Aller au contenu principal

Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”

A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan des effets de la crise engendrée par le Coronavirus. Ludovic Blin, président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie, évoque les difficultés à venir.

Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie
© TG

>> Comment a réagi la filière laitière française à l’annonce du confinement, le 16 mars dernier ?
Cela a été un bouleversement profond pour toute la filière ! Le confinement a considérablement modifié les débouchés pour nos produits laitiers : plus de restauration hors foyer, un export en difficulté, plus de marchés de plein air pour écouler nos produits fermiers. A contrario, une GMS qui devient une des seules sources d’approvisionnement en produits alimentaires pour nos concitoyens … ça a été une période compliquée à gérer, comme pour toutes les autres filières agricoles d’ailleurs.

>> Avec tant de changements en si peu de temps, avez-vous pu vous organiser pour limiter la casse ?
La désorganisation des marchés aurait pu entrainer une impossibilité, pour les laiteries, de transformer tout le lait collecté, d’autant que nous arrivions au pic saisonnier de production. Certains producteurs auraient pu vivre des problèmes de collecte. La FNPL a été très attentive au maintien de la collecte sur tout le territoire national, afin qu’aucun producteur de lait ne soit laissé de côté, c’était la priorité n°1. Dans ce but, elle a impulsé, dans le cadre de l’interprofession laitière une atténuation de ce pic : le Cniel a mis en place une aide à la réduction des volumes pour tous les producteurs de lait qui afficheraient un volume produit de -2 à -5% en avril 2020 par rapport à avril 2019. Nous savons d’ores et déjà que grâce à cette incitation, le pic de collecte serait de +1% au lieu des +3% habituels. Cette mesure a été approuvée par la Commission européenne, les producteurs entrant dans le dispositif devraient donc percevoir l’aide d’ici le mois de juillet.

>> Et maintenant, où se porte votre attention ?
Maintenant que nous sommes sortis du premier épisode de crise et que nous allons, peu à peu, retrouver le chemin d’une vie déconfinée, notre attention se porte sur le prix du lait. Les éleveurs laitiers ont joué le jeu en réduisant la voilure sur le mois d’avril, et continuent parfois de le faire sur le mois de mai, il est donc impensable qu’ils subissent une baisse du prix ! Ce serait une double peine intolérable. Dans ce contexte perturbé, nous rappelons fermement, à tous nos partenaires du secteur laitier, que chacun à sa responsabilité et que les Etats généraux de l’Alimentation font foi plus que jamais !

>> Le maintien des EGA dans cette période troublée, comment cela doit-il se traduire selon vous ?
C’est aux Organisations de Producteurs de s’assurer du respect des termes des contrats signés avec leurs acheteurs. Beaucoup d’industriels souhaiteraient s’affranchir de leurs obligations contractuelles en ce moment, mais c’est pourtant bien ce qui fait la base de leurs relations avec leurs fournisseurs ! Si les laiteries dérogent au contrat, et au mode de calcul du prix convenu avec les OP, celles-ci doivent saisir le médiateur des relations commerciales agricoles, afin de se faire entendre et de faire appliquer le contrat, et la loi ! Pour les coopérateurs, nous les appelons plus que jamais à réclamer la prise en compte des coûts de production dans la détermination du prix du lait ! A date, trop peu de coopératives appliquent cet élément essentiel des EGA, il faudra pourtant bien qu’elles y viennent, et vite ! L’augmentation des ventes en GMS a compensé la perte des marchés en RHF, et parfois une part de la perte des marchés exports, dont on nous explique clairement qu’ils sont peu rémunérateurs. Il n’y a donc pas de raison que le prix du lait s’oriente à la baisse. La FNPL et la FRSEA Normandie apportent tout leur soutien aux OP et Coopérateurs dans ces démarches !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Implantation de la sucrerie AKS à Rouen : un château en Espagne ?
Où en est le projet d’implantation d’une méga sucrerie par une société dubaïote, sélectionnée par Haropa Port sur appel à…
Tuberculose bovine dans l'Orne : le point sur la prophylaxie 2022-2023
La campagne de prophylaxie tuberculose bovine a repris le 1er novembre 2022 dans l’Orne. Elle se terminera le 31 mai 2023. Cette…
Trois représentants de l’État visitent les fermes du Calvados
Le sous-préfet de Lisieux et la FDSEA, jeudi 17 novembre 2022. La sous-préfète de Vire et la Chambre, vendredi 18 novembre 2022.…
Ce qu'il faut retenir de la réforme de la PAC
La Chambre régionale d’agriculture de Normandie et la Caisse régionale du Crédit Agricole Normandie ont organisé, mardi 29…
[EN IMAGES] La juge est fan de Jeannette dans la Manche
L’édition 2022 a été un bon cru pour le concours interdépartemental en race Normande à Saint-Hilaire-du-Harcouët le 7 novembre…
EARL De Quéry dans le Calvados : bien cibler les candidats pour céder sa ferme
François Divay, éleveur à Balleroy-sur-Drôme (14), n’a pas attendu le dernier moment pour préparer la transmission de son…
Publicité