Aller au contenu principal

La section lait de la FDSEA 50 à l’affût du respect de la loi EGA

Signaux positifs de reprise, étalon cellules et application des EGA... tour d'horizon des sujets abordés lors de la section lait de la FDSEA de la Manche du 30 mars 2021. 

SECTION LAIT FDSEA 50
Les membres de la section lait de la FDSEA de la Manche, réunis au Gaec Lorin–Barbot sous la présidence de Ludovic Blin.
© DR

Accueillis sur l’exploitation de Jérôme et Fabien Lorin et de Fréderic Barbot, les élus syndicaux ont passé en revue l’actualité de la filière laitière avant de se lancer dans une action de contrôle des prix de vente en grande surface.

Conjoncture : retour des signaux positifs, à quand la répercussion sur le prix du lait ?
Les élus syndicaux ont ouvert la séance par le traditionnel regard porté sur les éléments de conjoncture économique, observant un retour des signaux positifs ainsi qu’un redressement des cotations des commodités laitières.
Ils ont ensuite dressé le bilan des prix du lait de l’année 2020 : la moyenne régionale s’établit à 325 €/1000 l pour le prix de base, soit un recul de 5 €/1000 l par rapport à 2019, effet Covid oblige ! « Les EGA auront tout de même permis de minimiser la baisse, car sans la revalorisation de notre marché intérieur entamée en 2019, le prix du lait aurait pu plonger au même niveau que le prix allemand », notent tout de même les producteurs de lait.

Analyses du lait : entrée en vigueur du nouvel « étalon cellules » ce jeudi 1er avril !
La section laitière a ensuite débattu des analyses réalisées dans le cadre du paiement du lait. Pour la quasi-totalité des producteurs manchois, celles-ci sont effectuées par le laboratoire Lilano, basé à Saint-Lô. Ce dernier ayant connu quelques difficultés dans la transmission des résultats sur la fin d’année 2020, les membres de la section restent attentifs à la situation de leur laboratoire interprofessionnel et espèrent un retour à la normale d’ici l’automne 2021. Cet échange au sujet des analyses fut également l’occasion de rappeler que le nouvel échantillon à teneur garantie (ETG), utilisé dans le cadre des analyses cellulaires, entrera en vigueur au 1er avril, au Lilano comme sur tout le territoire national. Cet ETG, déjà déployé dans d’autres états membres de l’Union européenne, devrait à terme être utilisé par l’ensemble des pays producteurs de lait, l’intérêt étant de disposer d’une méthode d’analyse identique partout dans le monde, pour plus d’objectivité et de facilité de comparaison des résultats.

Etats généraux de l’Alimentation : la section lait attend un respect total de la loi !
La réunion de la section laitière de la FDSEA de la Manche s’est clôturée par un rappel de la démarche « prix conforme aux EGA » élaborée par la Fédération nationale des Producteurs de Lait. Basée sur le respect des indicateurs publiés par l’interprofession laitière nationale, le Cniel, et appliquée aux différents mix produits des entreprises laitières, cette méthode permet d’évaluer si les laiteries s’approchent ou non du prix de base du lait que l’on pourrait attendre si la loi était parfaitement respectée par chacune d’elles. En plus de cette approche centrée sur le prix payé aux producteurs, un « prix conforme aux EGA » est également attendu quand il s’agit des prix de vente aux consommateurs ! En effet, partant du principe que le prix de revient en élevage laitier est de 388 €/1000 l (indicateur publié par le Cniel pour un lait conventionnel de plaine, standardisé à 38g de MG et 32g de MP), aucun litre de lait ½ écrémé ne peut être vendu en dessous de 0,74 €/l en magasin, sans quoi la rémunération des éleveurs ne peut être assurée. Forts de cet argument, les membres de la section laitière ont donc entamé une série de contrôle dans un hypermarché du sud de la Manche, et ont procédé à des relevés de prix sur le lait de consommation, mais aussi sur les yaourts et fromages. Quelques produits « non conformes » ont été trouvés, et ont fait l’objet d’une demande de retrait de la vente par les élus syndicaux. « Les EGA, ce n’est pas encore acquis ! », lance une productrice de lait. La section laitière connait son cap pour l’année 2021 !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Implantation de la sucrerie AKS à Rouen : un château en Espagne ?
Où en est le projet d’implantation d’une méga sucrerie par une société dubaïote, sélectionnée par Haropa Port sur appel à…
Zéro glyphosate ou le défi impossible en Normandie ?
Peut-on se passer du glyphosate ? Depuis 2019, cette vaste question a été travaillée via le plan « transition glyphosate…
PAC 2023-2027 : le nouveau système de suivi du parcellaire est « vraiment intrusif »
Dans le cadre de la future programmation de la Politique agricole commune (PAC) qui entrera en vigueur en janvier 2023, la…
Tuberculose bovine dans l'Orne : le point sur la prophylaxie 2022-2023
La campagne de prophylaxie tuberculose bovine a repris le 1er novembre 2022 dans l’Orne. Elle se terminera le 31 mai 2023. Cette…
Trois représentants de l’État visitent les fermes du Calvados
Le sous-préfet de Lisieux et la FDSEA, jeudi 17 novembre 2022. La sous-préfète de Vire et la Chambre, vendredi 18 novembre 2022.…
[EN IMAGES] La juge est fan de Jeannette dans la Manche
L’édition 2022 a été un bon cru pour le concours interdépartemental en race Normande à Saint-Hilaire-du-Harcouët le 7 novembre…
Publicité