Aller au contenu principal

Vigne, diversification, changement climatique
Le domaine viticole des Prévost est planté

8 400 pieds de vigne sur 1,6 ha ont été plantés les 22,23 et 24 avril à Ferrières-Haut-Clocher (27). Le domaine viticole Prévost est en devenir. Rendez-vous en 2024 pour les premières vendanges.  

Delphine et Matt, un couple franco-britannique et le début d’une aventure viticole en Normandie. Une façon aussi d’ancrer durablement un patronyme à une terre.
© TG

Au volant du tracteur, Max Prévost (le grand-père) et sur le siège de la planteuse (de sapins à l’origine), Matt Angwin. Matt est le futur gendre de Stéphane (le père) préposé quant à lui à l’arrosage. Un peu plus loin, Delphine (la fille mais aussi maman d’une petite fille) qui, aidée de quelques amis, joue du râteau pour reboucher les  sillons espacés de 2 m... Sur le coteau à la pente bien modeste de cette plaine euroise, à Ferrières-Haut-Clocher, c’est l’effervescence en cette fin avril. A raison de 0,5 km/h, 8 400 pieds de Pinot noir ou meunier, Chardonnay, Chenin blanc et Floréal prennent terre tous les mètres au fond d’un sillon de 30 cm. Pour assurer la reprise, chacun reçoit 3 litres d’eau. Le domaine Prévost, c’est donc une saga familiale qui permettra d’ancrer durablement un patronyme à une terre. Delphine va se marier et donc changer de nom. Au-delà de la symbolique, c’est un vrai projet économique qui se développe à l’aune du réchauffement climatique.

La passion du vin


Delphine et Matt n’ont rien de doux rêveurs. Elle, après prépa-véto, opte finalement pour agro Purpan à Toulouse. « J’ai toujours voulu travailler dans le vin », se souvient-elle.Une passion qui, dans le cadre de ses stages d’étude, la conduit a Camel Valley, un vignoble très réputé de Cornouailles (Angleterre) créé en 1989. Un pays où la bouteille de vin se vend 40 e. Elle y fait la connaissance de Matt, le manager des lieux. Le début d’une histoire d’amour et d’une vie commune avec notamment la création en 2018 d’un bar à vins sous forme de food-truck. « Cela fonctionnait très bien » et notre couple pensait partager sa vie de part et d’autre du Channel.

20 000 e/ha


Mais la vie en a voulu autrement. Delphine perd son frère. Le couple décide alors de se fixer à plein temps en Normandie et en famille. Une façon de se serrer les coudes. L’idée de créer localement un vignoble de toute pièce émerge très vite, « ça marche bien en Angleterre, alors...»  L’approche de ce projet est techniquement tout aussi pointue que pragmatique. En croisant leurs compétences, Delphine et Matt maitrisent la chaine de A à Z. Max et Stéphane y ont mis également leur grain de sel. La parcelle a été sélectionnée. Trois fosses pédologiques y ont été creusées pour analyse du profil de sol et les cépages choisis en fonction tout comme leur emplacement précis dans la parcelle. « L’idée n’est pas de produire un vin de garage pour se faire plaisir mais un bon vin pétillant (blanc de blanc, blanc de noir ou rosé) et un blanc sec selon la méthode traditionnelle », se projette Delphine. Première vendange en 2024 (50 % du potentiel devrait être atteint). Seconde en 2025 (75 %) pour tutoyer la vitesse de croisière en 2026 avec un objectif estimé à 15 000 bouteilles/an. Coût de l’investissement : 20 000 e/ha environ qui comprend notamment le plant, les tuteurs, le palissage mais aussi les clôtures pour se mettre à l’abri des sangliers, chevreuils et autres lièvres. La Banque Verte a suivi. Il lui reste désormais à financer le chai. Delphine et Matt travaillent à sa conception en attendant de trinquer...Pourquoi pas un jour à la création d’une section viticole à la FNSEA 27 ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Silphie culture
Des éleveurs séduits par la silphie testent la nouvelle culture
La silphie est une culture pérenne, implantée pour une quinzaine d’années. La plante est utilisée dans les Vosges surtout pour la…
Léonie Angot-Hastain, maire de Saint-Manvieu-Norrey, 3e sur la liste calvadosienne ; Frédéric Moreau, exploitant à Mouen ; Stéphanie Yon-Courtin (ex-LR), tête de liste LREM dans le Calvados avec Laurent Bonnaterre ; David Hastain, agriculteur à Saint-Manvieu-Norrey ; Sébastien Binet, agriculteur maire de Versainville, 8e sur la liste calvadosienne.
Dans le Calvados, la candidate LREM ne veut pas opposer les sujets
La députée européenne, ancienne maire de Saint-Contest et colistière de Laurent Bonnaterre aux élections régionales, Stéphanie…
SERVICE REMPLACEMENT 61
Les agents de remplacement de l’Orne à l’honneur
La fédération départementale des services de remplacement de l’Orne a organisé, pour la 3e  année consécutive, une journée dédiée…
SIP DEMONSTRATION FAUCHEUSE
VIDEO. La plus large faucheuse du monde en démonstration en Normandie
La Silvercut Disc 1500 T (de marque SIP) est la faucheuse la plus large au monde avec 15 mètres de travail. Il en existe une…
VIDEO. Des silos en préfa modulables, à monter soi-même
Mickaël Féret est à la tête d’une société ornaise de fabrique d’éléments en bétons destinés, notamment, au stockage agricole. De…
PANNEAUX ELECTIONS
Régionales : les têtes de listes ont passé leur oral agricole
FRSEA, JA et Chambre régionale d’agriculture de Normandie ont, lundi dernier, invité les têtes de listes aux régionales (ou leur…
Publicité