policiers étaient sympas, ils nous laissaient passer, puis ils couraient derrière nous pour nous rattraper ! Il fallait que ce soit un peu spectaculaire pour nous faire entendre. On était contentes d’être là, d’avoir réussi à descendre les Champs-Élysées.

 

Les femmes voulaient faire voir qu’elles étaient capables de se battre pour la profession, vis-à-vis des responsables de tous les organismes professionnels. On a été un peu déçues de ne pas être reçues par le ministre à Matignon. Quand c’étaient nos maris, il y avait toujours un ministre pour les recevoir. On en a parlé longtemps de cette manif, il y en a eu d’autres après. C’est une date mémorable pour nous les agricultrices.

Progressivement, nous avons pris notre place, à la Chambre d’agriculture, dans les coopératives, etc. Je suis entrée à la MSA dans les années 86/87, il n’y avait pas beaucoup de femmes alors. À la banque, ça a été beaucoup plus long. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

RIP
Un outil d’expression démocratique à l’épreuve de la réalité des élevages
Mercredi 16 septembre, JA 14 a invité les parlementaires du département chez Samuel Biderre, éleveur, entre autres, de veaux de…
KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
ANNE MARIE DENIS PRESIDENTE FRSEA
" Forger un syndicat régional moteur d’une agriculture multiple "
Rencontre avec l’Ornaise Anne-Marie Denis, présidente de la Fdsea 61 et désormais de la Frsea Normandie. Une femme de caractère,…
ANNE MARIE DENIS PRESIDENTE FRSEA
Anne-Marie Denis, présidente de la FRSEA de Normandie
La FRSEA de Normandie a terminé ce lundi 21 septembre le renouvellement de ses instances engagé au printemps dernier.
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
Publicité