Aller au contenu principal

Label rouge : quelles implications en abattoir ?

L’entreprise Sélection Viandes (Selvi), basée à Alençon, a depuis longtemps fait le pari de s’investir dans les démarches de qualité comme le Label rouge. Ces démarches impliquent de nouveaux points de vigilances dans un milieu où les contraintes sont déjà nombreuses.

SELVI ABATTOIR 61
L’abattoir de la Selvi est engagé dans de nombreuses démarches qualité : Label rouge et AB représentent 60% des volumes. A gauche, Laurent Perrin, technicien de l’Organisation de producteurs Elvea Normandie qui travaille essentiellement avec la Selvi, à droite, Thomas Coudray, responsable achat de l’abattoir. Les deux hommes sont régulièrement en contact pour assurer l’approvisionnement en animaux d’élevages locaux auprès des magasins concernés.
© DR

En 2020, la Selvi était élue premier abattoir en qualité de l’abattage et de la découpe par le syndicat Culture viande*. L’entreprise abat quelque 700 animaux par semaine, en grande majorité des gros bovins et plus rarement, des veaux. Ce bel outil est engagé dans plusieurs filières certifiées, telles que l’AB ou le Label rouge (LR). Concernant ce dernier, Thomas Coudray, responsable achat à la Selvi, précise : « on en a toujours fait, mais la demande est beaucoup plus forte depuis la crise de la vache folle dans les années 1990 ». Depuis 5 ans, le marché s’étend avec une forte augmentation de la demande des GMS. La loi Egalim, promulguée en 2018, a contribué à faire progresser la demande en viande LR de 30% pour l’abattoir via l’imposition de la présence d’au moins 50% de produits sous signe de qualité en restauration collective publique. Avec une cadence de 23 animaux abattus par heure, Thomas Coudray confie que « le secret pour que l’outil fonctionne bien, c’est la méthodologie, la rigueur et l’attention portée aux points de contrôle ».

Convenir à l’acheteur

« Le grand défi du Label rouge est de répondre à une demande, explique Thomas Coudray, c’est notre philosophie à la Selvi ». La première étape est de veiller à ce que les animaux arrivant à l’abattoir soient certifiés LR. Il faut aussi que le temps entre le départ de la ferme et l’abattage stricto sensu n’excède pas 24 heures, problématique avant tout logistique. En bouverie, durant l’abattage et le désossage, pas de contraintes particulières liées au LR, mais ensuite, celui-ci impose une maturation minimum de 10 jours. Thomas Coudray est ensuite chargé de veiller à la correspondance entre la demande des acheteurs et la qualité de la demi-carcasse. Un florilège de paramètres rentrent en jeu pour atteindre cet objectif : couleur de la viande, répartition et épaisseur du gras, textures, etc. Question coût de l’abattage, il rassure : « c’est le même qu’en conventionnel ». La Selvi accueille parfois des éleveurs et des partenaires économiques, comme Elvea, désireux de connaître l’outil. « Ils sont contents de voir où leurs animaux sont abattus et nous sommes contents de le leur montrer », assume Thomas Coudray.

* Culture viande : syndicat regroupant les entreprises privées et coopératives de la filière viande, réalisant des actions d’abattage, de découpe et de transformation.

Pour tout renseignement concernant la démarche Label rouge, vous pouvez contacter Elvea Normandie au 06 81 24 83 80.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité