Aller au contenu principal

La pression perdure sur Géant Casino

Pendant que la FDSEA met la pression sur la grande distribution la plus récalcitrante, les JA continuent de marteler auprès de la coopérative Agrial pour obtenir des euros supplémentaires.Les deux syndicats ne veulent pas lâcher un seul des maillons de la chaîne.

Les responsables syndicaux n’ont pas lâché la pression face à la grande distribution. Après négociations, Eric Mercier (directeur du Géant Casino à Saint-Pair) a fait remonter les revendications à sa direction.
Les responsables syndicaux n’ont pas lâché la pression face à la grande distribution. Après négociations, Eric Mercier (directeur du Géant Casino à Saint-Pair) a fait remonter les revendications à sa direction.
© sb

llll Ils étaient une quinzaine d’agriculteurs au Géant Casino de Saint-Pair-sur-Mer jeudi 6 juillet. Ils attendaient un engagement de l’enseigne, qui est une des plus récalcitrantes à vouloir annoncer un prix de 340 €/ 1 000 l aux producteurs. Les curseurs bougent chez certains transformateurs ou chez certains distributeurs. Mais Cora et Casino ne se sont pas encore engagés. « C’est dommage qu’ils ne comprennent pas », assure Ludovic Blin, responsable de la section lait de la FDSEA de la Manche. Or, ces euros « restent primordiaux pour nos trésoreries » poursuit-il. « On attend vraiment qu’ils montrent qu’ils sont à côté des producteurs ».

A fleur de peau
Alors les agriculteurs sont allés dans les rayons du magasin saint-pairais constater les prix sous l’œil du directeur du site, Eric Mercier.
Et très vite, les agriculteurs lui ont demandé un contact avec la direction du groupe.  Au bout d’une heure, ils ont eu un premier échange non concluant. « Les producteurs sont à fleur de peau. Il faut que la grande distribution, et Casino particulièrement, le comprennent. Si les producteurs ne sont pas là, les transformateurs ne peuvent pas atteindre le
prix », déplorent les éleveurs manifestants. « On veut retrouver le niveau de 2014 », revendiquent-ils.

Un engagement attendu
Au final, les agriculteurs souhaitaient un communiqué de la part de Géant Casino comprenant la situation, acceptant de revenir sur le prix payé aux éleveurs et s’engageant sur la base des 340 €/1 000 l. Et ceci, dans des délais très courts.
Pour l’instant, le directeur des relations extérieures, Claude Risac, ne leur donne pas satisfaction. Mais pas question pour Ludovic Blin de lâcher la pression. « On espère que Casino va revoir sa copie parce que nous ne lâcherons rien », conclut-il.
A l’heure où les transformateurs vont à nouveau négocier avec la grande distribution, les agriculteurs veulent continuer à mettre la pression pour récupérer des euros supplémentaires.



Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 7e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS et la DDPP confirment, mardi 13 avril2021, qu'un septième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans le Bessin.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian Duchemin vend la Ferme du Val d'Odon
Christian Duchemin passe la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de la Ferme du Val d'Odon,…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité