Aller au contenu principal

Les matériaux
Panneaux sandwich pour yaourts et autres viandes

Depuis 25 ans, l’entreprise Maine Agrotec, basée à Pré-en-Pail (53), commercialise des panneaux sandwich dans toute la France. Importée d’Italie, cette solution simple et bon marché a conquis les laboratoires de transformation en ferme.

MAINE AGROTEC
Montage de panneaux sandwich à Livré-la-Touche en Mayenne pour la mise en place d’un laboratoire de transformation de lait en yaourts bio. Prix : moins de 30 euros le m3.
© DR

C’est en 1987 que Jean-Michel Corson découvre le panneau sandwich. À l’époque gérant de la société familiale de tri d’œufs, il « trouve que c’est fabuleux ». Après la cession de son entreprise, il réfléchit à un nouveau business et se lance dans leur commercialisation. Pour le matériau de base, il s’adresse à la société italienne Isolpack qu’il visite à plusieurs reprises, « des bobines déroulent de la tôle sur un tapis qui est ensuite recouverte d’un film plastique ». Entre les deux tôles, de la mousse polyuréthane est introduite pour créer l’isolant et la rigidité. L’entreprise basée à Turin en fabrique pour isoler des grands bâtiments industriels. Les panneaux sont conçus en épaisseurs allant de 30 à 120 mm pour les bâtiments réfrigérés, « on peut même aller jusqu’à 200 mm pour stocker à moins de 80°C ». La bobine livrée par Isolpack fait 1 m de large et entre 2,20 m et 6 m de long. « À l’époque, c’était surtout utilisé par les frigoristes, moi j’ai élargi l’usage. » Issu du monde agricole, Jean-Michel Corson rêve d’adapter la technique pour des bâtiments plus petits, modulables, destinés aux fermes.

Bâtiment clé en main

Il lui faut trouver un fabricant d’accessoires pour proposer un bâtiment clé en main à ses clients : le profilé tout d’abord, « pour encastrer les panneaux au sol, dans les descentes d’angles pour faire une boîte en panneaux rigide autoporteurs ». Puis les huisseries, « il a fallu concevoir des portes et des fenêtres qui s’encastrent dans les panneaux », et trouver les portes adéquates pour les chambres froides. Il invente le concept de la boîte à monter soi-même qui lui permet de proposer des prix bas. Il crée une première chambre froide à Armantière-sur-Avre, « 25 ans après, les panneaux sont toujours là ! »

Aspect de propreté

Maine Agrotec équipe aujourd’hui des laiteries, des laboratoires de transformation, notamment les fromageries, mais aussi des traiteurs et des petits abattoirs. Les panneaux sandwich assurent l’isolation de la pièce autour du robot, du bureau près de la stabulation, « pour certains clients qui étaient en plein couloir de vent, ça leur a changé la vie », relève l’entrepreneur. Ils ont remplacé les carrelages, les peintures sur parpaing ; lisses, ils donnent rapidement un aspect de propreté aux murs défraîchis. 90% des clients de Maine Agrotec montent eux-mêmes les panneaux, « on prévoit un rythme de 2 m2/heure ». Pour l’extérieur, il conseille de protéger le caisson par une charpente, voire un bâtiment et de « bien poser les panneaux ». Modulaire, le local peut aussi être déplacé et agrandi dans le temps.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 6e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS confirme, vendredi 26 mars 2021, qu'un sixième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans la zone historique.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
VIDEO. L’opération recyclage de pneus est sur les rails
Depuis mardi 16 et jusqu’à lundi 29 mars, la FDSEA organise une collecte de pneus usagés. Grâce à l’aide financière et matérielle…
Publicité