Aller au contenu principal

AG du syndicat Limousin
Label rouge et Boviwell, vers des opportunités

Jeudi 17 décembre, le syndicat des éleveurs de Limousins a organisé son assemblée générale, à la Chambre d’agriculture de l’Orne. Le label Blason prestige était invité au menu des discussions.

Guérric Paris, président du syndicat Limousin de l’Orne et Rémi Carpentier, président de Limousine Normandie Maine.
© DR

« En 2019, le cheptel Limousin ornais a perdu 150 mères, soit un recul de 2%. Le département suit la tendance nationale », constate Guérric Paris, président du Syndicat des éleveurs bovins Limousins de l’Orne. Jeudi 17 décembre, une trentaine de personnes a assisté à l’assemblée générale de l’année 2019. Rémi Carpentier, président de Limousine Normandie Maine, association qui regroupe les éleveurs des départements bas-normands, de la Mayenne et de la Sarthe, était invité à l’AG. Il a présenté l’état de la filière Blason prestige, Label Rouge national.

20 bêtes/semaine

« Nous avons eu trois années de prix cohérents et puis la filière les a rabotés pour qu’elle reste en vie par rapport au conventionnel. Avec l’abattoir du Neubourg, les relations sont bonnes mais les prix ont été révisés à la baisse dans un contexte de marchés déprimés. Toutes les semaines, le Neubourg prend une vingtaine de Limousines en label », décrit Rémi Carpentier. Soit près de 1 000 animaux par an : « 400 viennent du Calvados, de l’Eure et de l’Orne et 500 de la Mayenne et de la Sarthe ». Par rapport à une bête vendue en conventionnel, le label Blason prestige vise 1 €/kg de plus. La plus-value actuelle est de 0,50 €/kg. Si la marque Blason prestige est réservée aux bouchers détaillants, les GMS prennent des bêtes en Label rouge Qualité Limousine. Courant 2020, le groupe Carrefour a rompu ses liens avec Bigard et Socopa, car les abattoirs ont refusé d’installer des caméras de vidéosurveillance. Les magasins Carrefour normands sont désormais approvisionnés par Elivia. « La vente en Label en grande surface demande aussi, de votre part, une ou deux journées d’animation dans les magasins pour promouvoir la race et le label. Souvent, les éleveurs le vivent bien. » Rémi Carpentier constate que les délais d’enlèvement des animaux en label diminuent et voit, là, le signe d’une bonne nouvelle. « M. Lemercier (négociant, NDLR) est prêt à prendre plus d’animaux ornais. » Rémi Carpentier souligne entrevoir avec le label une porte d’entrée vers la restauration collective, dans le cadre des EGA.

Nouveau diagnostic

Deuxième actualité à l’ordre du jour : l’arrivée de l’outil Boviwell pour qualifier les élevages pour remplacer la charte des bonnes pratiques d’élevage. « Tous les labels vont être revus, introduit Virginie Camus, d’Elvea Normandie. Ils auront un socle commun et leurs particularités. » C’est donc sur la même base, celle du Boviwell, que les élevages vont être diagnostiqués. « Une visite tous les trois ans sera obligatoire. Le Boviwell reprend les points de la charte : eau propre ; accès au point d’eau ; nombre d’abreuvoirs par vache ; les césariennes ; l’écornage ; les analyses de ration ; etc. Le diagnostic complet doit mettre en confiance le consommateur et savoir lui répondre. » Pour le moment, aucune note au Boviwell n’est éliminatrice du label. Une remarque que souligne Héloïse Allais : « ce n’est jamais agréable d’avoir une mauvaise note mais s’il est n’est pas rédhibitoire, à quoi ça sert ? » Si le diagnostic est pédagogique au départ, « ça va se durcir, anticipe Rémi Carpentier. Les abattoirs seront eux aussi audités ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ABATTOIR SAINT HILAIRE
Les élus mettent fin à la régie de l’abattoir de Saint-Hilaire
La communauté d’agglomération Mont-Saint-Michel Normandie a décidé le 15 décembre de mettre un terme à la régie de l’abattoir de…
Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Publicité