Aller au contenu principal

Lait
La volatilité des prix impacte les résultats

Les producteurs de lait doivent désormais composer avec de fortes variations des prix et des cours. Cette volatilité joue sur le coût de production.

Le ratio entre le prix du lait et le prix de l’aliment est un indicateur conjoncturel qui reflète les tensions du marché. Il a atteint son niveau le plus bas en 2013 depuis la crise laitière de 2009.
Le ratio entre le prix du lait et le prix de l’aliment est un indicateur conjoncturel qui reflète les tensions du marché. Il a atteint son niveau le plus bas en 2013 depuis la crise laitière de 2009.
© XPERTIA

Depuis 2008, toutes les filières sont confrontées à la volatilité des prix et des coûts avec une ampleur jamais connue auparavant. C’est une chose plutôt nouvelle pour les producteurs de lait alors que les filières hors sol étaient habituées à gérer des variations conjoncturelles importantes. Les amplitudes les plus marquées se situent sur le prix du lait et sur le poids des charges alimentaires. Ces dernières font varier considérablement le coût de production. Pour preuve, depuis 2007, l’Indice des prix d’achat des moyens de production agricole (IPAMPA)* a progressé de plus de 60 %, par vagues successives.


Ratio prix du lait/prix de l’aliment

Le ratio entre le prix du lait et le prix de l’aliment reflète bien les tensions du marché. Ce sont en effet les deux éléments les plus fluctuants qui entrent dans le calcul du coût de production. Pour analyser ce critère, il est préférable de regarder l’évolution de la courbe plutôt que la ration en lui-même. Plus cet indicateur est bas, plus le marché est tendu. Il peut l’être soit par un prix du lait faible, soit par un coût alimentaire élevé, ou pire encore par une conjonction défavorable sur les deux éléments. En 2013, cet indicateur a atteint son niveau le plus bas avec 3,3 depuis 2009 durant la crise laitière (graphique). A cette époque, il était tombé à 3,4. L’impact sur les trésoreries est bien réel et pour les reconstituer, il faudra que cet indicateur remonte. A la lumière d’une comparaison entre résultats économiques globaux des exploitations laitières et cet indicateur conjoncturel, on s’aperçoit qu’avec un ratio en dessous de 3,8, la situation devient, en moyenne, préoccupante en termes de trésorerie.


De 2 à 6 € de produit lait

A l’échelle des exploitations, les situations sont très hétérogènes. L’indicateur prix du lait sur coût alimentaire va de 2 à 6 €/1 000 l sur des exploitations clôturant au 2e trimestre 2013. Autrement dit, pour une même période, avec une mise de 1 € de coût alimentaire, certaines exploitations vont générer 2 € de produit lait quand d’autres vont réaliser 6 €. Ce sont principalement les différences de coûts alimentaires qui expliquent ces écarts, avec une plage de variation allant de moins de 60 €/1 000 l à plus de 160 €/1 000 l. Et la prédominance d’un système plus qu’un autre n’est pas avérée, que ce soit pour les plus économes ou les plus dépensiers. 
Technicien et gestionnairePour essayer d’atténuer l’effet néfaste des variations de conjoncture sur le coût alimentaire, le producteur doit être à la pointe de la technique et de la gestion. La bonne méthode consiste à mettre des euros systématiquement en face de ses choix techniques, notamment en ce qui concerne l’alimentation. Elle constitue toujours le premier poste de charge, et donc, un levier d’optimisation important. Cette approche technico-économique sera d’autant plus cohérente et efficace si elle s’accompagne d’une stratégie à long terme. La stratégie confère au producteur une vision d’ensemble de son outil et lui permet d’anticiper les choix à prendre. Elle est reliée à des objectifs techniques précis, le tout composant un tableau de bord de l’éleveur.


* IPAMPA : l’Indice des prix d'achat des moyens de production agricole (IPAMPA) permet de suivre l'évolution des prix des biens et des services utilisés par les agriculteurs pour leur exploitation agricole. Ces prix sont relevés auprès des vendeurs de produits nécessaires aux exploitations. (Source Insee)

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

JA 61
Le nouveau bureau des Jeunes agriculteurs est en place
Le nouveau bureau des Jeunes agriculteurs de l’Orne est en place depuis mardi 19 avril 2022, pour la mandature 2022-2024. L’…
De 50 t à 0 t de tourteau de colza
Il fut un temps où Damien Odienne achetait 50 tonnes de tourteau de colza par an pour compléter la ration de ses laitières et…
fromage AOP Normandie - Livarot
Fromage AOP de Normandie : il faut sauver le colonel
Depuis quelques années, le livarot peine à séduire les consommateurs. La production du fromage aux cinq laîches ne cesse de…
Région politique agricole
La Région Normandie dévoile sa politique agricole 2023-2027
Les élus prévoient un programme co-construit avec la profession, simplifié, d’un montant de 60 millions d’euros par an. Les…
Agrial, ferme grandeur nature
Agrial lance sa Ferme grandeur nature en juin
La coopérative agricole Agrial a décidé d’ouvrir les portes de deux fermes adhérentes lors d’un nouvel événement intitulé : Ferme…
FDSEA 50, conférence de presse
La souveraineté alimentaire prend du plomb dans l’aile
La FDSEA de la Manche ne veut pas jouer les oiseaux de mauvais augure mais prévient déjà que, pour certains produits comme la…
Publicité