Aller au contenu principal

Stéphane Hamon (directeur de la Safer de Normandie)
Nous avons reçu 846 notifications de vente

La Safer confinée ? Oui comme tout le monde. Mais la Safer n’est pas à l’arrêt. Malgré l’État d’urgence sanitaire décrété par le gouvernement, du 24 mars au 24 juin, certaines procédures sont maintenues dans la mesure du possible. On fait le point à date de lundi 20 avril.

Stéphane Hamon
© JP

>> Comment arrivez-vous à travailler ?
Nous continuons nos activités, depuis le 17 mars midi, moment à partir duquel l’ensemble du personnel de la Safer a été confiné. La grande majorité des 70 salariés est en télétravail. La moitié d’entre eux sont des conseillers terrain, ils restent en contact avec les correspondants locaux, les agriculteurs et assurent le suivi des dossiers en cours. Les personnes qui sont arrivées parmi nous le 1er avril ont été formées à distance. Nous sommes cependant très dépendants des notaires, en amont et en aval de notre chaîne de travail. Ils ont, eux, considérablement réduit leur activité : entre le 17 mars et le 20 avril, nous avons reçu 846 notifications de vente. Contre 2 500 en temps normal. L’État d’urgence sanitaire suspend les ventes pour un délai de plus de trois mois, jusqu’au 24 juin, sauf si la Safer lève cette interdiction.

>> Dans quel cas actionnez-vous cette possibilité ?
Il s’agit d’une mesure de précaution par défaut. Nous avons, nous Safer, la possibilité d’y déroger, au cas par cas. Sur les 846 notifications que nous avons reçues, entre 100 et 150 actes ont été signés. Nous privilégions le bâti, si les personnes ont besoin d’habiter dans la maison, les parcelles qui doivent être déclarées à la PAC. Les notaires envoient les informations de vente de manière dématérialisée. Avant le confinement, 40 % d’entre eux travaillaient de cette façon. Le taux de dématérialisation a réellement augmenté depuis. Nous incitons les notaires à travailler au maximum de cette façon. Nous donnons pouvoir aux clercs de notaire pour nous représenter lors de la signature des actes de vente.

>> Qu’en est-il des comités techniques ?
Notre règlement permet le travail à distance. Les cinq départements ont reçu les ordres du jour par mail. Nous privilégions les opérations de simple compréhension, c’est-à-dire celles qui comptent trois candidats au maximum par opération. La Manche, par exemple, a entériné 45 opérations sans concurrence. Cela permet aux agriculteurs de déclarer les parcelles dans la PAC et d’entrer dans les lieux.
Pour les autres opérations, de prochains comités techniques sont prévus mi-juin. Nous verrons, selon les autorisations, si on peut se réunir à 20-25 personnes ou si
nous les réaliserons par visioconférence. Le dispositif de confinement risque de perdurer, nous devons envisager ces dispositifs de précaution pour la santé du personnel et des élus.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Christian et Catherine Duchemin vendent La Ferme du Val d’Odon à Alain Datin
Christian et Catherine Duchemin passent la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de La Ferme du Val d'…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
COOP LIN VILLONS LES BUISSONS
La Coop lin de Villons-les-Buissons compte sur deux nouvelles lignes de teillage
Désormais propriétaire des locaux de l’ex Agire (Centre d’Insémination artificielle) à Saint-Manvieu-Norrey, la coop lin de…
Publicité