Aller au contenu principal

FDSEA
Lait : des signaux positifs

Réunie pour la première fois depuis le confinement, la section laitière de la FDSEA de la Manche a fait un bilan plutôt positif de la crise mais considère que l’application effective de la loi alimentation reste à obtenir.

© FDSEA 50

Pour la première fois depuis la crise sanitaire liée au Covid-19, la section laitière départementale de la FDSEA 50 s’est réunie jeudi 2 juillet. Pour l’occasion, Marc-Antoine Blot et Yovenn Bougis, associés au sein du Gaec BB à Hauteville-la-Guichard, ont accueilli les membres de la section laitière sur leur exploitation.

Exportations et prix du lait

Après un mot d’accueil du Président de la section lait, Ludovic Blin, et une visite de l’exploitation, les administrateurs ont débattu de de la conjoncture économique et des marchés laitiers. Si la crise du Covid-19 a incontestablement perturbé les marchés nationaux et internationaux, en réorientant fortement les débouchés des produits laitiers, quelques signaux positifs sont tout de même présents pour les mois à venir. En effet, les exportations de produits laitiers sont restées dynamiques au départ de l’Union Européenne. De plus, la collecte française a reculé en avril 2020, pour la première fois depuis juillet 2019 (-0,7% entre avril 2019 et avril 2020). Particulièrement marquée en Bretagne (-2,3%) et Normandie (-0,6%), cette baisse pourrait en partie résulter du dispositif d’aide à la réduction des volumes, mis en place par le Cniel au printemps. En complément du lissage du pic annuel de collecte, la très forte progression des ventes de produits laitiers en GMS durant les 4 derniers mois envoie un signal positif pour les mois à venir. En revanche, le regard porté par les membres de la section laitière de la FDSEA 50 sur le prix du lait est plus sombre : le deuxième trimestre 2020 est marqué par un recul de 8,60 € / 1000 l en moyenne en Normandie par rapport au premier trimestre.

EGA à améliorer

Les élus ont ensuite dressé le bilan des acquis syndicaux obtenus au cours de la précédente mandature (2017 – 2020) : publication de la loi « alimentation », prise en compte des coûts de production des éleveurs dans la détermination du prix du lait, publication d’un indicateur du prix de revient … autant de sujets dont on parlait à peine en 2017 et qui font désormais le quotidien des responsables syndicaux. À noter que parmi les diverses productions agricoles, la filière laitière est celle qui aura le plus avancé sur ces sujets au cours des trois dernières années. Pour autant, la section laitière constate que les transformateurs laitiers font une application plus que partielle des EGA. En effet, aujourd’hui en France, aucune coopérative laitière ne prend en compte les coûts de production des éleveurs dans la détermination du prix du lait. L’application de ce point essentiel de la loi Alimentation sera donc l’un des objectifs principaux des membres de la section lait.  

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité