Aller au contenu principal

L’interview de Benoît Hulmer, élu Chambre d’agriculture de la Manche
" Nous nous engageons à faire vivre la haie "

Il y a un peu moins de deux ans, des agriculteurs membres du GIEE Energie, dans la Manche, se penchent sur le marché du carbone. Ils dealent, avec le Conseil départemental, l’entretien de haies contre le stockage de carbone. Une convention doit être signée avant la fin de l’année.

GIEE Energie Benoît Hulmer
Benoît Hulmer (à gauche) et Eddy Cleran, conseiller gestion du bocage à la Chambre d’agriculture.
© DR

>> Comment cette idée vous est venue ?
A l’origine, le GIEE Energie a été créé pour chercher des économies d’énergie dans les fermes. J’ai entendu des échos comme quoi le carbone génère des milliards d’euros par an. Nous, paysans, en stockons. Quand je suis arrivé dans le groupe, j’ai proposé qu’on essaie de valoriser le carbone stocké comme service rendu à l’environnement. En parallèle, le Conseil départemental veut se décarboner, devenir vertueux. Sept exploitations du GIEE s’engagent à stocker du carbone sur 65 km, pour dix ans.

>> Quels sont les critères du Conseil départemental ?
Le Département souhaite des haies multi-strates, des taillis, des bois de cinq mètres, des arbres. Si les haies comportent des trous, qu’ils soient compensés ou bouchés. L’idée, c’est de gérer les haies en bon père de famille. Chaque exploitation peut engager maximum dix kilomètres de haie. Personnellement, j’ai engagé plusieurs kilomètres de haie. Le Conseil départemental ne voulait pas de jeune haie, ni en bord de route ni partagée avec des voisins. Nous faisons nous-mêmes les propositions, mais le Département peut nous retoquer.

>> Concrètement, comment ça se passe ?
Le conseiller bocage de la Chambre vient dans nos exploitations et établit un plan de gestion, c’est-à-dire un inventaire et un diagnostic des haies, qui répond aux conditions demandées par le Département. il consigne le linéaire, les essences, les types de haies, la classification, la longueur, l’âge. Le plan de gestion de la haie court sur dix ans. Le Conseil départemental nous rémunère pour l’entretien mécanique des haies (lire article ci-contre), réalisé par des ETA, des Cuma ou nous-mêmes. Nous nous engageons à faire vivre la haie.

>> Quels sont les bénéfices ?
Beaucoup d’agriculteurs perçoivent la haie comme une contrainte : il faut l’entretenir, la couper. C’est du temps et de l’argent. Si on n’est pas dans une démarche de filière bois, c’est très dur de la valoriser.
Ce partenariat permet de rémunerer notre travail d’entretien. Il permet aussi le maintien des haies bocagères, à la fois pour le stockage du carbone, mais aussi pour
préserver le paysage, la biodiversité. Les haies assurent une protection aux animaux, servent de clôtures des pâtures. L’objectif du projet est
que le service rendu à la collectivité soit rémunéré aux agriculteurs par le Département. Nous devons signer une convention d’ici la fin de l’année.

>> Une première étape vers plus de partenariats ?
Nous sommes encore dans une phase expérimentale. On espère généraliser. L’idée, ensuite, serait de travailler avec des entreprises qui souhaitent avoir une démarche environnementale. La Chambre d’agriculture proposera des linéaires de haies en échange de contribution financière, en accord avec les agriculteurs. Dans l’idéal, la Chambre aura son catalogue de haies.

>> Quel message souhaitez-vous faire passer ?
C’est une démarche innovante. Pour que ça fonctionne, nous devons avoir un cahier des charges concerté et adapté, avec des recommandations et des engagements. C’est une première porte ouverte à la discussion avec les EPCI et les entreprises du territoire. Si on veut maintenir le bocage et privilégier l’élevage aux cultures, il faut que les agriculteurs puissent valoriser l’entretien des haies et leurs coupes. Pour cela, les collectivités, en investissant dans des chaudières à bois ou dans des projets comme le nôtre, ont un rôle essentiel à jouer.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité