Aller au contenu principal

L'abattoir de Saint-Hilaire vendu à Teba

En décembre 2020, les élus de la communauté d’agglomération Mont-Saint-Michel Normandie avaient décidé de mettre fin à l’activité de l’abattoir en raison d’un équilibre financier impossible à trouver. Le 18 février 2021, ces mêmes élus ont acté la vente à Teba.

ABATTOIR TEBA
L’abattoir de Saint-Hilaire a été cédé à Manuel Pringault, gérant de Teba, pour 250 000 euros, matériel compris.
© DR

Le devenir de l’abattoir de Saint-Hilaire, géré en régie par la communauté d’agglomération Mont-Saint-Michel Normandie jusqu’à la fin 2020, vient d’être acté par les élus le 18 février dernier réunis en conseil communautaire par visio. L’ensemble immobilier de près de 12 000 m2 a été vendu à l’entreprise Teba, située à quelques mètres de l’outil d’abattage, pour un montant de 230 000 € et 20 000 € de matériel. Une décision votée à la majorité, mais qui aura fait réagir pendant près d’une demi-heure, et engendrer quatre votes contre et une vingtaine d’abstentions.
C’est Angélique Ferreira, vice-présidente en charge de l’économie, qui a présenté le sujet, épaulée à plusieurs reprises par le président, David Nicolas et David Juquin, vice-président en charge des finances et ancien président du conseil de surveillance de l’abattoir. Elle n’a pas hésité à rappeler que la Préfecture avait refusé le fait que « la collectivité territoriale puisse pallier au déficit d’exploitation de l’abattoir ». Sur les six mois de gestion en régie, la communauté d’agglomération aura déboursé plus de 400 000 €.

Eviter une friche

Alors quand Manuel Pringault, patron de Teba, s’est manifesté officiellement le 14 janvier pour acheter le site, la collectivité a saisi la balle au bond. « Son projet consisterait en une extension de l’activité actuelle de Teba (découpe) avec des perspectives « abattoir » notamment pour les ovins, caprins et abattage d’urgence. Une solution ayant été trouvée avec la Socopa pour les bovins », précise l’élue. Le projet à l’étude s’élèverait à 2 500 000 € avec la création à court terme de dix emplois. « En accordant la vente à Teba, on maintient les emplois et on évite une friche industrielle », martèle David Nicolas, rejoint par Jacky Bouvet, maire de Saint-Hilaire. « Il s’agit de préserver 50 emplois et redonner un second souffle à l’abattoir », ajoute-t-il à la fin des débats.

Des voix s’élèvent

Plusieurs points ont fait élever la voix entre autres de Jean-Paul Ranchin (Avranches) et Daniel Furcy (Servon). Le premier s’interrogeant sur l’estimation du matériel et sur le montant des indemnités de licenciement supportées par la collectivité à hauteur de 500 000 €. « L’estimation est bien au-dessous de la valeur du matériel », explique-t-il en faisant référence au matériel neuf acquis à l’automne après des problèmes techniques. « Si la liquidation avait été prononcée avant la reprise en régie, les indemnités de licenciement auraient été prises en charge par les assurances (garanties de salaire) », poursuit-il. Quant au second, il pointe le nom du porteur de projet, Manuel Pringault, qui gérait via une DSP (délégation de service public) l’abattoir et qui l’a conduit à une sauvegarde de justice. « Peu importe qui est à la tête », rétorque Angélique Ferreira. L’essentiel, étant de trouver une issue.

Une décision courageuse

Avant de passer au vote, David Nicolas a voulu remettre les pendules à l’heure. « L’agglo n’est pas seule responsable de la situation. Personne n’a bougé le petit doigt. On passe notre temps à assumer des problèmes qui ne sont pas les nôtres. Quand nous avons repris en régie, nous avons fait un choix courageux. Alors, cette cession est totalement évidente. » Et aujourd’hui, le président de l’Agglo se dit prêt à « accompagner le projet », aux côtés de la Shema et de la Région Normandie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Publicité