Aller au contenu principal

FDSEA / JA
Panneaux retournés : « nous ne sommes pas seuls »

Une petite dizaine de cantons de Jeunes agriculteurs et de la FDSEA de l’Orne a retournés des panneaux dans le département en novembre 2023. Un moyen de signifier au gouvernement et à la société que l’« on marche sur la tête ».

Bellême, Alençon, Mortrée… Une petite dizaine de cantons ornais sont concernés par l’opération. Une quarantaine de jeunes agriculteurs y a participé. JP
© JP

Argentan, Alençon, Montmerrei, Bellême et bien d’autres panneaux se sont retrouvés la tête en bas ces dernières semaines. Il ne s’agit pas là de l’entretien de ces derniers ni de leur boulons, mais bien d’un mouvement contestataire pour signifier au gouvernement et à la société que l’« on marche sur la tête ». Jeunes agriculteurs et FDSEA de l’Orne s’associent « à cette action qui rassemble, fait rigoler les gens et change des manifestations », précise Jean-Baptiste Goutte, président des Jeunes agriculteurs de l'Orne.

Souveraineté

Née dans le Tarn, l’opération, surnommée « on marche sur la tête », a très vite eu un écho national notamment dans d’autres départements français : la Manche, avec plus de 600 panneaux concernés, et le Calvados avec 500 panneaux. Dans l’Orne, il s’agit d’environ 400 panneaux. Des groupes d’une quarantaine d’agriculteurs, munis de leurs déboulonneuses, ont traversé la nuit pour mener à bien cette opération. « Nous marchons sur la tête, lance Jean-Baptiste Goutte. Aujourd’hui, la Normandie est concernée par le ratio de retournement de prairies. On dénonce un manque de cohérence avec une PAC qui ne fait rien pour favoriser l’élevage et le mettre dans de bonnes conditions. » 

Lire aussi : 600 panneaux ont la tête à l’envers dans la Manche

Et d’ajouter : « notre Président Macron a toujours revendiqué une souveraineté alimentaire et une autonomie dans d’alimentation, une autonomie protéique. Aujourd’hui, la gestion de l’herbe devient un problème pour beaucoup d’éleveurs. Et si certaines prairies sont retournées, c’est pour optimiser leur autonomie alimentaire et en protéine. Des matières dont les éleveurs vont avoir besoin pour être moins dépendants du soja. Interdire le retournement des prairies n’est pas une solution. Conforter l’élevage pour les conserver en est une. » Vendredi dernier, le préfet de l’Orne et le directeur de la DDT ont reçu les JA et la FDSEA. « Ils ont été sensibles à nos arguments et à l’écoute de nos revendications. » Affaire à suivre. 

Sensibilisation 

« Cette opération permet de sensibiliser les gens et on s’aperçoit que ces contraintes toujours plus absurdes, ne sont pas seulement liées à l’agriculture mais que dans d’autre professions, il y a aussi des aberrations », ajoute Sylvain Delye, président de la FDSEA de l’Orne. Beaucoup s’interroge sur la façon de les aider. A cela on répond : « Manger Français ». Un moyen gourmand de les soutenir.

Lire aussi : Tous en rouge pour le Croq’Festival à Caen

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Commémorations : des restrictions de circulation à prévoir le 6 juin 2024
À l'occasion des commémorations du 80e anniversaire du Débarquement, une zone de circulation régulée (ZCR) va être mise en place…
La grande championne du concours régional Prim'Holstein, cette année, est PLK Plusbelle du Gaec Christal de l'Eure.
[EN IMAGES] Festival de l'élevage de Vire : le Graal pour PLK Plusbelle
Elles étaient nombreuses sur le ring de l'hippodrome de Vire, samedi 1er juin 2024 : les Prim'Holsteins venues du Calvados, de l'…
Valentin Flajolet est polyvalent, entre bovins, ovins et équins. Avec Tatiana, génisse de 20 mois, il participe à son 1er concours en tant qu'associé.
Valentin Flajolet, jeune éleveur bien dans ses bottes dans le Calvados
Installé depuis le 15 avril 2024, Valentin Flajolet conjugue entre existant et nouveauté. À Rumesnil, dans le Calvados, il…
Yvonne Mancel, entourée de son fils, Jacques, sa belle-fille, Christine et sa petite-fille, Barbara.
À 103 ans, Yvonne Paris se souvient de la drôle de guerre
À 103 ans, Yvonne Paris fait partie des témoins précieux de cette Seconde Guerre mondiale. Dans les moindres détails, elle se…
La semaine dernière, l'association L214 s'est introduite dans un élevage de volailles du département.
L'association L214 s'infiltre dans une ferme ornaise
La semaine dernière, l'association L214 s'est introduite dans un élevage de volailles du département. Une action dénoncée par la…
Faire un bâtiment innovant et évolutif
Emmanuel Hérouard, conseiller en bâtiment d'élevage à la Chambre d'agriculture de Normandie depuis 2011, a d'ores et déjà plus de…
Publicité