Aller au contenu principal

Terres agricoles : le verger baisse pavillon

Sylvain Decaen produit des endives à Cambes-en-Plaine. Début juin, deux permis de construire pour des pavillons, à côté de chez lui, ont été affichés. Mais ils ne correspondent pas à ce que lui avait prédit le maire de la commune, Mickaël Bertrand. Il craint de nouveaux problèmes de voisinage.

Sylvain Decaen, à côté de l'un des deux permis de construire. Le verger doit être détruit pour laisser la place à quatre pavillons, à quelques mètres de la ferme du cultivateur.
Sylvain Decaen, à côté de l'un des deux permis de construire. Le verger doit être détruit pour laisser la place à quatre pavillons, à quelques mètres de la ferme du cultivateur.
© JP

« Le corps de ferme date de la fin des années 1800. Après la Deuxième Guerre mondiale, il a été divisé en deux. Mes parents se sont installés en 1973. La deuxième partie appartenait à la famille Pain. Quand Robert Pain est décédé en janvier 2007, ses frères et soeurs ont décidé de vendre le bâtiment. Il y a un an, un promoteur immobilier a tout acheté : le bâtiment et le verger. A ce moment-là, je suis allé voir le maire de la commune car j'avais peur de ce que la société immobilière allait en faire. Il m'a annoncé la construction de deux pavillons jumelés dans le verger. La partie déjà bâtie devrait, elle, être séparée en cinq logements. Le 2 juin, le premier permis de construire a été affiché, pour deux pavillons d'une surface plancher de 186 m2. Puis, le 8 juin, un deuxième permis de construire est apparu, pour deux autres maisons de 182 m2. Les constructions sont annoncées avec une hauteur de presque 9 m. Ca fait donc quatre maisons et une dizaine de voisins supplémentaires, très proches de chez moi. Neuf boîtes aux lettres, neuves, ont été installées. J'ai un mur mitoyen avec les futurs propriétaires des logements à bâtir. Je suis inquiet de leur attitude car j'ai été en procès avec la maison d'en face pendant une quinzaine d'années pour nuisances sonores et olfactives. C'était quinze ans de galère. J'ai  finalement eu gain de cause. Mais, avec autant de nouveaux voisins, cela me fait peur. »

Crainte des conflits
« Quatre pavillons, ce sont potentiellement huit voitures. Des voitures risquent de se garer sur le trottoir, elles vont impacter la circulation de la rue des Alliés, très passante. Un semi-remorque vient quotidiennement,  à 17 h 30, pour emporter les endives. Il entre dans la cour de la ferme, juste à côté du mur mitoyen. Je craints pour le bruit, parce que les nouveaux arrivants vont l'entendre tous les jours. »

Le maire dans le viseur
« En 2008, l'école était menacée de fermer une classe car il n'y avait pas assez d'élèves. Le maire a poussé les constructions afin de maintenir le nombre d'écoliers : 10 ha de terre agricole, où des agriculteurs étaient en place, ont été lotis. Cette année, il y a trop d'élèves, les classes sont surchargées et il va falloir agrandir le groupe scolaire. Il a une mauvaise gestion de l'urbanisation. »
« En plus, lors de ses voeux, il a vanté les écrins de verdure dans la commune. Et pourtant, ce poumon vert qu'est  le verger va disparaître. On sait qu'un agriculteur ne peut pas détruire une haie ou un verger comme il le souhaite. Alors que font les associations environnementales sur ce dossier ? Les règles en matière d'environnement sont à deux vitesses. Je n'ai pas eu le temps de contacter le maire depuis les permis de construire car j'ai eu beaucoup de travail. Je viens de finir les semis d'endives. Mais je regrette que les décisions soient prises sans concertation. Je regrette de les subir. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité