Aller au contenu principal

Lin, chanvre, textile, écomatériaux...
VIDEO. La filière lin unie pour sa réindustrialisation en France

La filière lin française s’est réunie lors des 7e Rencontres de l’association Lin et chanvre bio à Saint-Gabriel-Brécy (14), mardi 15 juin 2021. Après la (re)naissance de trois filatures en Alsace, dans le Nord-Pas-de-Calais et dans l’Eure, tous les acteurs sont en ébullition.

En France, pas moins de trois filatures de lin sont en cours. La première est déjà née, en 2019 en Alsace, les deux autres, dans l’Eure et le Nord-Pas-de-Calais, devraient voir le jour en 2022. Deux autres projets sont à l’étude, l’un en Bretagne, l’autre en Nomandie, par LCBio. Alors que la dernière filature tricolore a été délocalisée en Pologne en 2005, ces quatre projets inaugurent un changement. Un signe des temps ?

Une filière lin locale

Toute (ou presque) la filière était présente aux 7e Rencontres de l’association Lin et chanvre bio (LCBio) à Saint-Gabriel-Brécy (14), dans la ferme de Franck Durocher, soit 350 personnes, de la production du lin, à sa commercialisation, en passant par la transformation. D’Occitanie, d’Alsace, du Nord, de Haute-Normandie, le constat était le même : le Covid a changé quelque chose. La présence d’Emmanuelle Fernandez, gérante de deux magasins U dans la Drôme et responsable textile pour Système U, le confirme : « les clients ont une manière de consommer différente. Ils recherchent la durabilité des produits et vont de moins en moins vers le renouvellement ». Système U s’est engagé à distribuer des produits fabriqués en France à base de lin, en partenariat avec l’association Savoir faire ensemble. Olivier Guillaume, patron de Safilin affirme que la filière française pourrait produire 1 million de vêtements. Pour comparaison, la France en consomme 1 milliard. Le surcoût du vêtement entièrement fabriqué dans l’Hexagone s’élève à 2 €, « c’est acceptable et digérable », selon lui.

 

Olivier Guillaume, président de Safilin, entreprise spécialisée dans le lin depuis 1778. Propriétaire d'une filature en Pologne, Safilin relocalise une filature dans le Pas-de-Calais qui sera opérationnelle tout début 2022.

Créer une filière soudée

S’il veut participer à la réindustrialisation française, le patron de Safilin prévient, « il y a une prise de risque dans les projets industriels, c’est important que les acteurs de l’aval jouent leur rôle en nous assurant que l’industrialisation sera payante ». Pierre Schmitt, patron de Emmanuel Lang en Alsace pense qu’« il y a de la place pour de nouveaux acteurs ». Et défend leur enthousiasme à relocaliser, « l’innovation ne se fait pas en délocalisant, mais en relocalisant et en ayant tout le monde autour de soi ». De citer les constructeurs de machines et aussi les chimistes. « On a besoin de s’engager les uns avec les autres », résume Myriam Conzett, présidente de LINportant.

Les aléas de la fibre naturelle

Après une année 2020, « pauvre en qualité et en quantité », selon le courtier Olivier Levasseur, on s’interroge sur la pérennité d’une filière entièrement basée sur la fibre végétale. « Il faut travailler à des marchés de tissus plus gros », affirme-t-il. Autre piste : l’association de fibres comme le lin et la laine qui permet de « désaisonnaliser le lin, catalogué été », suggère Nina Giorgi de LCBio. Marion Lemaire, fondatrice de Splice, confection de vêtements en lin, estime quant à elle que c’est aux acheteurs de s’adapter, « nous devons faire avec ce que la nature nous donne tous les ans ». Et « ne pas toujours faire ce qui était prévu dans les plans de collection », enchaîne Olivier Guillaume.

Savoir-faire perdus

Myriam Conzett pointe la difficulté liée à la relocalisation : « les connaissances ont été largement perdues ». Olivier Guillaume abonde, « on a besoin de formations pour des couturiers, des tisserands », il appelle « la nouvelle génération à prendre la relève ». A Mulhouse, Pierre Schmitt envisage de monter une plateforme de formation « pour réhabiliter ce métier et qui servirait de modèle à toute la France ». Dans le Nord, Olivier de Catillon, directeur du tissage Lemaître Demester, annonce le lancement de la Textile vallée dédiée au lin et au chanvre.

 

Après une première filature en Alsace (Emmanuel Lang), une seconde en projet dans le Pas-de-Calais (Safilin) et une troisième dans l'Eure, Normandie (Natup), l'association Lin et chanvre bio réfléchit la création d'une seconde filature normande.
LE CHANVRE AUSSI SE DEVELOPPE
La recherche sur la culture du chanvre a fait un bond en avant cette année et le rêve de travailler la fibre de chanvre comme le lin se concrétise. « Henri Pomikal est devenu notre leader », s’incline Jacques Follet, président de LCBio, un succès qui explique aussi la tenue des 7e Rencontres dans le Calvados. Pour cette filière également, « la crise sanitaire a repositionné les choses », constate Nathalie Fichaux, présidente d’Interchanvre : la demande d’isolants biosourcés a augmenté de 30% depuis la pandémie, « on a des demandes de la part d’entreprises textiles internationales de nous structurer pour mettre du chanvre dans leurs références ». Il est même prévu qu’une partie des bâtiments des JO 2024 soient construits en chanvre, « nous espérons pouvoir produire des tenues pour les sportifs à base de celluloïde de chanvre », annonce Nathalie Fichaux.
 
RECHERCHE LINICULTEURS BIO
La demande en lin biologique est croissante. Aussi, l’association LCBio « voudrait bien qu’il y ait plus d’agriculteurs qui passent en bio car il y a de la demande ». Sur les 135 000 ha de lin cultivés en France, seuls 1 000 sont en AB. Et encore, 700 sont en cours de conversion. Si la perte de rendement est estimée entre 15 et 30%, le prix payé est plus élevé, « de 1,5 € la filasse », révèle Jacques Follet le président. « Les agriculteurs en conventionnel n’ont pas besoin de passer en bio parce que ça marche déjà bien », regrette-t-il. Avec Méline Schmit à Sommervieu et Franck Durocher à Saint-Gabriel-Brécy, en cours de conversion, ils sont trois dans le Calvados, sur les 88 en France (environ 20 dans l’Eure et 20 en Seine-Maritime). L’association envisage d’aller démarcher des liniculteurs des Hauts-de-France.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité