Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Thierry Hulmer (président de Littoral Normand)
Notre priorité a été la santé de nos salariés et de nos adhérents

Après la suspension de certains services, notamment le contrôle laitier, en raison de la crise sanitaire, Littoral Normand reprend l’intégralité de ses activités à partir du lundi 27 avril.

Thierry Hulmer, président de Littoral normand
© TG

>> Pourquoi avoir suspendu le contrôle laitier dans les exploitations mercredi 18 mars ?
Le lendemain de l’annonce du confinement, lundi 16 mars, 45% des éleveurs ont refusé que les agents se rendent dans leur exploitation. De plus, les laboratoires nous ont annoncé ne plus pouvoir assurer l’intégralité de nos analyses, parce qu’ils priorisaient celles de l’interprofession et sanitaires. Nous avons décidé la suspension des contrôles mercredi 18 mars après-midi. Cela nous a permis de prendre un peu de recul pour y voir plus clair. Notre priorité a été la santé des femmes et des hommes, de nos salariés et de nos adhérents.

>> Depuis le 3 avril, les contrôles ont repris avec des aménagements, lesquels ?
Des préleveurs ont été installés pour que les éleveurs collectent eux-mêmes. Le lendemain, l’agent récupère simplement les listes de pesées et les échantillons. Pour les salles de traite équipées de compteurs, on récupère tout à distance par logiciel. En tout, la période sans contrôle a duré 7 jours. Dès le 3 avril, nous avons donné la priorité aux adhérents qui avaient des problèmes de cellules.

>> Quand les agents de contrôle reviendront-ils dans les fermes ?
Pour cela, nous devons nous assurer que nos salariés aillent travailler dans de bonnes conditions et protéger nos adhérents. Les contrôles durent entre 1h30 et 2 heures par traite, ils nécessitent un échange entre l’agent et l’éleveur, dans des salles de traite qui ne sont pas toujours très larges. Nous avons commandé un grand nombre de masques, ce qui permettra de recommencer les contrôles à partir du lundi 27 avril. On reprendra le plan de tournée arrêté le 18 mars. Les agents seront épaulés par les techniciens et les conseillers pour aller plus vite. Ils seront équipés de cottes, gants, visières, savon, gel hydroalcoolique et de matériel de désinfection pour les équipements. Nous proposerons aussi un masque aux adhérents qui le souhaitent.

>> Quid des autres services de Littoral Normand ?
Le service de pédicure a été arrêté mercredi 18 mars puis repris sept jours après, avec priorité aux animaux en souffrance. Les activités Géobiologie et contrôle machine à traire vont reprendre. La partie conseil en revanche n’a jamais cessé grâce au télétravail, aux outils de connexion à distance et a d’ailleurs permis de lancer la campagne de déclaration des PAC dans un format nouveau qui semble satisfaire les adhérents. L’agrofourniture SanElevage, l’activité de la pharmacie ont également été très actives.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité