Aller au contenu principal

Filière laitières
Lactalis : les négociations vont-elles aboutir ?

Les producteurs espéraient que les négociations du mercredi 31 janvier entre Lactalis et l'Unell (Union nationale des éleveurs laitiers Lactalis) aboutissent. Il n'en est rien. Et pour le moment, les producteurs n'acceptent pas le nouveau prix imposé par l'industriel laitier.

L'organisation des producteurs est toujours en négociations avec l'entreprise Lactalis. Des blocages ont eu lieu sur les site de Sainte-Cécile et d'Isigny-le-Buat.
© Sandrine Bossière

Depuis plusieurs semaines, les producteurs manifestent devant les sites de productions de l'entreprise laitière Lactalis. Après Domfront le 25 janvier, c'était au tour des deux sites manchois, Sainte-Cécile et Isigny-le-Buat d'être la cible le 31 janvier, à la suite de négociations infructueuses. Pour le mois de janvier 2024, Lactalis proposait 405 €/1 000 l alors que les producteurs avaient calculé 440 €/1 000 l. " Ils se moquent de nous ", note Clément Jourdan, agriculteur à Beslon, venu avec des collègues devant le site de Sainte-Cécile. L'Unell avait saisi le médiateur. Et c'est le 31 janvier que les deux parties se sont retrouvées autour de la table. " Nous avons discuté le matin sans que Lactalis nous propose un prix satisfaisant. Nous attendons qu'elle revienne vers nous avec un meilleur prix ", confie Yohann Serreau, président de l'Unell.

Sur le site de Sainte-Cécile, les producteurs se sont relayé pour bloquer le site et faire pression pour espérer voir des négociations aboutir. 

Des producteurs en détresse 

Sur le terrain, les producteurs ne veulent rien lâcher. Ils ont décidé d'aller sur les deux sites manifester leur mécontentement. " Lactalis ne se rend pas compte de la détresse dans laquelle on est ", se désole un producteur.  A Villedieu-les-Poêles, des camions citernes ne sont pas entrés tout comme un camion venant décharger du lait écrémé et un second contenant des boîtes de fromage. " Je suis bloqué depuis 7 h 50 ", confie le chauffeur, qui depuis le début de sa tournée avait réussi à éviter tous les barrages, sauf celui de Sainte-Cécile.

Des camions ont été contrôlés pour connaitre la provenance des produits. 

De la transparence  

Le 3 février, Lactalis informe ses producteurs " fournir des efforts importants ", et porte de manière unilatérale le prix du lait de janvier et février à 420 €/1 000 l, soit un plus de 15 €/1 000 l. De son côté, la FNPL demande une enquête immédiate de la DGCCRF sur les pratiques de Lactalis dans les négociations commerciales et une communication publique des ses contrôles. " Seule la transparence totale permettra la bonne application des lois Egalim ", affirme la FNPL. De leurs côtés, des enseignes retirent des rayons le lait Lactel, produit par Lactalis, jusqu'à l'aboutissement des négociations.

A isigny-le-Buat comme à Sainte-Cécile, Ghislain de Viron, premier vice-présdient de la FNPL s'est déplacé pour échanger avec les producteurs. 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

[LES GAGNANTS DU JOUR] Race Blanc bleu : deux éleveurs normands se démarquent
Jeudi 29 février 2024, le concours général agricole de race Blanc bleu s'est déroulé sur le ring de présentation du hall 1 du…
La SCA normande mise à l’arrêt forcé par les agriculteurs à Lisieux
Lundi 29 janvier 2024, sous l’impulsion de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs, la profession s’est mobilisée pour bloquer la SCA…
Lucie Lesieur, heureuse éleveuse de Salers
À Rônai, dans l'Orne en Normandie, Lucie Lesieur s'épanouit enfin à la ferme. Après une formation en commerce, elle décide, alors…
[NEWS DU SALON] Grande championne, Hamada renouvelle l'exploit
Et un, et deux victoires à Paris pour Hamada, une Normande, jugée exceptionnelle par le juge, Charles Delalande le jour du…
[EN VIDEO] La Normande devient la star du Salon international de l'agriculture 2024
Sur les billets d'entrée, ou encore sur les affiches, dans le métro, la Normande sera à l'honneur pour la 60e édition du Salon…
Dans le Calvados, Elisabeth Borne remet les pieds sur terre
Jeudi 8 février 2024, l'ex Première ministre a visité le Gaec Pupin à Maizet dans le Calvados. Elisabeth Borne, désormais simple…
Publicité