Aller au contenu principal

Les solutions manquent pour contrer les étourneaux

Le 24 février, la nouvelle directrice de la DDTM (direction des territoires et de la mer) de la Manche s’est déplacée sur l’exploitation de Jean-Michel Hamel à Saint-Jores, pour constater les dégâts causés par les étourneaux avant de prendre de la hauteur à la tourbière de Baupte. Une visite initiée par les JA en collaboration avec la FDSEA.

DDTM JA - ETOURNEAUX
Martine Cavallera-Levi, nouvelle directrice de la DDTM de la Manche s’est déplacée sur le terrain pour prendre connaissance de la problématique des étourneaux dans les exploitations.
© JA

« Ils sont toujours là, souillant nos outils de travail, harcelant nos troupeaux, dégradant nos performances », se désolent Luc Chardine, président des JA de la Manche et Maxime Savary, JA, et associé du Gaec des Bohons confronté à la problématique des étourneaux. Ce constat n’est pas nouveau mais la directrice de la DDTM, Martine Cavallera-Levi, étant arrivée de la Drôme en décembre dernier, découvre la problématique, bien connue de ses services. Même si les oiseaux migrateurs repartent généralement en mars, « quand on n’a jamais vu, on ne peut pas s’en rendre compte », note le responsable syndical. Et certains restent d’ailleurs là toute l’année.

Si mignon tout seul mais dévastateur par milliers

A la tombée de la nuit, Martine Cavallera-Levi a assisté au ballet quotidien des 800 000 oiseaux qui trouvent refuge à la tourbière de Baupte. « Pour certains, ce spectacle est magnifique mais pour nous exploitants il est dramatique », dénonce Luc Chardine. Différents organismes avaient conduit des analyses chiffrées. Sur une exploitation moyenne de 70 vaches laitières avec une production de 500 000 l de lait, les pertes pouvaient atteindre 9 400 €, selon Littoral Normand. « Tant qu’il y aura des étourneaux, il y aura des pertes », se désolent les agriculteurs.

Des moyens efficaces attendus

Ces pertes peuvent être minimisées en empêchant l’accès au silo et au maïs à la table d’alimentation. Encore faut-il pouvoir investir. Restent les pertes engendrées au moment des semis. Certains champs sont ravagés et nécessitent d’être semés à nouveau. « Les systèmes actuels d’effarouchement ne suffisent pas. Ces oiseaux migrateurs sont de plus en plus nombreux chaque année », indique l’élu syndical. « Nous ne pouvons tolérer davantage ces nuisibles et demandons à l’administration des moyens de régulations efficaces et des soutiens financiers pour équiper nos exploitations de protections », afin de faire face aux pertes économiques, aux risques sanitaires, aux baisses de productions, aux cultures et silos ravagés… Pour le moment, les solutions et les réponses restent maigres. Les JA, avec le concours de la FDSEA de la Manche continuent le combat.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Publicité