Aller au contenu principal

Syndicalisme
Mission accomplie pour la première section AB du Calvados

La section agriculture biologique de la FDSEA du Calvados, présidée par Christophe Mouchel a organisé sa toute première réunion, à Cheux, mercredi 3 novembre 2021.

Section AB FDSEA 14
De gauche à droite : Xavier Hay, Christophe Mouchel et Etienne Gangneron.
© DR

« Dans le réseau FNSEA, on compte environ 21 000 agriculteurs en conversion ou en agriculture biologique, soit environ 10 % des adhérents. Idem dans notre département, un peu plus de 10 % de nos adhérents sont en bio. A ce titre, il est essentiel pour nous de les accompagner », a introduit Xavier Hay, président de la FDSEA, mercredi 3 novembre 2021. Tous les agriculteurs étaient conviés : adhérents ou non, bio ou pas. Mission accomplie : toutes les filières (lait, viande, céréales…) étaient autour de la table. Christophe Mouchel, président de la section AB 14, avait invité son homologue, président de la section nationale agriculture biologique de la FNSEA, Etienne Gangneron. L’occasion de faire le point sur les sujets du moment : le marché, la PAC, la transmission, les impasses techniques...

L’offre et la demande

« La conjoncture actuelle de certains marchés (lait, œufs…) doit nous amener à interpréter la demande réelle des consommateurs en matière de bio. Dans un objectif de meilleure structuration du marché de la bio, l’offre doit répondre à la réelle demande des consommateurs », a souligné dès le début de la réunion Etienne Gangneron. « C’est un élément primordial pour assurer une rémunération décente pour les producteurs engagés. » Sur le plan de la transmission, les responsables syndicaux notent là aussi un décalage d’offre et de demande. « La transmission des fermes en AB est plus difficile qu’en conventionnel, note Xavier Hay. Les nouveaux agriculteurs préfèrent s’installer et convertir leur ferme plutôt que d’en reprendre une déjà prête. Cela leur permet de bénéficier des aides à la conversion et de construire un outil à leur image. »

Investir dans la R&D

Comme en conventionnel, les agriculteurs engagés en bio font également face à des impasses techniques qu’il faut contribuer à lever par l’expérimentation et la recherche appliquée. Cela doit passer aussi par une accélération des solutions de biocontrôle, la recherche variétale et l’expérimentation d’itinéraires alternatifs solides. « Nous avons pris bien trop de retard dans le domaine de la recherche, car trop souvent les politiques, mais aussi les industriels, fonctionnent par sanction en imposant des nouvelles contraintes sans solution », regrette Etienne Gangneron.

Et la future PAC

Dans le cadre de la prochaine PAC, le gouvernement français a décidé de développer significativement l’AB. Face à cette ambition, la FNSEA souhaite que les agriculteurs bio soient accompagnés durablement et souhaite une augmentation du crédit d’impôt. « Nous demandons que le crédit d’impôt dédié à l’agriculture bio passe de 3 500 à 5 000 euros pour les exploitants. Une aide qui permettrait de soutenir les exploitants qui doivent faire face à des difficultés comme l’essoufflement des ventes dans certains secteurs, et des hausses de charges ». « Nous préférons cette solution à des aides qui différent selon les régions ». Christophe Mouchel a conclu la réunion en invitant chaque agriculteur qui s’intéresse à l’agriculture biologique à se rapprocher de la FDSEA. D’autres rendez-vous viendront.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Commémorations : des restrictions de circulation à prévoir le 6 juin 2024
À l'occasion des commémorations du 80e anniversaire du Débarquement, une zone de circulation régulée (ZCR) va être mise en place…
La grande championne du concours régional Prim'Holstein, cette année, est PLK Plusbelle du Gaec Christal de l'Eure.
[EN IMAGES] Festival de l'élevage de Vire : le Graal pour PLK Plusbelle
Elles étaient nombreuses sur le ring de l'hippodrome de Vire, samedi 1er juin 2024 : les Prim'Holsteins venues du Calvados, de l'…
Valentin Flajolet est polyvalent, entre bovins, ovins et équins. Avec Tatiana, génisse de 20 mois, il participe à son 1er concours en tant qu'associé.
Valentin Flajolet, jeune éleveur bien dans ses bottes dans le Calvados
Installé depuis le 15 avril 2024, Valentin Flajolet conjugue entre existant et nouveauté. À Rumesnil, dans le Calvados, il…
Le festival de l'élevage revient à l'hippodrome de Vire vendredi 31 mai et samedi 1er juin 2024.
Festival de l'élevage 2024 à Vire : "le concours phare" des Prim'Holsteins en Normandie
La ville de Vire, dans le Calvados, va de nouveau accueillir son festival de l'élevage, vendredi 31 mai et samedi 1er juin…
Yvonne Mancel, entourée de son fils, Jacques, sa belle-fille, Christine et sa petite-fille, Barbara.
À 103 ans, Yvonne Paris se souvient de la drôle de guerre
À 103 ans, Yvonne Paris fait partie des témoins précieux de cette Seconde Guerre mondiale. Dans les moindres détails, elle se…
Hervé Morin veut régionaliser l'accès à l'agrivoltaïsme
Après avoir tapé du poing sur la table sur la "méthanisation", Hervé Morin remet le couvert sur "l'agrivoltaïsme". La Région…
Publicité