Aller au contenu principal

Meilleur apprenti boucher : Tanguy Saint-Martin en finale

Tanguy Saint-Martin apprenti à la boucherie Forget à Flers (Orne) vient de décrocher son billet pour la finale nationale les 11 et 12 avril à Clermont-Ferrand du meilleur apprenti de France (MAF). La sélection s’est déroulée dans la Manche le 15 février devant quatre autres concurrents. Avec Alexandre Ladroue, apprenti à Evreux (27), et arrivé second, il représentera la Normandie.

TANGUY SAINT MARTIN, CONCOURS BOUCHER
Tanguy Saint-Martin et son maitre d’apprentissage, Julien Forget.
© DR

Le 15 février, le syndicat de la boucherie de la Manche en partenariat avec la Chambre de métiers et de l’artisanat de la Manche et l’IFORM, ont organisé la sélection régionale du concours MAF boucher 2021. Les deux candidats, les mieux classés par les notations obtenues, représenteront la Normandie lors de la finale nationale les 11 et 12 avril prochains à Clermont-Ferrand.

Quatre d’heures d’épreuves

A l’issue des quatre heures d’épreuves, Tanguy Saint-Martin en formation au CFA d’Alençon (Orne) et Alexandre Ladroue en formation au CFA de Rouen (Seine-Maritime), se sont classés respectivement 1er et 2e, décrochant le sésame pour la finale nationale. « Le fait d’être sélectionné, c’est un bonheur », lâche Tanguy Saint-Martin. « Ils ont été jugés sur la maitrise des techniques, la dextérité, la précisions des gestes et la mise en valeur des produits, à la fois sur des pièces de bœuf, veau et l’agneau », souligne Alain Desmasures, vice-président de la Fédération normande des bouchers charcutiers traiteurs. Un jury composé d’un représentant par département normand, et présidé par Dominique Duval, boucher installé à Saint-Georges-Montcocq. « Grâce à l’entrainement, on maitrise le travail des pièces même si ce n’est pas tout à fait les mêmes que celles qu’on a l’habitude d’avoir. L’appréhension se situe plutôt au niveau des aléas, à la maitrise du temps. Mais une fois concentré, cela s’est bien passé », confie-t-il, à l’issue des résultats.

Sur les pas de son maître de stage

Derrière lui, son maitre de stage affichait également un large sourire. « J’ai été à sa place il y a 14 ans », avance Julien Forget, au parcours similaire : une sélection départementale à Alençon, une étape régionale à Coutances et la finale près d’Annecy. « J’ai vu Tanguy depuis qu’il est tout petit. Il passait à la boutique alors que j’étais apprenti », sourit-il. Alors, le fait de lui transmettre les bons gestes est un challenge. « On travaille les bases et on essaie de faire le maximum », ajoute-t-il. Et pour préparer l’épreuve nationale, Tanguy va bénéficier de stages et de l’entrainement chez son patron. « On va encore le former et être à fond pour ne pas avoir de regret », poursuit-il.

Vivre sa passion

Tanguy Saint-Martin n’a pas d’origine agricole. Pourtant, il a été attiré par le métier de boucher « dès tout petit. J’allais en boutique dès l’âge de 6 ans », précise-t-il. A 17 ans, il est en deuxième année de formation et il compte bien poursuivre par un brevet professionnel, toujours au sein de la boucherie Forget. La boucherie est une réelle passion.

Classement de la finale régionale
- 1er Tanguy Saint-Martin, apprenti chez Julien Forget à Flers (61)
- 2e Alexandre Ladroue, apprenti à la boucherie du Beffroi, chez Laurent Allard et Mathieu Lefebvre à Evreux (27)
- 3e Théo Frouderie, apprenti chez Pascal Harnieh à Epaignes (27)
- 4e Emilien Depoilly, apprenti chez la Maison Ruffier à Falaise (14)
- 5e Mattéo Freançoise, apprenti à la Boucherie de Brécourt à Cherbourg-en-Cotentin (50)
Les apprentis : les bouchers de demain
Le concours du meilleur apprenti de boucherie s’est déroulé « dans des conditions quasi ordinaires malgré un contexte sanitaire complexe », se réjouit Alain Desmasures, vice-président de la Fédération des bouchers charcutiers traiteurs de Normandie, et président de la Manche. « Pour nos apprentis, ce concours leur permet d’exprimer leurs compétences, dynamiser l’apprentissage et valoriser l’expression manuelle et artistique », assure-t-il. « C’est aussi une journée où l’apprentissage, la filière viande, le métier et la région seront mis à l’honneur », poursuit-il. Ces futurs bouchers, qui ont déjà la maitrise des gestes, débutent une belle aventure. « Ils sont nos entrepreneurs de demain », indique Alain Desmasures. Le boucher constitue un maillon de la chaîne alimentaire. « Tous n’ont qu’un seul objectif : offrir le meilleur grâce à la proximité, la qualité et la traçabilité », conclut le responsable. La crise sanitaire l’a démontré. « Grâce à nos artisans locaux, le lien social a pu se maintenir. Les bouchers ont eu à cœur d’assurer une écoute, d’apporter un conseil et de s’adapter à l’attente de la clientèle ».  
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Commémorations : des restrictions de circulation à prévoir le 6 juin 2024
À l'occasion des commémorations du 80e anniversaire du Débarquement, une zone de circulation régulée (ZCR) va être mise en place…
La grande championne du concours régional Prim'Holstein, cette année, est PLK Plusbelle du Gaec Christal de l'Eure.
[EN IMAGES] Festival de l'élevage de Vire : le Graal pour PLK Plusbelle
Elles étaient nombreuses sur le ring de l'hippodrome de Vire, samedi 1er juin 2024 : les Prim'Holsteins venues du Calvados, de l'…
Valentin Flajolet est polyvalent, entre bovins, ovins et équins. Avec Tatiana, génisse de 20 mois, il participe à son 1er concours en tant qu'associé.
Valentin Flajolet, jeune éleveur bien dans ses bottes dans le Calvados
Installé depuis le 15 avril 2024, Valentin Flajolet conjugue entre existant et nouveauté. À Rumesnil, dans le Calvados, il…
Yvonne Mancel, entourée de son fils, Jacques, sa belle-fille, Christine et sa petite-fille, Barbara.
À 103 ans, Yvonne Paris se souvient de la drôle de guerre
À 103 ans, Yvonne Paris fait partie des témoins précieux de cette Seconde Guerre mondiale. Dans les moindres détails, elle se…
Hervé Morin veut régionaliser l'accès à l'agrivoltaïsme
Après avoir tapé du poing sur la table sur la "méthanisation", Hervé Morin remet le couvert sur "l'agrivoltaïsme". La Région…
La semaine dernière, l'association L214 s'est introduite dans un élevage de volailles du département.
L'association L214 s'infiltre dans une ferme ornaise
La semaine dernière, l'association L214 s'est introduite dans un élevage de volailles du département. Une action dénoncée par la…
Publicité