Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

La pression perdure sur Géant Casino

Pendant que la FDSEA met la pression sur la grande distribution la plus récalcitrante, les JA continuent de marteler auprès de la coopérative Agrial pour obtenir des euros supplémentaires.Les deux syndicats ne veulent pas lâcher un seul des maillons de la chaîne.

Les responsables syndicaux n’ont pas lâché la pression face à la grande distribution. Après négociations, Eric Mercier (directeur du Géant Casino à Saint-Pair) a fait remonter les revendications à sa direction.
Les responsables syndicaux n’ont pas lâché la pression face à la grande distribution. Après négociations, Eric Mercier (directeur du Géant Casino à Saint-Pair) a fait remonter les revendications à sa direction.
© sb

llll Ils étaient une quinzaine d’agriculteurs au Géant Casino de Saint-Pair-sur-Mer jeudi 6 juillet. Ils attendaient un engagement de l’enseigne, qui est une des plus récalcitrantes à vouloir annoncer un prix de 340 €/ 1 000 l aux producteurs. Les curseurs bougent chez certains transformateurs ou chez certains distributeurs. Mais Cora et Casino ne se sont pas encore engagés. « C’est dommage qu’ils ne comprennent pas », assure Ludovic Blin, responsable de la section lait de la FDSEA de la Manche. Or, ces euros « restent primordiaux pour nos trésoreries » poursuit-il. « On attend vraiment qu’ils montrent qu’ils sont à côté des producteurs ».

A fleur de peau
Alors les agriculteurs sont allés dans les rayons du magasin saint-pairais constater les prix sous l’œil du directeur du site, Eric Mercier.
Et très vite, les agriculteurs lui ont demandé un contact avec la direction du groupe.  Au bout d’une heure, ils ont eu un premier échange non concluant. « Les producteurs sont à fleur de peau. Il faut que la grande distribution, et Casino particulièrement, le comprennent. Si les producteurs ne sont pas là, les transformateurs ne peuvent pas atteindre le
prix », déplorent les éleveurs manifestants. « On veut retrouver le niveau de 2014 », revendiquent-ils.

Un engagement attendu
Au final, les agriculteurs souhaitaient un communiqué de la part de Géant Casino comprenant la situation, acceptant de revenir sur le prix payé aux éleveurs et s’engageant sur la base des 340 €/1 000 l. Et ceci, dans des délais très courts.
Pour l’instant, le directeur des relations extérieures, Claude Risac, ne leur donne pas satisfaction. Mais pas question pour Ludovic Blin de lâcher la pression. « On espère que Casino va revoir sa copie parce que nous ne lâcherons rien », conclut-il.
A l’heure où les transformateurs vont à nouveau négocier avec la grande distribution, les agriculteurs veulent continuer à mettre la pression pour récupérer des euros supplémentaires.



Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité