Aller au contenu principal

Distribution
La boucherie Mesnil en plein rush

La découpe bat son plein à la boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14), où la période des fêtes a été synonyme de nombreuses commandes. Antoine Mesnil y tient une boucherie depuis 14 ans et continue d’acheter sa viande bovine sur patte et directement en exploitation.

Boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14)
Antoine et Florence Mesnil, en compagnie de leur fils et leur belle-fille, Marc-Antoine et Pauline Mesnil, tout sourire pendant la période des fêtes où le travail ne manque pas.
© DR

En entrant dans la boucherie Mesnil, à Villers-Bocage, on trouve une douzaine de personnes afférées à découper la viande, cuisiner, présenter, servir et encaisser les clients qui font la queue. En 2020, 460 commandes ont été passées pour Noël. Antoine Mesnil a acheté sa première affaire à 21 ans, à Saint Gilles (50). Il y reste 11 ans avant de reprendre une boucherie à Broglie (27) et finit par poser sa valise dans la commune de Villers-Bocage où « une belle affaire s’était libérée ». Chez les Mesnil, on travaille en famille : le fils boucher, sa femme et sa belle-fille tiennent la caisse.

Volume et tendreté

« En général, on rentre une ou deux bêtes par semaine, nous dit le patron, Antoine Mesnil, je prends des Blondes d’Aquitaine parce qu’elles ont les os fins, donc un bon rendement de carcasse et que la viande est tendre. Et je préfère les vaches aux génisses : c’est souvent mieux fini et plus lourd ». Les gros bovins sont achetés à 7 km de la boucherie, dans l’exploitation de Gérard Bossuyt, au Mesnil au Grain (14), les veaux à 30 minutes de route, au Gaec des Bégonias, à Condé-sur-Vire (50). Le boucher est élogieux à propos de Gérard Bossuyt : « il les finit bien, il y a quelques semaines, il m’a vendu une bête de 1,1 t de poids vif et 730,1 kg de poids de carcasse ». Le partenariat entre l’éleveur et le boucher dure depuis maintenant 12 ans. Dans deux ans, Antoine Mesnil prendra sa retraite mais avoue : « je ne veux pas trop montrer à mon fils comment choisir les animaux en ferme, parce que j’aimerais bien qu’il me demande de le faire à
l’avenir ! »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Publicité