Aller au contenu principal

La production et les prix du lait vont augmenter, mais à quel rythme ?

Quels seront les volumes de lait produits en Europe dans 10 ans ? Comment évolueront la consommation et les exportations ? Quels seront les prix ? Le Pôle Economie et Prospective des Chambres d’agriculture de Normandie tente de répondre à ces questions.

Le quota de 2014 ne sera produit qu’en 2023

Chaque année, les organismes économiques internationaux éditent des perspectives analysant les tendances d’évolution des marchés agricoles à moyen terme. La Direction agriculture de la Commission européenne (DG Agri), le Fapri et l’OCDE/FAO(1), estiment que les volumes de lait produits en Europe augmenteront mais pas au même rythme selon les hypothèses. La DG agri et l’OCDE prévoient une hausse de 10 millions de tonnes de lait entre 2013 et 2023 soit + 7 % en 10 ans. Les pays dont les volumes augmenteront le plus seront l’Allemagne, les Pays-Bas et le Danemark. La hausse sera fonction des demandes européenne et mondiale et des contraintes environnementales qui limiteront le développement de la production dans certains pays européens. A contrario, le Fapri table sur une stagnation jusqu’en 2019 puis une augmentation jusqu’en 2023 de 5 millions de tonnes au total (graphique 1).Ces différences de prévisions résultent d’hypothèses plus ou moins optimistes en ce qui concerne le développement de la filière en Europe.

Les produits frais en faible croissance en Europe

La DG Agri ainsi que l’OCDE prévoient que la production et la consommation de produits laitiers frais en Europe se développent de + 3 % de 2013 à 2023. Cela représente une hausse de 1,5 million de tonnes. La demande sera surtout présente en Asie où la consommation de produits laitiers frais doublera quasiment en 10 ans et passera de 50 % à 60 % de la consommation mondiale. Cela représente une hausse de 100 millions de tonnes ! L’augmentation de la population et la hausse moyenne du niveau de vie seront les principaux moteurs de cette évolution.

Le fromage tire la production européenne

Les 3 prévisions tablent sur une hausse de la production de fromages en Europe entre 1 et 1,3 million de tonnes en 10 ans (+ 10 %). Sur cette hausse, entre 200 000 et 400 000 tonnes iront gonfler les exportations européennes de 30 % qui représenteront alors la moitié des exportations mondiales de fromages. Les exportations de poudres maigres, moins importantes en valeur et en tonnage que le fromage, sont également prévues en hausse de 40 à 60 %.La DG agri dans ses prévisions table sur l’ouverture de nouveaux marchés à l’export pour les produits européens en Asie, au Brésil et en Afrique du Nord.

Des prix favorables à la production de lait

La DG agri et l’OCDE prévoient une hausse des prix du lait payé au producteur entre 5 et 10 % entre la moyenne des prix 2010-2013 et 2023 notamment grâce à un marché mondial ferme (graphique 2).Par ailleurs, les 2 organismes s’accordent sur une évolution du prix du tourteau de soja et de colza mais à des prix en dessous des niveaux record des années 2010-2013. En Europe, le tourteau de colza prendra de plus en plus d’importance en volume face au soja dont les importations seront plus modérées.


Plus de volatilité donc d’incertitudes

Les prévisions sont construites en conditions climatiques “non impactantes”. Les analyses s’accordent sur la poursuite d’une politique mondiale de diminution des stocks dans la plupart des secteurs agricoles. Dans ces marchés sous tension, un imprévu climatique, sanitaire ou politique génèrera une forte volatilité comme cela s’est vérifié ces dernières années. Ces tendances donnent donc des signaux positifs pour la filière lait qui invitent toutefois à rester vigilant dans un contexte de plus en plus volatil.


(1) Fapri : Food and Agricultural Policy Research InstituteOCDE-FAO : Organisation for Economic Cooperation and Development - Food and Agriculture Organisation

Rendez-vous

Le mardi 23 septembre se tiendront les 3es rencontres Economie et Marchés des Chambres d’agriculture de Normandie. Cette année, la journée sera consacrée à la filière laitière normande et à ses perspectives à l’horizon 2020. Au cours de la journée, présentations et tables rondes s’enchaîneront. Pour vous inscrire, rendez-vous sur le site internet de la Chambre régionale d’agriculture : http://www.normandie.chambagri.fr/economie-jeminscris.asp

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
VIDEO La Jaguar 990 TT Claas se démène dans la Manche
Le concessionnaire SM3 Claas a fait venir l’ensileuse 990 terra trac pour une démonstration dans la Manche. Venue d’Allemagne, la…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
Jennifer Morin, agricultrice
Jennifer Morin, « mieux vaut avoir le caractère bien trempé »
À Larchamp, commune nouvelle de Tinchebray-Bocage (61), Jennifer Morin est installée avec son mari en lait. Non issue du milieu…
Frédéric Bellanger, Orne
Chez Frédéric Bellanger, le bonheur est dans l’herbe
Pour Frédéric Bellanger, producteur de viande bovine à La Boursillière à Moutiers-au-Perche (61), le bonheur est dans le pré :…
Publicité