Aller au contenu principal

Made in viande : l’élevage au secours de la biodiversité

Le logo de Made in viande en 2019 a « verdi », souligne la directrice Interbev Normandie, Chloé Serre. Une couleur qui fait écho aux attentes sociétales. L’occasion de démontrer que l’élevage et la biodiversité font bon ménage, notamment au cours d’une randonnée au cœur de la réserve naturelle de la Sangsurière (nord-Cotentin) le 26 mai.

ll Eleveurs, bouchers, centres d’abattages, commerçants de bestiaux… ouvrent leurs portes au grand public ou aux scolaires pour évoquer en toute transparence leur quotidien dans le cadre de la 5e édition de Made in viande, jusqu’au 29 mai, piloté par l’interprofession Interbev. Mais cette année, la notion de la biodiversité a un écho tout particulier dans le cadre de la visite de la réserve de la Sangsurière. Les élèves de l’école de Saint-Sauveur-le-Vicomte a pu s’en rendre compte le 17 mai dernier en avant-première. « Nous travaillons sur le thème de consommer en France. Ce qui nous a amenés à regarder la provenance des produits de la cantine. Mais nous avons l’opportunité avec cette visite d’élargir nos connaissances et de voir les différents systèmes de cultures et d’élevage, bénéfiques pour l’environnement », indique Christelle Cudelou, enseignante des 20 élèves de CM1. Et tout au long de la semaine, ce sont près de 300 élèves issus de 11 classes, du CP au bac professionnel, qui découvriront « le lien étroit entre élevage et paysage, mais aussi comprendront mieux le rôle du pâturage dans le maintien de la biodiversité », comme le souligne Olivier Philippe, éleveur de vaches allaitantes de race Charolaise, installé à Catteville (Cotentin) et investi dans la filière bovine.

Une terre fertile
« Cette réserve n’est pas un sanctuaire », assure l’éleveur. Cette réserve de la Sangsurière et de l’Adriennerie abrite sur 396 ha une variété surprenante de milieux tourbeux et d’espèces animales et végétales. Et lors de la visite, les élèves ont pu voir des cormorans, poules d’eau… « Avant, il n’y avait que des chevreuils, sangliers et une vache devenue sauvage. Aujourd’hui, je revois des orchidées rares, des cigognes dans les champs, des vers de terre qui sont le témoin de la fertilité des terres », explique Olivier Philippe.

Une agriculture extensive
Le 26 mai pour le grand public, et les jours précédents pour les scolaires, « J’aimerais que les gens repartent avec une autre image du marais et des zones humides en général. Les zones humides ont été aménagées par l’Homme depuis des siècles. Je suis donc convaincue que nous pouvons continuer de les préserver tout en exerçant une activité agricole extensive », souligne la conservatrice de la réserve naturelle de la Sangsurière, Emmanuelle Bouillon. Et c’est ce que font les 25 agriculteurs qui exploitent les 400 ha de la réserve.

L’action du pâturage
« Je perçois l’impact écologique bénéfique que le pâturage a sur le paysage. L’opération Made in viande est l’occasion de partager cette vision de l’élevage et de la faire découvrir au plus grand nombre. Si les visiteurs devaient retenir qu’une seule chose, c’est cette action du pâturage sur l’évolution de la biodiversité qui a permis de maintenir ce milieu ouvert », conclut Olivier Philippe.
Rendez-vous à 10h au Mont Doville le dimanche 26 mai pour une randonnée au cœur de la réserve naturelle de la Sangsurière où vous découvrirez le lien étroit entre élevage et biodiversité. La balade se terminera par un repas convivial dans un élevage alentour.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité