Aller au contenu principal

FDSEA / JA
Panneaux retournés : « nous ne sommes pas seuls »

Une petite dizaine de cantons de Jeunes agriculteurs et de la FDSEA de l’Orne a retournés des panneaux dans le département en novembre 2023. Un moyen de signifier au gouvernement et à la société que l’« on marche sur la tête ».

Bellême, Alençon, Mortrée… Une petite dizaine de cantons ornais sont concernés par l’opération. Une quarantaine de jeunes agriculteurs y a participé. JP
© JP

Argentan, Alençon, Montmerrei, Bellême et bien d’autres panneaux se sont retrouvés la tête en bas ces dernières semaines. Il ne s’agit pas là de l’entretien de ces derniers ni de leur boulons, mais bien d’un mouvement contestataire pour signifier au gouvernement et à la société que l’« on marche sur la tête ». Jeunes agriculteurs et FDSEA de l’Orne s’associent « à cette action qui rassemble, fait rigoler les gens et change des manifestations », précise Jean-Baptiste Goutte, président des Jeunes agriculteurs de l'Orne.

Souveraineté

Née dans le Tarn, l’opération, surnommée « on marche sur la tête », a très vite eu un écho national notamment dans d’autres départements français : la Manche, avec plus de 600 panneaux concernés, et le Calvados avec 500 panneaux. Dans l’Orne, il s’agit d’environ 400 panneaux. Des groupes d’une quarantaine d’agriculteurs, munis de leurs déboulonneuses, ont traversé la nuit pour mener à bien cette opération. « Nous marchons sur la tête, lance Jean-Baptiste Goutte. Aujourd’hui, la Normandie est concernée par le ratio de retournement de prairies. On dénonce un manque de cohérence avec une PAC qui ne fait rien pour favoriser l’élevage et le mettre dans de bonnes conditions. » 

Lire aussi : 600 panneaux ont la tête à l’envers dans la Manche

Et d’ajouter : « notre Président Macron a toujours revendiqué une souveraineté alimentaire et une autonomie dans d’alimentation, une autonomie protéique. Aujourd’hui, la gestion de l’herbe devient un problème pour beaucoup d’éleveurs. Et si certaines prairies sont retournées, c’est pour optimiser leur autonomie alimentaire et en protéine. Des matières dont les éleveurs vont avoir besoin pour être moins dépendants du soja. Interdire le retournement des prairies n’est pas une solution. Conforter l’élevage pour les conserver en est une. » Vendredi dernier, le préfet de l’Orne et le directeur de la DDT ont reçu les JA et la FDSEA. « Ils ont été sensibles à nos arguments et à l’écoute de nos revendications. » Affaire à suivre. 

Sensibilisation 

« Cette opération permet de sensibiliser les gens et on s’aperçoit que ces contraintes toujours plus absurdes, ne sont pas seulement liées à l’agriculture mais que dans d’autre professions, il y a aussi des aberrations », ajoute Sylvain Delye, président de la FDSEA de l’Orne. Beaucoup s’interroge sur la façon de les aider. A cela on répond : « Manger Français ». Un moyen gourmand de les soutenir.

Lire aussi : Tous en rouge pour le Croq’Festival à Caen

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

[LES GAGNANTS DU JOUR] Race Blanc bleu : deux éleveurs normands se démarquent
Jeudi 29 février 2024, le concours général agricole de race Blanc bleu s'est déroulé sur le ring de présentation du hall 1 du…
La SCA normande mise à l’arrêt forcé par les agriculteurs à Lisieux
Lundi 29 janvier 2024, sous l’impulsion de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs, la profession s’est mobilisée pour bloquer la SCA…
Lucie Lesieur, heureuse éleveuse de Salers
À Rônai, dans l'Orne en Normandie, Lucie Lesieur s'épanouit enfin à la ferme. Après une formation en commerce, elle décide, alors…
[NEWS DU SALON] Grande championne, Hamada renouvelle l'exploit
Et un, et deux victoires à Paris pour Hamada, une Normande, jugée exceptionnelle par le juge, Charles Delalande le jour du…
[EN VIDEO] La Normande devient la star du Salon international de l'agriculture 2024
Sur les billets d'entrée, ou encore sur les affiches, dans le métro, la Normande sera à l'honneur pour la 60e édition du Salon…
Dans le Calvados, Elisabeth Borne remet les pieds sur terre
Jeudi 8 février 2024, l'ex Première ministre a visité le Gaec Pupin à Maizet dans le Calvados. Elisabeth Borne, désormais simple…
Publicité