Aller au contenu principal

Qualité
Le cidre du Perche tient son appellation d’origine

Mercredi 14 octobre, une belle victoire s’est inscrite dans le calendrier normand. Les producteurs de cidre du Perche étaient réunis pour célébrer l’obtention de leur appellation d’origine contrôlée, accordée par l’Inao. L’épilogue d’une vingtaine d’années de combat, qui marque le début d’une aventure.

AOC CIDRE DU PERCHE
Sept producteurs sont engagés dans l’AOC cidre du Perche, pour une production de 200 000 bouteilles par an.
© DR

« 2020, annus horribilis, à bien des égards. Mais pour nous, c’est l’année du sacre. Nous tenons notre label, notre cidre AOC du Perche », s’est exprimé, avec « joie et fierté », Maurice Levier, président du syndicat cidricole du Perche. Mercredi 14 octobre à Mortagne, devant un parterre d’élus, de représentants du Parc naturel régional, de producteurs et de fidèles amateurs, il a savouré le bonheur de la victoire : le cidre du Perche tient son appellation d’origine.

Ténacité

« Il y a plus de vingt ans, on nous trouvait présomptueux de penser que notre cidre était remarquable, a rappelé Dominique Plessis, producteur récoltant et gérant de la Cidrerie traditionnelle du Perche. Aujourd’hui, nous avons mis en évidence l’identité de notre produit. Les pommiers du Perche sont les plus éloignés de la mer en Normandie et aussi ceux que l’on récolte le plus tard ». Ce travail a été mené avec l’aide du Parc naturel régional (PNR) du Perche, comme le rappelle Jean-Michel Bouvier, son président : « depuis seize ans, nous accompagnons les producteurs de cidre dans cette aventure technique et administrative ». Il salue la ténacité de « Maurice, Grégoire, Dominique, Gilles, Jean-François et tous les autres », qui les a menés à une « victoire culturelle, humaine, environnementale, paysagère, économique et innovante ». Dans la logique de territoire et de collaboration, le président du PNR souligne que le parc met à disposition des producteurs un contrat de « prêt à usage innovant pour les vergers hautes tiges. Ce n’est pas une lubie du parc mais un dispositif juridique régi par le Code civil ».

« Vous êtes les gestionnaires d’un patrimoine national contrôlé. Vous, les faiseurs, avez construit vos conditions de production. »
Marie Guittard, directrice de l’Institut national de l’origine et de la qualité (Inao).

 

Grande famille de labels

Marie Guittard, directrice de l’Institut national de l’origine et de la qualité (Inao), a salué le travail de « producteurs motivés, qui veulent sauver et développer un produit du patrimoine ». Elle a aussi rappelé qu’attribuer « un nom géographique à un groupe de producteurs, c’est l’interdire à d’autres. Vous êtes les gestionnaires d’un patrimoine national contrôlé. Vous, les faiseurs, avez construit vos conditions de production. Elles ont été validées par les pouvoirs publics. Le climat est la clef de voûte de votre appellation. » Un patrimoine reconnu et chéri par les producteurs : « le prés verger est un biotope extraordinaire », souffle Jean-François Leroux, du domaine du Ruisseau. Nicolas Bacle, du verger de la Reinette, ajoute : « le verger est un milieu vivant, dont l’art est de le maintenir en équilibre. Les parcelles sont réparties sur l’ensemble du territoire, ayons des alliances avec les autres production ». Puis, la directrice de l’Inao a annoncé la prochaine étape pour le cidre du Perche : « l’enregistrement par l’Union européenne de votre AOP ». Applaudissements. Hervé Morin, président de la Région Normandie, a, lui, félicité des « hommes et des femmes qui cherchent une nouvelle authenticité. On culpabilise l’agriculture en France alors qu’elle vit une transformation gigantesque. Vous [en] êtes le symbole ». Il leur a souhaité bienvenue dans « l’immense famille des signes officiels de qualité de Normandie ». Et de rappeler que la Normandie compte 15 AOC/AOP, 8 IGP et 14 Labels rouges. En 2018, la Normandie a vu l’arrivée de l’AOP cidre du Cotentin et en 2019 l’IGP bulot de Granville. Le président de la Région espère obtenir deux autres signes officiels de qualité prochainement, pour le bœuf de race Normande et l’huître de Normandie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

TUBERCULOSE BOVINE
Tuberculose bovine : quatre cas confirmés dans le Calvados
Le Groupement de défense sanitaire confirme, ce mardi 23 février 2021, la détection de quatre cas de tuberculose bovine. Plus de…
TUBERCULOSE BOVINE LESSAY
Canton de Lessay : 200 animaux à abattre
Après quatre cas dans le Calvados, un cas de tuberculose bovine a été détecté fin février dans le canton de Lessay au sein d’un…
Graindorge, bâtiments de la future fromagerie
Graindorge mise sur le camembert AOP fermier et bio
La fromagerie Le Clos de Beaumoncel est en cours de finalisation à Camembert (61). Fruit d’un partenariat entre E. Graindorge et…
ETA GIFFARD - EPANDAGE
Terra Variant 585 cherche hectares où s’épandre
À l’automne, Denis Giffard, entrepreneur de travaux agricoles à Tournebu (14), a troqué l’une de ses arracheuses intégrales à…
ORNE - CERTIFICATION HVE
HVE : le label met un pied dans l’Orne
La Chambre d’agriculture de Normandie a invité les agriculteurs à s’informer sur le label HVE au cours de trois réunions dans l’…
ABATTOIR TEBA
L'abattoir de Saint-Hilaire vendu à Teba
En décembre 2020, les élus de la communauté d’agglomération Mont-Saint-Michel Normandie avaient décidé de mettre fin à l’activité…
Publicité